décembre 7, 2021

Tout l’Argent du Monde – La Rançon de la Gloire

Titre Original : All the Money in the World

De: Ridley Scott

Avec Mark Wahlberg, Christopher Plummer, Michelle Williams, Charlie Plummer

Année: 2017

Pays: Etats-Unis

Résumé :

Rome, 1973. Des hommes masqués kidnappent Paul, le petit-fils de J. Paul Getty, un magnat du pétrole connu pour son avarice, mais aussi l’homme le plus riche du monde.  Pour le milliardaire, l’enlèvement de son petit-fils préféré n’est pas une raison suffisante pour qu’il se sépare d’une partie de sa fortune.
Gail, la mère de Paul, femme forte et dévouée, va tout faire pour obtenir la libération de son fils. Elle s’allie à Fletcher Chace, le mystérieux chef de la sécurité du milliardaire et tous deux se lancent dans une course contre la montre face à des ravisseurs déterminés, instables et brutaux.

Avis :

Qu’on aime son cinéma ou non, qu’on soit souvent déçu ou admiratif, Ridley Scott reste l’un des plus grands cinéastes contemporains qu’on ait. Et c’est un cinéaste qui se bouge (peut-être un peu trop, c’est vrai). Après la déconvenue d’un « Alien Covenant » que beaucoup ne sont pas prêts à lui pardonner, Ridley Scott est de retour en cette fin d’année pour un second film made in 2017. Et un second film qui a eu tendance à lui donner des cheveux blancs, étant obligé de remplacer l’un de ses acteurs principaux, le talentueux et aujourd’hui banni Kevin Spacey, par le tout aussi talentueux Christopher Plummer. Bon, on ne reviendra pas sur la décision à six semaines de la sortie du film de retourner toutes les scènes de Spacey par Plummer.

Donc, après deux retours consécutifs dans la science-fiction, Ridley Scott revient cette fois-ci au thriller, au drame et au cinéma qu’on qualifiera de plus conventionnel. Revenant sur l’histoire d’un kidnapping, avec « Tout l’argent du monde« , Ridley Scott nous livre là un film pour prenant et intéressant sur plus d’un terrain. Très bien raconté, malgré des faiblesses, on appréciera aussi le regard qu’offre le cinéaste sur le monde, l’argent et le pouvoir de ce dernier.

Rome, 1973, le jeune Paul Getty se fait enlever en pleine nuit dans un des quartiers de la ville. Le jeune homme est le petit-fils de J. Paul Getty, l’homme le plus riche du monde. Ayant fait fortune dans le pétrole, le « vieux », comme beaucoup l’appelle, est même l’homme le plus riche de l’histoire du monde. Mais pourtant, malgré ses milliards, Mr Getty refuse de payer un centime pour la libération de son petit-fils. Sa mère se retrouve alors face à un empire de glace et doit gérer les kidnappeurs, la presse, la famille, l’image et ses émotions. Bref un combat implacable et inimaginable entre elle et le « vieux » commence…

« Tout l’argent du monde« , ce sont deux films en un seul. Et ce sont deux films qui seront tous les deux de bons moments de cinéma à suivre, car si l’un est un drame divertissant qui sait habilement nous tenir en haleine, l’autre est une belle et bonne réflexion sur le pouvoir de l’argent et plus largement sur un monde capitaliste.

Dans une première lecture, Ridley Scott nous entraîne dans un thriller pour le moins classique, mais habile et efficace. Enlèvement, enquête, négociations, résolution, rien qu’on ne connaisse pas, que ce soit dans son histoire ou son procédé. Mais malgré cela, « Tout l’argent du monde » reste un film qui fonctionne bien, qui intéresse et qui mise plus sur la bataille psychologique familiale que sur l’action.

Alors qu’il aurait été plus clientéliste de livrer un thriller sombre et musclé, Ridley Scott a fait d’autres choix et si certains lui reprocheront un film pépère et longuet, de notre côté, le choix est payant et le film ne se voit pas passer, en plus d’instaurer un joli suspens.

Puis de l’autre côté, « Tout l’argent du monde » est un film critique et une belle leçon. L’argent ne fait pas le bonheur et ce film en est presque la définition. Une définition qui prend sens avec le portrait avare et aberrant de cet homme riche, dont certaines décisions peuvent être entendues, mais d’autres restent aberrantes et folles. Si, « Tout l’argent du monde » est un bon thriller, la richesse et le relief du portrait que dresse le réalisateur ici est de loin le plus passionnant et rehausse amplement le film.

Mais ce portrait a aussi une faille frustrante, car si Christopher Plummer est excellent, incroyable même dans la peau de ce vieil acariâtre, il plane sur lui l’ombre d’un Kevin Spacey qui aurait promis d’être immense.

« Tout l’argent du monde« , c’est aussi un cinéma comme on en fait plus beaucoup. Encore une fois, c’est un thriller simple dans sa structure, mais sa mise en scène est bonne et belle, Ridley Scott ne donne pas dans la surenchère et tient un bon rythme. Il offre aussi une belle plongée dans le monde des années 70.

De plus, pour donner de la constance à son histoire et ses personnages, le réalisateur a choisi de nous raconter l’histoire des Getty à travers des flashbacks bien amenés. Flashbacks qui peuvent quelque peu expliquer la psychologie de ce grand-père, qui amasse et entasse, ayant toujours peur de manquer.

Bref, « Tout l’argent du monde » est un bon film, un bon thriller et une bonne critique à la morale universelle. Simple et efficace, emmené par de bons comédiens, Christopher Plummer en tête, le dernier-né de Ridley Scott mérite qu’on s’y arrête.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=JGXqAPPLtNg[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.