mai 25, 2022

La Folle Journée de Ferris Bueller

Titre Original : Ferris Bueller’s Day Off

De: John Hughes

Avec Matthew Broderick, Alan Ruck, Mia Sara, Jeffrey Jones

Année: 1986

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie

Résumé:

Un cancre invétéré, Ferris Bueller, convainc sa petite amie et son meilleur ami hypocondriaque (dont le père a une Ferrari) de sécher les cours pour aller passer la journée à Chicago. Pendant qu’ils font les 400 coups dans la grande ville, le proviseur et la sœur de Ferris tente, chacun de leurs côtés, de prouver aux parents que leur fils est un cancre et qu’il a séché.

Avis :

Le début de carrière de John Hughes est tout bonnement exceptionnel tant le réalisateur a su s’imposer et rester comme l’un des papes de la comédie dans les années 80. Bon, il faut dire qu’il a mis la barre très haute, allant même jusqu’à offrir un chef-d’œuvre avec son deuxième film,  » The Breakfast Club« . S’en suivra l’excellente et délirante comédie  » Une créature de rêve » sortie en Février 1986. Puis quelques mois plus tard, il revient avec « La Folle journée de Ferris Bueller » qui restera comme l’un de ses meilleurs films, mais aussi l’un de ses plus gros succès et c’est de ce film qu’on va parler aujourd’hui.

Énorme succès mérité « La Folle journée de Ferris Bueller » est le quatrième film de John Hughes et l’on peut dire que le réalisateur nous a réservé ici la crème de la crème du Teen Movie. Jouissif, délirant, généreux, drôle et touchant, le film détient tout de même un vrai fond et une belle analyse de l’adolescence et de ses choix, avec notamment des personnages secondaires géniaux. Bref, on adore cette « … folle journée … » et l’on regrette que des comédies comme celle-ci ne voient pas le jour plus souvent.

En cette belle journée, Ferris Bueller, l’un des élèves les plus aimés de son lycée, de la ville, de l’état et peut être même du pays, a décidé de sécher les cours et de profiter de la vie. Pour cela, il a convaincu sa petite amie et son meilleur ami de le suivre dans ce qu’il sait être une journée mémorable. Pendant que ses parents le croient malade, pendant que sa sœur le hait dans son coin et quee le proviseur du lycée est bien décidé à le prendre sur le fait, Ferris et ses potes s’amusent en ville au volant de la précieuse Ferrari du père de son meilleur ami.

Comédie sans complexe qui est un véritable délice à suivre, « La folle journée de Ferris Bueller« , malgré ses trente ans passés, demeure un best of à elle seule de ce qui se fait de mieux dans le Teen Movie. D’ailleurs, elle pourrait prétendre au Trône, même si elle restera encore et toujours vaincue par « The Breakfast Club« .

Avec ce film, John Hughes nous invite à suivre une échappée belle dans la ville de Chicago et le programme de nos trois ados va être chargé en délires, en arnaques, en audace, et même en émotion et prise de conscience pour l’un d’entre eux.

Ce qui est terrible avec ce film, c’est le fait que John Hughes ne « vise rien d’autres » que le fait d’amuser son public et ça fonctionne parfaitement. Comment ne pas rire et se laisser emporter par le bagou incroyable de Ferris Bueller et sa gueule d’ange. On aura envie de le suivre dans tous ses plans, même les plus foireux, et c’est là l’une des forces du film, car si l’on y regarde de plus près, l’intrigue de « La folle journée de Ferris Bueller » n’est pas si folle que ça et bien souvent elle n’est qu’une succession de gags et de bêtises toutes plus funs les unes que les autres (tout ce qui tourne autour du proviseur n’a pas de prix !). Il y a quelque chose de cool et d’intemporel qui se dégage de ce film, quelque chose qui, même si ça reste très typé années 80, dans son humour, ses gags et son alchimie entre les personnages, reste intact et parle encore aujourd’hui. De plus cette « … folle journée … », même si elle reste une comédie qui ne se prend pas la tête et s’assume comme tel, demeure aussi « sérieuse » dans certains de ses aspects. Ainsi, elle parle bien de l’adolescence, de ses peurs, ses doutes et ses rêves. Puis elle présente de bons personnages secondaires, avec notamment le personnage du meilleur ami de Ferris qui va changer peu à peu et oser affronter ses peurs et s’émanciper. Bref, on dirait bien qu’à ce moment-là de sa carrière, John Hughes est le meilleur pour parler de l’adolescence.

Pour le reste, le film est tout aussi irréprochable. La mise en scène est dynamique, pêchue, pleine de bonne humeur. L’ambiance des eighties apporte un joli cachet et que dire de cette bande de comédiens idéale pour le film ? Matthew Broderick est attachant et passionnant, Mia Sara est toute jolie et pleine de talent. Quant à Alan Ruck, il se pourrait bien que ce soit son meilleur rôle, tant il peut être drôle et l’instant suivant touchant.

Hilarante et touchante, « La folle journée de Ferris Bueller » mérite bien toute son excellence. Encore une fois, John Hughes réussit parfaitement son film et nous éclate avec une journée pas comme les autres. Généreux, voire régressif, bref, je le redis, on adore ce film.

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=K-X2XzKqBiE[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.