novembre 30, 2021

Open Range

De : Kevin Costner

Avec Kevin Costner, Robert Duvall, Annette Bening, Diego Luna

Année: 2003

Pays: Etats-Unis

Genre: Western

Résumé:

Boss Spearman, Charley Waite, Mose Harrison et Button mènent leurs troupeaux à travers les vastes plaines de l’Ouest. Les quatre hommes partagent une amitié basée sur un solide code d’honneur. Leur migration les conduit à Harmonville, un patelin sous la férule d’un shérif corrompu et d’un rancher tyrannique.
Boss et Charley se trouvent irrémédiablement entraînés vers une confrontation avec les dirigeants de la petite ville pour protéger la liberté et les valeurs rattachées à leur style de vie d’une autre époque. Dans la tourmente, la vie de Charley est bouleversée par sa rencontre avec Sue Barlow, une femme superbe et chaleureuse qui séduit à la fois son cœur et son esprit…

Avis:

Parmi les grands acteurs actuels, il y en a un qui fut une véritable star dans les années 90 et qui se fait quelque peu oublier ces dernières années, alors même qu’il a une très belle côte d’amour. Ce comédien, c’est Kevin Costner. Entre « Bodyguard« , « JFK« , « Un monde parfait« , « Waterworld« , « Robin des bois prince des voleurs« , on peut dire que Kevin Costner aura bercé bien des enfances et des adolescences. Kevin Costner, c’est aussi un réalisateur, et un excellent réalisateur, puisqu’il détient un chef d’œuvre à son actif, son premier film, « Danse avec les loups« . Mais depuis ce film multi récompensé sorti en 1991, Kevin Costner a retouché la caméra de manière plus discrète.

Si son second film, « Postman« , sorti en 1998, a déçu, Kevin Costner est repassé derrière la caméra pour un nouveau western en 2004 et le moins que l’on puisse en dire, c’est qu’il est vraiment très classe. Western crépusculaire, chevauchée vengeresse, « Open Range » est un grand film qui détient une histoire forte et brutale. Kevin Costner démontre qu’il est un réalisateur sur lequel on peut compter. Les bons westerns modernes ne courent pas vraiment les écrans et avec cette troisième réalisation, nulle doute qu’on tient-là l’un des meilleurs de ce début de siècle !

Boss Spearman est éleveur itinérant de bétails. Avec Charley Waite, Mose Harrison et Button, il parcourt les états et s’applique à trouver le meilleur endroit pour ses bêtes. Un jour, alors qu’ils vont repartir, Boss envoie Mose dans la ville la plus proche pour que ce dernier lui ramène de quoi faire un nouveau voyage. Mais Mose se fait arrêter et quand Boss et Charley viennent le récupérer, ils font la connaissance de Denton Baxter, un rancher qui fait régner sa loi sur la ville et alors que les éleveurs ne cherchent pas d’embrouilles, ils vont être emportés dans une vengeance violente, brutale et soudaine.

Quelle jolie petite claque que cette nouvelle réalisation signée Kevin Costner. D’ailleurs, quand on y pense, Kevin Costner est un réalisateur bien trop sous-estimé et il en fait encore une fois la preuve en signant l’un des meilleurs westerns de ces dernières années. Un western qui est peu connu et presque oublié aujourd’hui et c’est donc avec grand plaisir qu’on le remet en lumière.

Ce qui est très bien avec ce film, c’est le fait que Kevin Costner ne veut pas faire de l’esbroufe. Ici, si le scénario est pour le moins original dans son prétexte, dans ses grandes lignes, il demeure assez convenu. Mais pourtant, malgré ça, Kevin Costner a su faire un film diablement efficace, visuellement impeccable et détenant une intrigue qu’on adore suivre et qui se révèle être même touchante.

Doté d’un très bon sens du timing, Kevin Costner nous offre un film de deux heures et demie qui prend son temps pour nous raconter le contexte, la relation entre ses personnages, leurs passés tout en ayant un rythme qui ne laisse aucune longueur. Si le film sait se faire contemplatif, ou encore se tenir uniquement à la force de ses très bons dialogues ou l’interprétation de ses comédiens, il fait aussi se faire prenant dans ses actions. Kevin Costner a su faire aussi un film qui reprend parfaitement le cahier des charges du western par excellence, tout en ne donnant pas l’impression d’en faire trop, bien au contraire. Comme on le disait plus haut, si le film dans ses grandes lignes reste assez convenu, cela ne l’empêchera pas d’aller peu à peu vers un final des plus jubilatoires. Un film qui est une sorte de requiem pour un western. Ça tire, ça flingue, ça punchline, et ça assure un certain spectacle et en même temps, c’est plein d’humanité, et même un soupçon d’amour… Bref, c’est bon, très bon et l’on en redemande.

On ajoutera à cela le fait que le film soit bercé dans une lumière particulièrement magnifique. Une lumière naturelle qui va parfaitement avec les décors et les paysages grandioses que Kevin Costner sait superbement mettre en valeur. Manque plus qu’une BO marquante et Kevin Costner avait tout de grand (non pas que la BO Michael Kamen soit mauvaise, mais on ne peut pas dire non plus qu’elle soit marquante).

« Open Range« , c’est aussi un duo d’acteurs géniaux. Robert Duvall est magistral en tête d’affiche très bien secondé par un Kevin Costner plus discret, mais pourtant très présent. On pourra aussi compter sur Michael Gambon, terrible en grand méchant, qui en fait peut-être un peu trop, mais on s’en fiche un peu, tellement l’acteur est bon. Kevin Costner complète son casting par le charme d’Annette Bening et Diego Luna et une pelletée de seconds couteaux qu’on adore.

« Open Range » est donc un western qui fait partie de ce que l’on fait de mieux dans le genre. Excellent de bout en bout, Kevin Costner démontre qu’il est un grand réalisateur à tous ceux qui l’avait oubliés, et après avoir pris cette jolie claque en pleine figure, on espère simplement qu’elle ne sera pas la dernière (oui, Costner n’a plus réalisé depuis et c’est bien dommage).

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=4werfN6fQ44[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.