septembre 28, 2020

Festival International des Jeux 2020

Ah, le FIJ… Je crois bien que cela fait maintenant 10 ans que j’assiste tous les ans au plus grand salon ludique français (pour plus de détails, vous pouvez toujours relire mes articles sur les éditions précédentes !). Et c’est ma quatrième année en tant que professionnel du milieu. Professionnel est un bien grand mot vu que je ne gagne pas ma vie dans ce domaine, mais vu tout le travail abattu tout au long de l’année pour partager ma passion et mes ressentis sur les jeux qui passent sous ma loupe… J’ai bien droit à une petite récompense ! Et cette année, pour profiter un maximum de l’opportunité qui m’est offerte, j’ai décidé de commencer le jeudi matin, pour la journée pro. Moins de monde, donc plus d’occasions de jouer et de trouver les tables que je veux !

Eh bien… Pas vraiment. Avec l’annonce des nominations de Root et Gloomhaven, j’avais hâte de les essayer pour savoir ce qu’ils valaient. Je m’étais naïvement dit que le jeudi serait la journée idéale pour cela… Quelle ne fut pas ma déception lorsque je me suis aperçu que le stand de Ludocortex, qui s’occupe d’animer chaque année les primés de cette édition, était totalement vide le jeudi. Ce qui en soi n’est pas un problème, je me suis dit qu’ils n’étaient présents que le lendemain de la remise des prix… Non, le souci était que sur TOUT LE SALON, il n’y avait qu’une seule table de Gloomhaven et de Root… Présentés par une association (et non l’éditeur ou le distributeur), il fallait parfois attendre 2h pour les essayer. Et lorsque l’on me dit que le jeu n’est pas en démonstration sur tel stand parce qu’il est trop long ou je ne sais quoi… Pourquoi le mettre à l’honneur par un prix ? Et pourquoi faire l’impasse sur tout un pan de la communauté qui est justement demandeuse de ce type de jeux ?

Petite digression d’ailleurs sur la catégorie Expert du prestigieux As d’Or. C’est quelque chose qui fait en ce moment débat sur la Communauté des Ludistes Francophones (qui porte fort bien son nom), les critères d’admission et de sélection. Si les voies du jury sont impénétrables, il ressort des hypothèses de chacun, le prix trop élevé (140 euros pour Gloomhaven ou 80 pour Root) ou la durée de la partie ou de l’explication, pas adaptées à un prix visant un public plutôt novice. Sauf que… Pourquoi créer une catégorie récompensant des jeux dits « Expert » si c’est pour leur interdire l’accès au prix ? Surtout que Terraforming Mars, le vainqueur 2017, propose des partie d’environ 3-4h… Bref, nous n’en saurons pas plus mais de telles interrogations subsistent…

Deux personnes en cosplay de Faye Valentine et Spike Spiegel pour faire la promotion du nouveau deckbuilding basé sur l’univers de l’animé Cowboy Bebop !

Quoi qu’il en soit ! Après 10 ans de FIJ, mon premier constat est que je prends toujours autant de plaisir à y venir ! Dès que je pénètre dans le bâtiment, je me sens à la fois adulte, responsable de mes écrits, désireux de partager ma vision des jeux, de partager mes goûts ; et enfant, découvrant et redécouvrant encore et encore un monde en pleine expansion, où la seule limite est l’imagination… L’imagination de se projeter dans le jeu que l’on nous explique, incarnant tour à tour un chasseur de primes, un architecte, un artiste peintre à Paris au 19ème, ou encore un chef militaire souhaitant dominer le monde… L’imagination aussi de tous les auteurs qui, par leurs idées, leurs essais, les nombreuses phases de test, leur persévérance, le soutien et l’appui de leur entourage et du public, ont réussi à accoucher d’une oeuvre qui sera jouée par des milliers voire des millions de personnes de par le monde…

Petit passage par le showroom Iello, qui nous gratifie d’une nouvelle gamme : Iello Expert. Le premier du nom sortira dans les prochains mois… On attend de voir cela avec impatience !

Comme toujours, jeux en version géante et dédicaces étaient au rendez-vous, concours et tournois divers et variés… Un WE n’est clairement pas assez pour tout faire, si seulement cela durait une semaine entière ! Mais il faut bien revenir un jour à la réalité de la vie quotidienne… Mais durant ce WE, c’est les étoiles plein les yeux que l’on arpente les allées à la recherche d’une table libre et d’un animateur disponible et motivé pour nous apprendre un nouveau jeu ! Voici donc ce que j’ai pu tester au cours de mes pérégrinations ! Comme toujours, deux petits avertissements. En premier lieu, les photos ont été prises avec mon téléphone portable, la qualité peut fortement s’en ressentir et je m’en excuse par avance. Je sais écrire, mais les photos ne sont pas mon domaine de prédilection (et j’étais trop loin durant la cérémonie). Et les avis que je livre ici sont dans la grande majorité des cas un ressenti à chaud, ils peuvent ne pas être représentatifs de la valeur de l’objet ludique en question. Ces avis et ceux que je publie habituellement sont de toute façon subjectifs et n’engagent que moi et mon plaisir éprouvé durant ma ou mes parties.

Mais d’abord, quelques clichés de certains des jeux géants rencontrés au détour des allées !

La remise des prix était cette fois présentée par le duo de la chaîne YouTube « Es-tu Game ? » L’année précédente, ils avaient diffusé une petite chanson, « L’As d’Or », parodie de « Louxor J’adore » de Philippe Katerine. Cette année ils nous ont gratifié de « Le Monde du Jeu », parodie de ‚Ce Rêve Bleu, chanson tirée du film Disney Aladdin. Les petites piques envoyées au distributeur Asmodée étaient amusantes, et la cérémonie est allée à l’essentiel, vu que beaucoup de personnes se sont plaint de la durée de l’édition précédente. Au final, une remise de prix efficace mais qui n’oublie pas d’être conviviale, avec par exemple une présentation du jury sous forme de teaser de série des années 90. Chaque équipe nominée présentait ses remerciements via une petite vidéo filmée au préalable.

Les avis :

Pas (encore) parus

A Deux Doigts

Petit jeu pour apprendre les noms de nos différents doigts. Chaque joueur maintient ses dix doigts posés sur des pastilles contenant un fruit et une couleur, et chacun son tour, un joueur dit soit une couleur, soit un fruit, soit un doigt. Puis tout le monde soulève les doigts désignés (s’ils sont sur une pastille correspondante par exemple), le but étant de soulever tous ses doigts en premier. Destiné aux enfants, mais intéressant dans son genre.

Cache Cartes

Un mélange entre le Memory classique et Dobble. Chaque carte comporte 5 informations, et entre deux cartes données, il ne peut y avoir qu’une seule des 5 informations en commun. Et dès qu’une paire est formée, le critère d’appariement change… Un Memory intéressant et redoutable !

Candy Lab

Un jeu inspiré de celui des Bâtonnets (retirer 1, 2 ou 3 bâtonnets d’une rangée), sauf que l’on ne peut que retirer les bâtonnets indiqués sur nos cartes, et qu’en en retirant, l’on active le pouvoir inscrit… Le but étant de retirer le dernier ! Mignon et très sympathique, très coloré.

Gargantua : Trou Noir

Un jeu de roll and write (comprendre, on lance les dés et l’on note le résultats sur notre feuille individuelle pour marquer des points de victoire selon les modalités décrites) où l’on va devoir s’approcher d’un trou noir pour en récolter des données, tandis que ce dernier attire à lui les vaisseaux et les astéroïdes… Un thème sympa assez bien rendu (gestion de l’attraction) avec une mécanique de gestion du temps à dépenser avec parcimonie…

It’s a Wonderful World Ascension

L’extension du jeu It’s a Wonderful World (on en reparle en dessous), qui apporte de nouvelles cartes, et de nouvelles mécaniques, comme les productions corrompues. Des cartes généralement plus risquées à construire mais qui peuvent rapporter plus gros. J’ai participé au financement participatif donc je l’attends avec impatience et j’étais content de tester ces mécaniques en direct !

Lexicastel

Un mélange improbable entre un Cluedo, Monopoly, Puissance 4 et Scrabble. Il s’agit de faire des mots avant les adversaires, dans le but d’accumuler de l’argent pour acheter des salles, qui vont débloquer des pouvoirs. Le premier à aligner 5 salles l’emporte ! Atypique et amusant, pour peu que l’on aime les jeux de lettres.

L’île aux Chats

Un jeu de draft et de placement de tuiles pour recouvrir avec des chats les cases de notre bateau. Un mélange de plein de mécaniques, plutôt agréable à jouer, et puis bon il y a des chats de partout… Souvent dans des positions improbables pour satisfaire aux formes des tuiles ! Très chouette, très bien illustré, et la boîte est renforcée exprès pour que les chats puissent s’y installer sans risquer de la casser (oui oui c’est même écrit à l’intérieur) !

Nebula

Un jeu d’adresse dont j’avais testé le prototype lors d’un Off du FIJ il y a quelques années. Le coeur reste inchangé, il s’agit de poser des assemblages de cubes sur une structure dans le but d’accumuler du gaz, et lorsque la structure s’effondre, des étoiles naissent et les joueurs peuvent les acheter s’ils ont posé assez de pièces sans tout faire tomber. Très sympa.

Rush M.D.

Un jeu coopératif dans la lignée des Kitchen Rush (du même auteur), se déroulant cette fois dans un hôpital. Il s’agit de traiter le plus de patients possible, et pour chaque action (ravitailler, traiter, accueillir les patients etc) il va falloir retourner un sablier sur la zone concernée, et effectuer cette action du mieux possible tout le temps que dure le sablier… Le tout en 4 manches de 4 minutes. Très stressant et confus, l’on a souvent du mal à savoir où donner de la tête. Même si j’aime beaucoup Magic Maze, celui-ci est bien plus éprouvant et difficile.

Space Ninja Pingouin in Time

Avec un titre comme celui-ci, comment passer à côté ? Draft de cartes d’initiative qui vont permettre de conquérir des planètes grâce à nos pingouins, de construire des monuments dans le but de marquer des points de victoire. Mais attention au redoutable pingouin ninja… Un thème débile donc génial, assez simple à prendre en main mais plein de subtilité !

Déjà parus

Above

Une sorte d’échecs où les dieux de l’Olympe vont converger vers un même point. Mais tous les joueurs jouent les mêmes pièces, et c’est celui qui atteindra le sommet en premier qui gagnera… Très intéressant et très tactique.

Couleurs de Paris

Jeu de placement d’ouvriers avec un très beau thème (on incarne un peintre dans un Paris du début du 20ème siècle), très bien illustré. Pas forcément très original mais très agréable.

Cowboy Bebop Space Serenade

Deckbuilding dans l’univers de l’animé Cowboy Bebop, dont la réputation n’est plus à faire. Comme la version animée, le jeu nous place dans la peau de chasseurs de prime parcourant la galaxie pour remplir des contrats. Une mécanique de base ressemblant à celle de Star Realms mais plutôt basée sur l’entraide des joueurs, avec des déplacements de figurines entre les différentes places

Genesia

Un jeu de draft et de conquête de territoires, où l’on va devoir déplacer ses clans chez les adversaires voire dans Genesia, le centre du monde. Plein de mécaniques sympa qui s’imbriquent assez bien, mais le jeu n’est pas fou, il manque quelques petits trucs. On a l’impression d’un « tout ça pour ça » et d’un peu de déjà vu… Dommage, le matériel est joli mais le comptage de points peut être fastidieux.

Joraku

Jeu de plis et de conquête dans un Japon féodal. Lors de chaque pli, chaque joueur peut soit ajouter des soldats à une zone, soit effectuer des actions. Puis le vainqueur de chaque pli déclenche une bataille dans le territoire de son daimyô, le joueur ayant le plus de soldats remporte plus de points de victoire. Simple mais subtil, très chouette. La preuve qu’un jeu n’a pas besoin de coûter cher, d’avoir un matériel extraordinaire ou d’avoir des figurines pour être bon

Kingdomino Duel

Un jeu atypique qui propose d’assembler des dominos… Composés de deux faces de dés. Reprenant les mécaniques de Kingdomino, cette version 2 joueurs est assez sympa et subtile, malgré son côté très aléatoire.

[Kosmopoli:t]

Un jeu coopératif dans lequel les joueurs incarnent l’équipe d’un restaurant très cosmopolite ! L’application (obligatoire) donnera à un des joueurs des noms de plats dans une langue, celui-ci devra les répéter du mieux qu’il peut aux autres qui devront servir le bon plats en fonction de ce qu’ils ont entendu… Un peu stressant mais amusant et instructif, doté d’un système évolutif de niveaux de plus en plus complexes, pour des parties de 6 minutes ! Dommage qu’il faille l’application avec des écouteurs et un calepin non fourni.

Loser

Un jeu dans lequel les joueurs vont jouer des potions pour activer des pouvoirs permettant de jouer des sortilèges ou d’échanger des cartes, dans le but de ne pas avoir la potion la plus faible en main… Un jeu signé Cathala et Dutrait (en tant qu’auteur), qui manque d’intérêt malgré la renommée de ses créateurs. Un jeu qui manque profondément de quelque chose…

Mosquito Show

Un autre jeu co-signé Cathala (dont on reconnaît la patte), en 1 contre 1. Les joueurs incarnent des animaux et doivent les déplacer pour manger des moustiques, la plupart d’entre eux activant des pouvoirs. Un matériel superbe et coloré pour un jeu très subtil.

Nidavellir

Un jeu d’enchères et de collection nous projetant à la tête d’un clan de nains. De belles illustrations, malgré un thème un tout petit peu absent. Mais le jeu est très agréable et assez tactique. Un coup de coeur !

Papillon

Un jeu sympa d’enchères permettant de récupérer des tuiles à la Carcassonne, dans le but de former des massifs de fleurs pour que nos papillons les butinent. Joli et très coloré, le matériel est malheureusement très fragile et pas forcément pratique. De plus, le jeu ne propose finalement rien de neuf… Dommage. Il reste cependant agréable à jouer.

Paris New Eden

Jeu de draft de dés déclenchant diverses actions, servant à récolter des survivants pour acheter des bâtiments et marquer des points de victoire. Sympa et agréable mais sans plus.

Stuff

Un jeu coopératif d’associations d’idées dans la même veine que tout ce qui se fait chez l’éditeur Libellud (Dixit, Mysterium, etc). Du coup, rien d’innovant du tout… Si c’est votre premier du genre pourquoi pas, mais sinon, c’est un jeu qui n’apporte rien au principe des jeux d’associations d’idées…

As d’Or Enfant

Attrape Rêves

Le lauréat de sa catégorie. Il s’agit de choisir le bon doudou (tuile ronde) pour recouvrir intégralement le cauchemar au centre. Mécanique d’estimation des proportions, sinon pas fou. Le sachet-coussin est tout de même plutôt doux et agréable.

La Vallée des Vikings

Un jeu d’adresse et de dextérité, il faut taper dans la balle, qui va renverser les quilles des couleurs des joueurs. Ceux-ci vont avancer sur le ponton en fonction, et lorsque qu’un joueur tombe à l’eau, les autres récupèrent les bonus liés à leur emplacement. C’est sympa et amusant, mais les enfants risquent de ne pas forcément comprendre les subtilités liées au fait de viser pour faire avancer tel pions dans l’emplacement désiré pour marquer le plus de points.

Roulapik

Celui qui pour moi aurait mérité le prix. Il s’agit de faire rouler une balle de scratch pour accrocher diverses friandises, qui vont faire avancer notre hérisson. Même si un enfant pourrait avoir du mal à faire rouler le hérisson dans la bonne direction pour obtenir les friandises qu’il désire, le jeu est simple, sympathique comme tout, amusant… L’enfant pourra également s’entraîner à la reconnaissance de formes, à gérer sa dextérité, son adresse etc. Et le titre propose soit un mode compétitif, soit coopératif.

Yum-Yum Island

Dans ce jeu coopératif, les joueurs incarnent un service de livraison de nourriture par albatros interposé. L’un d’eux mettra un masque lui bouchant la vue, et les autres devront le guider pour qu’il amène le bon type de nourriture au bon animal… Mais attention car le géant dévore la nourriture qui tombe de la bouche des animaux ! A mon sens, trop compliqué pour des enfants en bas âge car le jeu fait intervenir des notions de coordinations spatiale, d’indications vocales etc… Mais cela reste amusant.

As d’Or Expert

Gloomhaven

Probablement une des boîtes de jeu les plus lourdes que je connaisse. Un jeu coopératif dans lequel les joueurs sont des aventuriers explorant un donjon en quête d’expérience, de gloire et de fortune. Une mode campagne avec 95 scénarios qui promet des heures et des heures de jeu… Et sans aucun dé pour la gestion des actions. Très sympa, avec un système de points d’expérience pour faire évoluer son deck, de quoi garantir de très nombreuses heures de jeu pour justifier le prix exorbitant.

It’s a Wonderful World

Un jeu de draft possédant une mécanique de production de ressources séquentielle. Les joueurs sont des dirigeants désirant bâtir une dystopie… Mais qui fera la meilleure ? Des règles simples, mais difficile à maîtriser. Il faudra bien choisir les cartes que l’on garde pour soi, que l’on enlève aux autres, mais aussi choisir si l’on veut défausser telle carte pour gagner un cube ressource, ou bien dépenser des cubes ailleurs pour produire plus… Et surveiller l’ordre des productions… Un jeu que je connaissais avant sa nomination, que je possède en version complète collector ! C’est dire s’il me plaît !

Res Arcana

Le vainqueur de sa catégorie. Les joueurs incarnent des sorciers qui doivent récolter des ressources et activer des artefacts pour obtenir des points de victoire. Un jeu relativement simple d’accès, que je n’aurais personnellement pas mis dans la catégorie Expert. Il n’a à mes yeux aucune originalité par rapport à ce qui se fait déjà. Sympa mais pas transcendant.

Root

Mon préféré de sa catégorie. Chaque joueur incarne une peuplade des bois, possédant des mécaniques très différentes les unes des autres. Chaque faction est unique et fonctionne comme nulle autre, que ce soit pour marquer des points ou juste se déplacer, ce qui fait que changer de peuple donne l’impression de jouer à un jeu différent. Jouable jusqu’à 6, long et riche, avec un matériel très abondant qui justifie son prix de 80 euros… Complexe à prendre en main (le temps de comprendre sa faction et celle des autres), mais très intéressant et prenant !

As d’Or Jeu de l’Année

Draftosaurus

Un jeu de draft de dinosaures, d’où le nom. Court et simple, voire trop court et trop simple. Sympa mais ne révolutionne rien du tout. Une interrogation quant au choix pour ce prix…

Fiesta de Los Muertos

Une sorte d’Esquissé revisité et coopératif où les joueurs doivent retrouver le nom d’une personnalité décédée en la désignant par un seul mot. L’ajout de contraintes après la première manche ajoute de l’intérêt à un jeu qui peut en manquer cruellement…

Little Town

Un petit jeu de pose d’ouvriers très accessible, où les joueurs vont pouvoir récolter des ressources pour construire des bâtiments qui leur permettront de récolter encore plus de ressources. Mais un bâtiment bien placé pourra rapporter gros s’il est utilisé par un adversaire… Simple et sans prétention, il pourrait faire une bonne introduction aux « kubenbois ».

Oriflamme

Le lauréat de sa catégorie. Chaque joueur incarne une famille désirant s’emparer du trône laissé vacant. Une mécanique de jeu à rôles cachés, un soupçon de bluff et de déduction… Une très bonne surprise !

Le mot de la fin

Dix ans de FIJ et toujours la même passion qui m’anime et qui fait que j’y retourne avec toujours autant de plaisir. 10 ans de jeux de société, jeux d’ambiance, jeux de réflexion, jeux d’adresse, jeux pour enfants. Des déceptions, des coups de coeur, des bonnes surprises au hasard des nombreuses allées que comporte ce festival. Toujours un incontournable pour les amateurs ou les passionnés de jeux ! Et la scène créatrice qui prend de plus en plus d’ampleur au fil du temps, si bien que les auteurs en devenir se réunissent pour qu’émergent des idées nouvelles et se portent vers le haut, afin que les projets des uns et des autres voient le jour. En clair, un médium, un art qui n’est pas près de s’éteindre ! Et ce n’est pas l’arrivée de l’hyperconnectivité qui changera cela. Même si de plus en plus de jeux utilisent un support numérique, même si de plus en plus de jeux sont adaptés au format numérique, rien ne remplacera jamais les rires entre personnes physiques autour d’une table. Rien ne remplacera le contact humain d’un passionné qui vous explique les règles de son jeu préféré. Et tout cela n’a pas de prix.

Rendez-vous du 26 au 28 février 2021 pour la prochaine édition du Festival International des Jeux de Cannes ! Et d’ici là, jouez, jouez encore et encore ! Partagez votre passion !

Par Flippy Who

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.