janvier 27, 2023

Remember Me

RememberMe_DONTNOD_CAPCOM_Aleksi_01-600x705

Résumé :
Neo-Paris 2084. Les souvenirs personnels peuvent à présent être numérisés, achetés, vendus et échangés. Les dernières formes de vie privée et d’intimité ont été balayées au profit de ce qui semble être l’évolution logique de l’explosion des réseaux sociaux, initiée au début du 21ème siècle. Les citoyens ont eux-mêmes accepté cette société sous surveillance en échange du confort que seule la technologie intelligente pouvait offrir. Ce commerce de la mémoire donne un pouvoir immense sur la société entière par la société Memorize. Nilin, une chasseuse de souvenir se réveille amnésique dans une prison. Avec l’aide d’un mystérieux contact, elle va partir en quête de son identité.

Remember Me 1

La ville de Néo-Paris possède un caractère vraiment propre

Avis :
Avec la prolifération des suites, il est toujours agréable de poser les doigts sur une nouvelle licence, la question à se poser est la suivante : le jeu apporte-t-il autre chose qu’un nouveau nom ?
Remember Me est un jeu d’action aventure à la troisième personne, le gameplay se divise en deux étapes, une partie d’escalade à travers Neo-Paris et des combats typés Beat-em all. La première chose qui frappe lorsque que l’on commence le jeu vient d’un petit curseur jaune nous indiquant la route à suivre. En effet, il est totalement impossible de se perdre tant le chemin nous est indiqué. Il en ressort un fil d’Ariane extrêmement désagréable, ce qui gâche complétement les phases de plateforme. On touche là une des faiblesses lors de la sortie d’une nouvelle licence. On se souviendra des réactions des joueurs lors des premières phases de test de Deus Ex : Human Revolution. Ceux-ci s’étaient indignés sur le fait que chaque élément avec lequel ils pouvaient interagir se retrouvait entouré d’un halo jaune. Après avoir pris en compte les remarques, les développeurs avaient donc rajouté une option permettant, ou non, d’activer cette aide. Malheureusement, Remembre Me, n’a pas la renommée d’un Deus Ex. De ce fait l’indication de trajectoire, utile pour le joueur n’ayant pas l’habitude de ce genre de jeu, n’est pas désactivable pour les joueurs plus aguerris.

Remember Me 2

Les phases d’escalades sont un peu plates

Heureusement, il n’en est rien de la deuxième partie du gameplay, la partie combat pur. Le joueur a à sa disposition deux touches d’attaque, une d’esquive et une de finish, afin d’en finir avec les ennemis quasiment morts ainsi que de nombreux pouvoirs que nous détaillerons plus tard. Une des forces du gameplay vient dans l’option « combo-lab ». En effet, les attaques ou pre-sens dans le jeu sont divisées en 4 catégories. Dégâts, soin, liens, et diminution du temps d’attente des pouvoirs. Le joueur a à sa disposition 4 enchainements d’attaque allant de 3 à 8 emplacements. Libre à lui de placer dans ces cases vides les pre-sens qu’il veut. Sachant qu’un pre-sens à plus d’effet s’il est placé loin dans le combo, une véritable étude de ses combos commence. Faut-il privilégier un combo uniquement d’un seul type afin de faire beaucoup de dégâts ou de remonter sa vie ? Ou bien mixer les genres pour être polyvalent histoire de profiter des avantages de tous les pre-sens ? Au joueur de se faire sa propre expérience, sachant qu’il n’existe pas de combo ultime comme de combo vraiment inefficace. En plus de cette liberté dans les combats, le joueur a en sa possession quelques pouvoirs. Onde de choc étourdissant les ennemis, possibilité de poser une bombe à l’intérieur d’un adversaire ou encore retourner les robots hostiles contre leurs propriétaires. Une fois tous les pouvoirs en sa possession et les différentes chaines de combo définies, il devient extrêmement jouissif d’enchainer les combats et l’on se sent quasiment invincible. Le plus gros défaut vient du fait qu’il faut se coltiner deux heures de jeu, avec un seul combo de 3 coups et sans pouvoir. Mais une fois passé ce cap, c’est du tout bon.

Remember me 3

Dynamique et prenant, on regretterait presque qu’il n’y est pas plus de combat

Le scénario, quant à lui, est agréable à suivre, avec son lot de rebondissements inattendus. Même si on n’échappe pas à certaines facilités d’écriture, comme une héroïne amnésique (comme c’est original !) on ressent un effort pour amener une réflexion sur la place des souvenirs et l’importance de sa mémoire dans notre vie. Une des features mise en avant lors de la campagne de promotion du jeu fut le remix mémoriel. À certains moments dans le jeu il est possible de revivre le souvenir fort d’une personne et de l’altérer dans le but de changer sa vision des choses. Comme cette chasseuse de primes travaillant pour Memorize et à qui l’on fait croire que cette société a en fait tué son mari, ce qui par conséquent, la retournera contre eux et en fera une alliée de poids. Ce qui est dommage, c’est qu’à aucun moment on a une piste de ce qui pourrait se passer si elle découvrait le pot au rose. Cela aurait pu amener des situations intéressantes, mais n’a pas été exploité par les développeurs.

Remember Me 4

Nilin en fâcheuse posture ?

Au niveau graphique, malgré un level design essayant tant bien que mal de cacher la linéarité de l’aventure, le jeu s’en sort plutôt bien. Les décors de Néo-Paris sont variés et l’on passera d’un quartier malfamé à des quartiers riches ou même des établissements plus high-tec. Cette diversité est agréable et enlève un peu à la monotonie des phases de plateforme. Par contre, une question me taraude, l’action se déroule à Paris, et même pas une petite mission sur la tour Eiffel ! Pourquoi ? Cela aurait pu donner quelque chose de vraiment sympa. Le point vraiment négatif vient, cette fois encore du moteur Unreal Engine ayant servi à développer le jeu. Si le coté plastique a été gommé depuis longtemps, il subsiste encore ce retard d’affichage des textures qui est une vraie nuisance à l’immersion dans le jeu. La partie sonore a bénéficié d’un traitement plus abouti. Le doublage est convaincant, et la musique vraiment dans le ton de l’épopée avec mélange entre électronique et ce que je qualifierais de « Hans Zimmer » style avec des morceaux vraiment épiques.
Conclusion :
Pour sa première expérience, les Français de Dontnod Entertainment s’en sortent vraiment haut la main en nous fournissant un titre vraiment plaisant à jouer. Si l’on met de côté les quelques erreurs dues à l’inexpérience, le titre déborde de trouvailles et l’on passe un agréable moment dessus. Il échappe à la catégorie de ces jeux aussitôt faits, aussitôt oubliés. Pour un jeu basé sur la mémoire, il aurait été dommage du contraire.

Note : 16/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=U7dc54yK6PU[/youtube]

Par Iscariote

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.