septembre 27, 2022

Ant-Man et la Guêpe – Micro Marvel

Titre Original : Ant-Man and the Wasp

De: Peyton Reed

Avec Paul Reed, Evangeline Lilly, Michael Douglas, Michael Pena

Année: 2018

Pays: Etats-Unis

Genre : Super-héros

Résumé :

Après les événements survenus dans Captain America : Civil War, Scott Lang a bien du mal à concilier sa vie de super-héros et ses responsabilités de père. Mais ses réflexions sur les conséquences de ses choix tournent court lorsque Hope van Dyne et le Dr Hank Pym lui confient une nouvelle mission urgente… Scott va devoir renfiler son costume et apprendre à se battre aux côtés de La Guêpe afin de faire la lumière sur des secrets enfouis de longue date…

Avis :

Après un premier opus porté sur la comédie, et ramenant le spectateur à une échelle plus humaine, Peyton Reed continue sur sa lancée avec le deuxième opus. Après la claque et le ton dramatique de Avengers : Infinity War, Marvel Studio décide de revenir à une ambiance plus joyeuse avec la suite des aventures de l’Homme Fourmis toujours interprété par Paul Rudd.

Dans la lignée du premier opus

Ant-Man et la Guêpe commence au lendemain de Captain America : Civil War. Scott Lang est assigné à résidence depuis qu’il a été arrêté par le gouvernement pour ne pas avoir signé les accords qui animaient les tribulations de Civil War. Les références sont nombreuses et les connexions toujours aussi intelligentes, permettant d’accroître encore et toujours l’univers connecté. Peyton Reed décide de garder le même univers que son premier film. Ant-Man est une « pause » dans le MCU. Loin des problèmes cosmiques des films comme Thor, Avengers ou Iron Man, Ant-Man lui doit surtout gérer sa vie personnelle agrémentée de menaces plus conventionnelles que celle de Thanos. On le retrouve ainsi aux prises avec Sonny Burch, un petit gangster de pacotille, et le Fantôme, totalement transformé pour l’occasion. A l’origine personnage masculin, anti-héros, super-vilain de seconde zone et surtout ennemi de Iron Man, il devient ici une femme, innocente, ennemie de Ant-Man, méchant mais pas vraiment (recette à la mode dans les films de super-héros comme dans Black Panther ou Spider-Man : Homecoming). Ainsi Peyton Reed continue d’asseoir ce nouveau type de méchant : des victimes qui demandent réparation par les armes. Le ton est ici encore très léger dans la lignée du premier film. Ant-Man est le Deadpool du MCU, le bouffon bavard et drôle qui se met dans des situations impossibles. L’humour est omniprésent dans cette suite. On retrouve bien sur les histoires hilarantes de Luis, mais également de très bonnes mises en situation où quelques bonnes vannes viennent appuyer les changements de taille. On pense évidemment à la séquence dans l’école. Bref Ant-Man et la Guêpe joue davantage avec les rapports de taille que son prédécesseur et c’est tant mieux. Ce deuxième opus est un film efficace et divertissant, humble dans ce qu’il veut raconter, mais qui tombe malheureusement dans le tout-venant hollywoodien dans son dernier tiers. Une conclusion paresseuse à l’image du scénario.

Un scénario paresseux et bancal

Malheureusement, l’histoire de ce Ant-Man est d’un ennui monstre et d’un manque total de crédibilité. Hank Pym et sa fille décident d’aller au secours de la Guêpe originelle, coincée dans la dimension subatomique. Après 30 ans et le génie de Hank Pym, il faut l’arrivée de Scott Lang pour relancer cette recherche. Après cette justification maladroite, les protagonistes vont tenter de sauver la première guêpe interprétée par Michelle Pfeiffer. Le Fantôme lui, n’est qu’un antagoniste fade et classique. Une femme victime des privilèges des riches et des puissants, qui cherche vengeance et rédemption. A des années lumières du personnage fantasmagorique des comics, cette incarnation n’aurait pas pu être plus plate. D’un ennui mortel, cet antagoniste est tout simplement un des moins intéressants de tout le MCU. Quant à Sonnny Burch, le petit gangster, l’interprétation de Walton Goggins ne change rien à la donne. Même Michael Douglas semble à côté de ses pompes. Reste la ferveur de Paul Rudd toujours à fond dans son rôle de papa poule déconneur. Après les courses-poursuites d’usage, et une introduction un peu inutile de Bill Foster, alias Goliath, tout ce petit monde se retrouve dans le dernier acte qui est un fourre-tout bancal. Une conclusion asphyxiante qui accumule les clichés et les facilités. Hank Pym est dans l’autre dimension, esthétiquement superbe, mais cruellement sous employée, pendant que Ant-Man et la Guêpe affronte un Fantôme qui cherche simplement la rédemption. Hank Pym retrouve sa femme, qui est toujours maquillée même après trente ans dans une autre dimension, il la ramène et cette dernière sauve le fantôme en 5 petites secondes sans l’once d’une quelconque explication. Happy-end, tout le monde est content, on ramasse le chèque, fin de l’histoire. Vraiment ? On conseille néanmoins la première scène post-générique qui fait très froid dans le dos…

Ant-Man et la Guêpe est donc dans la continuité du premier opus : drôle, fun et décontracté. Mais un scénario très paresseux et un antagoniste raté font de cette suite un Marvel classique tout au plus.

Note : 13/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=A5jzpMR6rv4[/youtube]

Par Aubin

Une réflexion sur « Ant-Man et la Guêpe – Micro Marvel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.