janvier 16, 2022

Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg: Midnight Movies

feffs-1102-1108

Cette année encore était proposée, chaque soir, la séance de minuit (sauf les jours d’ouverture et de clôture) pour finir, ou commencer, une journée riche en visionnage. Permettant ainsi de découvrir des films d’horreur venus des quatre coins du monde.

Sept longs-métrages ont été diffusés. Ne pouvant être présent tous les soirs nous n’avons pu en voir que 3 :

-The Battery Jeremy Gardner, USA, 2012

Etant un premier long et ne bénéficiant que d’un budget limité à 6000 $, on peut-être indulgent et la tenue plastique est acceptable. Mais tout de même, en plus d’être mal joué, ce qui n’est pas forcément détestable, on va suivre un road-movie zombiesque barbant où deux anciens joueurs de baseball, Ben et Mickey, qui pour survivre dans la nouvelle Angleterre dévastée, sillonnent les routes forestières de manière à éviter les zombies, sans but précis. Jusqu’au jour où Mickey intercepte une transmission radio.

the-battery-2012

« Sans but précis » résume bien le film. Il ne s’y passe strictement rien d’intéressant du début à la fin. Entre une partie de lancers de balle, une masturbation devant une zombie coincée, un brossage de dents qui dure une plombe devant la caméra, se regarder filmer et on en passe jusqu’au final très très long en huit-clos dans l’arrière d’une voiture autant dire que l’on s’ennuie ferme au son des zombies qui s’agitent au dehors pour finir sur une tentative de climax vengeur qui tombe totalement à plat.

Désolé mais sans vouloir être Monsieur Méchant et même avec un tel budget, un minimum d’imagination et d’idées captivantes ou amusantes pouvaient voir le jour et qu’il soit possible de mettre en scène. Et au pire des cas, le montage pouvait être raccourci pour éviter un si long supplice.

1h 41 de souffrance.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=TO3_WO2YfGo[/youtube]

-Big Ass Spider Mike Mendez, USA, 2013

Avec : Greg Grunberg, Lombardo Boyar, Lin Shaye, Clare Kramer, Ray Wise, Lloyd Kaufman

Une araignée génétiquement modifiée créée par l’armée s’échappe et toutes les 4h prend des dimensions plus importantes. Pour stopper la terreur, un spécialiste est engagé : un exterminateur d’insecte (Greg Grunberg) affublé d’un immigré clandestin (Lombardo Boyar).

Mike Mendez réalisateur du plutôt fun et légèrement timbré Serial Killers (1996), puis Bimbo Movie bash (1997), mais aussi du mauvais Le couvent (2001) revient après 7 ans d’absence, toujours œuvrant dans la série B, avec son dernier film Profanations datant de 2006.

film_page_hero

Un retour avec un film de « Big monster » aux effets spéciaux acceptables, qui n’aspire qu’à divertir (au sens amusement de la salle) ce qui en fait une qualité mais aussi beaucoup de défauts. On aurait préféré quelque chose de plus sérieux, plutôt dans la veine du cinéma de Jack Arnold ou du génial Them ! de Gordon Douglas (1954), toutes proportions gardées bien entendu.

Ici on lorgne plus volontiers du côté Arac Attack : les monstres à huits pattes, amusant, pour la sauce comique. Le film réussi la chose correctement, proposant quelques moments bien réjouissants comme un lâché arachnidien dans un parc en pleine ville, où l’on pourra y croiser un certain Lloyd Kaufman. On sent tout de même une certaine retenue, car si c’est moins bête, plus modeste et moins profiteur qu’une production The Asylum, dont beaucoup de productions sont simplement navrantes, c’est finalement moins fun qu’un Sharknado (2013) ou encore le Sharktopus produit par Roger Corman en 2010, tout en désinvolture. L’ensemble reposant de trop sur le duo comique aux vannes pas vraiment drôles, avec un sidekick moins énervant qu’a l’accoutumé il est vrai.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=WeRW_dClNkI[/youtube]

-Go Goa Gone Raj Nidimoru, Krishna DK, India, 2013

Avec : Saif Ali Khan, Kunal Khemu, Vir Bas, Arand Tiwary

L’Inde, dans le domaine du cinéma, possède de multiples visages avec des industries à n’en plus finir (Bollywood, Kollywood, Tollywood, Mollywood …). Le pays est capable, au-delà de superbes nanars jouissifs (ex : Alluda Majaka… ! , Satyanarayana E.V.V., 1995), de sortir des œuvres plus « sérieuses » incroyables en témoigne par exemple Enthiran  (S. Shankar, 2010) un film de SF accumulant les scènes les plus folles, ou même Voltage (RA. One , Anubhav Sinha, 2011) le plus onéreux de l’industrie Bollywoodienne, diffusé l’année dernière au FEFFS. Avec Go Goa Gone c’est une incursion dans l’horreur, plus précisément dans la zombie-comédie (ou « zomcoms »), avec des moyens beaucoup moins importants.

Luv et Hardik, deux célibataires accros au cannabis, persuadent leur pote Bunny, le sérieux de la bande, de les emmener avec lui dans la cité balnéaire de Goa, paradis de la fête, des drogues, du sexe et de la musique électro. Lors d’une rave party organisée par la mafia russe est distribuée une pilule rouge qui transforme les consommateurs en zombies.

go-goa-gone_13644681558

Dès le début ça revendique le « just have fun » sans jamais l’être ! En faisant l’effort, les dialogues au début peuvent amuser par quelques sous-entendus (enfin plutôt des coups de coudes pour dire qu’il faut rire) et son rythme, malgré l’aspect ultra-grossier et débile d’une facilité déconcertante, est d’une lenteur affligeante. Autant la série des New Kids… est d’une grossièreté volontaire elle aussi, allant dans l’outrance, dans le très lourd ou le mauvais goût fournissant tout de même des moments drôles, autant là on a juste l’impression que les personnes dans et derrière Go Goa Gone sont toutes aussi bêtes en réalité que dans le métrage… De surcroît l’ennui prend une dimension supplémentaire avec l’apparition des zombies ! Ce n’est pas le faux Rambo-blond-russe qui va sauver quoi que ce soit, chaque « gag » étant loupé, et toutes scènes d’action aucunement réjouissantes. Les acteurs ont l’air de s’être bien amusés et font ce dont ils ont envie et cela reste terriblement consternant et ennuyeux.

 [youtube]http://www.youtube.com/watch?v=4V5zGNVRmaE[/youtube]

N’ont pu être vu les films suivants :

Frankenstein’s army, 2013, un long hollandais accès action de Richard Raaphorst (1er film) dont on entend parler depuis un moment narrant l’affrontement de soldats russes avec des soldats morts-vivants de chair et d’acier créés par les bons soins d’un scientifique. D’après les échos le film a beaucoup plu aux festivaliers.

frankensteins-army-subtitledonline

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=uWRhEMPq0F8[/youtube]

Fresh Meat, 2012, une comédie d’horreur Néo-Zélandaise de Danny Mulheron (1er film). Hyper-hot-girl et son gang des Tans essayent d’échapper à la police en se réfugiant dans un pavillon d’une banlieue aisée. Mais la famille Maori occupante à renouer depuis peu avec des rites culinaires ancestraux.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=crOLpmSpmjo[/youtube]

Tiktik : the answang chronicles, 2012, film Philippins d’Erik Matti, qui a pour particularité d’avoir été tourné entièrement sur fond vert. Un jeune homme arrogant veut reconquérir sa petite amie enceinte et se rend à Pulupandan, mais celui-ci s’attire les foudres des locaux, des Aswang ou Tiktik monstres mythologiques Philippins mangeurs de fœtus.

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=xgXoTbYqGWs[/youtube]

Et pour finir la nouvelle anthologie found-footage V/H/S/2 à laquelle de nouveaux réalisateurs sont attachés : Jason Eisener (Hobo with a shotgun, 2011), Gareth Evans (« The Raid », 2012), Timo TjahjantoKillers et Macabre tous deux co-réalisé avec Kimo Samboel en 2013), Eduardo Sanchez Le projet Blair Witch co-réalisé avec Daniel Myrick en 1999), Gregg Hale (producteur sur Le projet Blair Witch) et Simon Barrett (scénariste et producteur de You’re next d’Adam Wingard sortit il y a peu sur nos écrans) et Adam Wingard (You’re next, 2013). En ce qui concerne l’horrible premier V/H/S les avis de Lavisqteam sont disponibles sur le site.

images

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=3ih0AseYg4s[/youtube]

Par Serval

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.