décembre 4, 2021

Le Journal de Mia, Princesse Malgré Elle T.11 – Le Mariage d’une Princesse – Meg Cabot

Auteur : Meg Cabot

Editeur : Hachette

Genre : Romance

Résumé :

Depuis la remise du diplôme universitaire, la vie de Mia a été un tourbillon d’activités  : elle vit à New York, gère son nouveau centre communautaire pour adolescents, est follement amoureuse? et tout cela en tenant ses engagements royaux. Et à propos d’engagements, Michael a réussi à soustraire Mia à ses obligations le temps d’un interlude exotique sur une île des Caraïbes, où il l’a demandée en mariage. Bien sûr, Mia n’a pas eu besoin de consulter son journal intime pour répondre  «  oui  ». Malheureusement, un scandale est venu gâcher le bonheur de Mia  : sa grand-mère a livré de fausses informations sur son mariage à la presse, et Michael a pris la fuite. Pire, un politicien essaie de contraindre le père de Mia de renoncer au trône? et tout cela à cause d’un secret qui pourrait laisser Genovia sans roi. Mia parviendra-t-elle à prouver à tout le monde ? et surtout à elle-même ? qu’elle n’est pas seulement prête à se marier mais également à régner ?

Avis :

Anciennement appelée Journal d’une princesse, les aventures de Mia Thermopolis ont été rééditées sous le nom de Le journal de Mia, princesse malgré elle, depuis peu. Les livres de Meg Cabot subissent étrangement des rééditions souvent majeures, jusqu’à aller changer du tout au tout le nom de ses séries. La série Journal d’une princesse n’est pas la seule impliquée. Une de ses autres séries, The mediator, comptant pour le moment 5 tomes, (la sortie française des deux autres tomes ne saurait tarder, espérons le) vient de changer de nom pour s’appeler Susannah, le nom de l’héroïne principale, ce qui lui fait perdre un certain charme.

Des rééditions plutôt étonnantes même si le nouveau nom de la série concernant les déboires de la jeune héritière de Genovia aurait pu être pire. En effet, il rappelle clairement le nom du film Princesse malgré elle sorti en 2001 avec Anne Hathaway, qui avait plutôt été un succès contrairement à la suite, Un mariage de princesse, sorti en 2004, qui avait moins plu, s’éloignant grandement des intrigues des livres de l’auteure.

Ce tome 11, Le mariage d’une princesse, est un vrai plaisir de lecture. Il y est difficile de s’arrêter, notamment pour les fans de la première heure, surtout que ce tome était grandement attendu depuis … 2009 (!!!), la sortie du tome 10 Pour la vie. L’auteure a voulu redonner un coup de jeune à sa série culte qu’elle a d’ailleurs maintenant divisé en plusieurs séries principales : une pour adultes et l’autre pour adolescents. Celle pour adultes débute avec ce tome 11 qui voit son héroïne à présent âgée de presque 26 ans, l’âge moyen des lecteurs qui ont commencé cette série dans l’adolescence. Le phénomène de suivre l’âge des lecteurs est une riche idée qui fonctionne à merveille. On peut citer la série Harry Potter qui a très bien compris comment faire il y un moment de cela, ou encore la série des Tara Duncan qui évolue définitivement dans ce sens et avec un succès mérité.

L’effort pour rendre cette série plus mature est nettement visible. Mia parle comme une vraie tête couronnée et ne prend rien à la légère. Elle essaie de gérer sa vie personnelle et tous les engagements liés à sa condition de princesse, ce qui fait d’elle une personne vraiment intéressante, plus mûre mais aussi moins tête en l’air. Même si chacune de ses phrases paraît bien plus sérieuse, voire guindée, le ton de la jeune femme n’a rien perdu de son humour. Plus cynique, mine de rien, le lecteur retrouvera tout ce qui a fait de cette série un succès planétaire. La citation « […] Il est scientifiquement prouvé que les malades en phase terminale ont juste besoin qu’un rockeur sexy s’assoie sur le bord de leur lit d’hôpital et chante une ballade pour leur donner la force de continuer de vivre » (Le mariage d’une princesse, page 34) fait partie des multiples sarcasmes de Mia que l’on aime toujours autant lire.

Sa vie et ses angoisses ne l’auront pas transformée de marbre et le lecteur se surprendra souvent à sourire lors de la lecture de ce livre. Les personnages ont des caractères forts et sont à la fois attachants et étranges, ce qui ne gâche rien. On se souvient de la grand-mère de Mia, Clarisse, qui préfère largement s’occuper de son caniche nain que de sa petite-fille ; de la mère de Mia, Helen, grande artiste solitaire qui ne supporte pas la vie de palais ; Tina, une des meilleures amies de Mia, qui n’arrête pas de parler de la perte de l’amour de sa vie ou des dernières chaussures à la mode ; Lilly, la sœur du petit-ami de Mia, future avocate qui a franchement un truc qui débloque et de Michael, un scientifique de génie, amoureux de Mia et qui sait comment supporter les sautes d’humeur et le stresse de sa bien-aimée. Lilly est de plus en plus excentrique mais c’est ce qui fait d’elle un personnage aussi charismatique. Faire régner la justice lui tient à cœur et elle ne perd pas une seconde pour aider Mia, même quand cela ne la regarde pas. Michael est plus sérieux et plus pragmatique dans ce roman, loin de l’adolescent geek que l’on a connu. Il réfléchit davantage aux privilèges, mais aussi aux concessions et sacrifices à faire pour devenir prince consort. Une toute nouvelle vie s’offre à lui et ça ne lui déplaît pas tant que cela. Revoir tous ces personnages est un réel régal et l’évolution de chacun est vraiment intéressante.

Le roman prend encore la forme d’un journal intime dans lequel la jeune princesse raconte absolument tout, dès qu’elle a le temps de se poser. Quand elle écrit des SMS, la mise en page est totalement différente, ce qui permet de mieux nous immerger. Le livre contient également des articles de journaux, des annonces, des faire-parts, des menus ou des emplois du temps. Meg Cabot sait comment nous faire croire que l’on a entre les mains un vrai journal intime et ces effets sont réussis.

On pourrait croire qu’un tome 11 est de trop mais celui-ci est plein de rebondissements et de révélations incroyables. On ne s’ennuie pas une seconde et le rythme est plutôt rapide. L’entrain de la série ne s’est pas du tout émoussé même si le ton souvent un peu trop grognon de Mia peut agacer par moment, comme si elle n’était jamais contente de ce qui lui arrivait. En même temps, un journal intime nous sert davantage à exprimer nos mauvaises émotions que les bonnes, bien que celles-ci soient présentes en nombre dans ce roman.

Un tome 11 que les fans attendaient et qui ne décevra pas !

Note : 19/20

Par Lildrille

Lildrille

Passionnée d’imaginaire et d’évasion depuis longtemps, écrire et lire sont mes activités favorites. Dans un monde souvent sombre, m'évader et fournir du rêve sont mes objectifs. Suivez-moi en tant qu'auteure ici : https://www.facebook.com/ChloeGarciaAuteure. Et en tant que chroniqueuse aussi là : https://simplement.pro/u/Lildrille.

Voir tous les articles de Lildrille →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.