novembre 30, 2022

Les Choristes

De : Christophe Barratier

Avec Gérard Jugnot, François Berléand, Kad Merad, Jean-Baptiste Maunier

Année : 2003

Pays : France, Suisse, Allemagne

Genre : Comédie, Drame

Résumé :

En 1948, Clément Mathieu, professeur de musique sans emploi accepte un poste de surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs ; le système répressif appliqué par le directeur, Rachin, bouleverse Mathieu. En initiant ces enfants difficiles à la musique et au chant choral, Mathieu parviendra à transformer leur quotidien.

Avis :

Musicien de base, Christophe Barratier, au début des années 90, entre dans la société de production de son oncle, Jacques Perrin. Barratier va passer toutes ses années 90 à apprendre la production d’un film. Au début des années 2000, Christophe Barratier passe à la mise en scène et réalise « Les tombales« , un court-métrage qui réunit Lambert Wilson, Kad Merad et Carole Weiss. Adapté de Maupassant, le film est bien accueilli et dès lors, Christophe Barratier peut s’atteler à son premier long.

Et quel premier long, puisque « Les choristes » est le premier film de Christophe Barratier et le jeune réalisateur s’offre un succès total et inattendu. Plus de huit millions cinq-cents mille entrées, Christophe Barratier séduit tout le monde, et en plus de recevoir deux César, il ira même jusqu’aux prestigieux Oscar pour deux nominations (film étranger et chanson). Bref, ce premier est un énorme succès et un coup de maître.

France 1948, Clément Matthieu, la cinquantaine, est envoyé comme surveillant à l’internat au Fond de l’étang. Cet établissement accueille de jeunes garçons difficiles et il est tenu par une main de fer par Monsieur le proviseur Rachin. Clément est un homme plein d’enthousiasme, professeur de musique que certain qualifieront de raté, très vite, au milieu de l’atmosphère presque carcéral qu’impose le proviseur Rachin, Clément a l’idée de faire chanter ses élèves et contre toute attente, les garçons se débrouillent très bien et surtout, eux les incontrôlables, se prêtent au jeu…

Succès fou, « Les choristes » a tout emporté sur son passage au point qu’il fait aujourd’hui partie du paysage culturel du cinéma français.

À l’heure de cette découverte on ne peut plus tardive, je dois dire que j’en ressors enjoué et quelque peu déçu à la fois. Enjoué, car il est clair que Christophe Barratier livre là un joli film. Un film doux, plein de bons sentiments et surtout un film qui fait du bien au moral. Christophe Barratier nous séduit d’emblée et son idée demeure très jolie. Le scénario que Barratier et les quatre scénaristes ont écrit est original sans trop l’être, mais surtout, il est sympa. « Les choristes« , c’est un film qui nous entraîne dans un pensionnat où règne la terreur et l’arrivée d’un pion plein de bonheur va adoucir la vie. À travers cette histoire de chorale, clandestine au départ, puis reconnue et adorée par la suite, Christophe Barratier nous entraîne surtout dans un film très doux, sur les souvenirs, sur l’enfance, sur une France qui n’existe plus. « Les choristes« , c’est une très jolie atmosphère pour un film qui nous embarque et nous séduit grâce à ses personnages, grâce à cette envie d’apporter du bonheur et cette envie de se trouver. Christophe Barratier a réussi à faire exister chacun de ses personnages à l’écran et même si j’avoue ne pas avoir été autant touché que je l’espérais (oui, si tout est joliment fait, il manque à ces « … choristes » de l’émotion), le réalisateur a réussi à me prendre dans ses filets et c’est avec plaisir que je me suis retrouvé à suivre, entre comédie et drame, les aventures et mésaventures de ces gamins et de leurs professeurs.

Un plaisir qui fut d’autant plus ressenti grâce à ce très beau casting. Difficile ne pas être attendri par le regard de Gérard Jugnot, difficile de ne pas sourire devant un François Berléand qui cabotine à souhait. Difficile aussi de ne pas être captivé par tous ces gamins qui sont bourrés de talent, même s’il est clair que deux ressortent vraiment du lot, la révélation Jean-Baptiste Maunier et Grégory Gatignol qui est incarne la petite brute qui arrive en milieu de film.

Pour son premier film, Christophe Barratier s’en sort très bien et si le réalisateur arrive à nous conquérir avec son histoire, il arrive aussi à nous convaincre avec sa mise en scène. Si ce premier film est toutefois très classique, il jouit d’une jolie ambiance, il tient de très belles scènes, que ce soient les scènes de chorale évidemment (mention au génial Bruno Coulais qui envoûte encore une fois avec sa BO), ou dans les scènes de classe, ou celles de jeux entre gamins, ou encore des bêtises faites. Bref, Christophe Barratier livre un film qui fait du bien, qui amuse, qui convoque une certaine nostalgie liée à l’enfance.

Christophe Barratier livre donc un bon et joli film pour son passage au long-métrage. Amusant, nostalgique, rafraîchissant, tenu par des comédiens géniaux, ces « … choristes » sont adorables, et l’on passe un joli moment de cinéma. Un moment peut-être pas aussi touchant et fort qu’on me l’avait vendu, mais un moment toutefois sympathique et plaisant. Tout en étant un poil déçu, je ne regrette pas ma découverte.

Note : 14/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.