décembre 3, 2021

La Fabrique des Coïncidences – Yoav Blum

Auteur : Yoav Blum

Editeur : J’ai Lu

Genre : Drame

Résumé :

Guy, Emily et Eric sont des agents secrets d’un genre nouveau. Leur mission : créer des coïncidences pour réinventer de la vie des gens. Car, dans le monde de Yoav Blum, le destin ne relève pas d’une autorité divine ou d’un hasard désincarné, mais bel et bien d’une organisation invisible de travailleurs du réel. On y débute souvent comme tisseur de rêves, ami imaginaire, distributeur de chance… jusqu’à accéder, pour les plus zélés, à la fonction de faiseur de coïncidences. Leur rôle consiste le plus souvent à provoquer des rencontres, rassembler des familles, semer les graines de l’inspiration à l’origine d’une œuvre d’art, d’une découverte scientifique…
Aussi quand Guy se voit assigner une mission spéciale impliquant un mystérieux tueur à gages fraîchement débarqué en ville, ses certitudes volent en éclat tout en lui assénant au passage une bonne leçon sur les arcanes du destin, le libre arbitre et la nature véritable de l’amour.

Avis :

La fabrique des coïncidences et un roman qui navigue entre réalité et fantastique d’une manière plutôt poétique. Certaines scènes sont totalement étranges et cela est voulu. Ce livre ne plaira pas aux esprits terre à terre et peu ouverts à l’imagination, ou qui ne sont pas prêts à l’évasion la plus complète. Le ton du roman est si particulier que le lecteur aura besoin d’un temps d’adaptation avant de véritablement plonger dedans et de s’attacher au trio d’aventuriers que l’on découvre, pas à pas.

Les personnages principaux apparaissent à la fois proches de nous et en même temps loin des humains que nous côtoyons habituellement. Tout leur esprit est tourné vers leur métier aux principes complètement dingues : ce sont des faiseurs de coïncidences ! Ce métier est très sérieux et de nombreuses règles, lois et principes le maintiennent à un niveau d’exigences élevé. La formation n’a pas été de tout repos pour Éric, Guy et Emily, qui ont rapidement dû apprendre de leurs erreurs.

La coïncidence n’est pas une chose anodine qui doit être prise à la légère. Les missions données doivent améliorer la vie des gens, faire se rencontrer deux personnes qui sont faites l’une pour l’autre ou permettre qu’une personne se découvre et change complètement de perspectives de vie. Certaines missions ne sont pas aussi joyeuses, malheureusement, et c’est grâce à elles que l’auteur nous embarque sur des rivages sombres, où la mort d’une personne pourrait sauver des milliers, voire des millions de gens. Les pistes posées sont captivantes et font réfléchir. Tous nos fils de vie sont-ils reliés ? Les coïncidences empêchent-elles le libre-arbitre ? Pourquoi devrions-nous laisser à un seul groupe de faiseurs de coïncidences le choix de décider pour nous ? Que se passerait-il si un des faiseurs se trompait ou n’accomplissait pas sa mission ? Que se passerait-il si un des faiseurs refusait sa mission ou la modifiait volontairement pour épargner une âme ?

Nous suivons avec plaisir plusieurs missions, notamment celles de Guy, ainsi qu’une d’Emily, qui n’avance pas depuis des mois et qui doit permettre à un comptable de changer de carrière en révélant à tous ses talents de poète. Les premières lignes du livre nous plongent directement dans l’action et nous font rentrer à l’intérieur du mécanisme mis en place pour que deux personnes se rencontrent et établissent enfin le contact. L’écriture et la mise en scène sont étonnantes et plaisantes. Ce qui est dommage est que l’auteur revient souvent dans le passé des personnages, ce qui nous donne l’impression que l’intrigue n’avance pas ou peu, et qu’elle s’allonge pour rien. Le passé de Guy est ainsi distillé tout au long du roman, amenant certes un suspense agréable mais néanmoins frustrant pour le progrès de l’intrigue. Les sentiments sont également décrits de manière quelque peu lourde, s’étendant sur plusieurs pages, coupant ainsi le rythme de l’histoire, même si les ressentis des personnages sont intéressants, bien que répétitifs.

Guy est une personne qui a du mal à se libérer de son passé d’ami imaginaire. En effet, être un ami imaginaire est un métier, tout comme l’est faiseur de coïncidences. Guy se souvient des enfants qu’il a aidés et des autres amis imaginaires qu’il a rencontrés. C’est à cette époque qu’il a connu l’amour et cela s’est mal terminé. De son côté, Emily essaie de faire en sorte que Guy ouvre les yeux sur elle et qu’il voit comme elle est belle et qu’elle l’aime. Éric, quant à lui, est plus atypique. Les coïncidences n’ont plus de secret pour lui et il n’hésite pas à en créer pour son propre intérêt, ce qui lui a déjà valu de nombreuses punitions. Il est difficile de s’attacher aux personnages car on ne les comprend pas toujours très bien et parce que leur mode de vie diffère parfois un peu trop du nôtre. Cependant, le lecteur ressentira rapidement de la peine pour Guy et Emily, dont les pensées et le mal-être nous sont régulièrement transmis.

De temps à autre, des interludes nous sont proposés afin que l’on comprenne mieux le métier pratiqué par les personnages. Par exemple, certaines pages de cours nous sont présentées, ainsi que des théories, des portraits de personnages historiques ayant façonné des formules ou des hypothèses, ainsi que des énoncés d’exercices pratiques. Cela nous montre toute la recherche et l’imagination de l’auteur qui a voulu rendre son univers aussi réel que le nôtre. Cela fonctionne car les réactions sont crédibles, ainsi que les situations, bien qu’elles nous fassent souvent lever un sourcil.

A partir de la moitié de l’ouvrage, un autre personnage est inséré. Sa situation est des plus comiques et plaira certainement à tous les lecteurs. Cependant, on finit par se rendre compte, qu’à part cet attrait amusant, ce personnage ne sert pas l’histoire et c’est bien dommage.

La fin montre toute l’ampleur du roman et détonne ! Emouvante et pleine d’amour, le livre se termine sur une chute époustouflante qui donne au roman un cachet irrésistible et qui en fait sa force. Tous les rouages mis en places et les engrenages éparpillés s’associent pour nous donner à rêver, en plus d’une écriture légère et aérée. Ce n’est qu’en arrivant au final que le lecteur se rendra compte du brio de l’histoire, qui avait du mal à décoller jusque-là.

Note : 13/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.