janvier 21, 2022

Albator 84

Titre Original : Waga seishun no Arcadia – Mugen kidô SSX

D’Après une Idée de: Leiji Matsumoto

Pays : Japon

Nombre d’Episodes : 22

Genre : Science-Fiction

Résumé :

Albator et son équipage sont à la recherche d’une planète idéale où la paix règnerait. La Terre et une partie de l’univers sont en effet sous la coupe des Humanoïdes, et ces derniers font tout pour éliminer le célèbre corsaire, qui constitue une entrave à leur autorité dictatoriale. C’est principalement le professeur Zon, un traître terrien à la solde de l’ennemi, qui va donner la chasse à Albator, désireux de prouver que les redoutables vaisseaux qu’il créé sont supérieurs à celui de notre héros. Mais ce dernier n’est pas seul dans l’univers…

Avis :

Réalisateur et scénariste culte au Japon, Leiji Matsumoto oscille entre les séries d’animation et les films. Des projets qui ont tous en commun l’espace. S’il est bien plus scénariste que réalisateur, c’est toutefois à lui que l’on doit des séries comme « Galaxy Express 999« , « La Reine du fond des temps » (qui est peut-être l’une de ses moins connues) et bien entendu, son « Albator« , dont il existe deux séries, celle de 78 et celle de 84.

Aujourd’hui, c’est sur « Albator 84 » et son combat contre les humanoïdes que l’on s’arrête. Série culte, le capitaine corsaire fait partie de ces héros charismatiques impossible à oublier et cela malgré le fait des années qui passent. C’est donc avec un plaisir non caché que je me suis replongé dans cette série. Et si « Albator 84 » a indéniablement pris un coup de vieux, que ce soit dans sa réalisation, son histoire, et même ses personnages, elle reste malgré ça un très joli plaisir à redécouvrir et brasse tout un tas de thématiques, qui restent encore aujourd’hui d’actualité.

La Terre et l’univers entier sont aujourd’hui envahis, asservis et dirigés par les humanoïdes. Peu d’hommes résistent aux humanoïdes. Le capitaine Albator et son équipage, à bord de l’Atlantis, vont défier les humanoïdes tout en cherchant la planète idéale où régnerait la paix. C’est un voyage semé d’embûches, de batailles, d’héroïsme et d’espoirs qui les attend.

Nouvelle série pour le Capitaine Albator et son équipage. Après s’être ouverte sur un film de deux heures et quart, « Albator 84 » va être vingt-deux épisodes d’une vingtaine de minutes chacun.

Dessin animé culte, « Albator 84 » est donc un vrai plaisir à redécouvrir. Space opéra sublime, la série de Leiji Matsumoto va nous offrir de très beaux moments de cinéma et cela malgré le fait qu’elle est vieillie et parfois pas toujours dans le bon sens du terme.

Ce que l’on pourra reprocher à « Albator 84« , surtout si on la découvre aujourd’hui, c’est son côté très manichéen. Les méchants sont de vrais méchants et inversement, les gentils sont de vrais gentils et la série ne fait pas dans la demi-mesure. On pourra lui reprocher aussi de ne pas vraiment creuser ses personnages, chose que la série avait pourtant fait quand elle s’était ouverte sur le film « L’Atlantis de ma jeunesse« . Ici, Albator affronte les humanoïdes et le terrible Zon, un traître humain, et ce qu’elle nous propose comme toile de fond sur la traîtrise du personnage reste sympathique, mais on aurait aimé que le personnage soit plus profond, car au final, ce que la série nous propose comme « excuse » pour le comportement de ce dernier reste assez léger.

On pourra aussi reprocher à la série de faire assez léger dans le développement de ses épisodes. Beaucoup d’entre eux vont être assez brefs, donnant un élément perturbateur, un défi et un règlement et hop, on passe au suivant et il n’y aura que vers la fin de la série qu’elle commencera à ressembler à une véritable série avec des épisodes qui se suivent. En fait, au début, « Albator 84 » donne l’impression que le scénariste et son réalisateur ne savent pas trop où aller et c’est une fois qu’ils auront trouvé où emmener le pirate de l’espace, qu’ils vont étaler pour offrir une série.

Dis comme ça, on a l’impression qu’on ne peut que faire des reproches à la série, mais malgré ses défauts, ses ratés, ou ses facilités, « Albator 84 » reste un très bon divertissement très agréable à suivre qui a d’excellentes qualités aussi.

Visuellement, la série est belle, et malgré des coups de mou, elle offre un beau spectacle. On restera saisi devant la richesse des détails de l’animation. « Albator 84 » est une série ambitieuse, qui offre beaucoup d’idées et de détails, dont les planètes qu’elle visite, dans les vaisseaux qu’elle nous présente, l’Atlantis étant un bijou à lui seul.

Elle offre des personnages intéressants (un peu cliché certes) quand elle veut bien développer certains d’entre eux. C’est aussi une série qui saura surprendre par son ton et sa violence, n’hésitant pas à tuer, écorcher, pendre ou encore offrir un visuel plutôt sanglant. Certains épisodes sont même très sombres.

On apprécie aussi le fait qu’elle soit riche en aventures et en combats intersidérals. Et enfin, et surtout, « Albator 84 » est une série qui prône de belles valeurs. C’est une série qui parle de l’amitié et ce que l’on est capable de faire par amitié ou encore par amour. C’est une série qui parle de liberté, de justice, de rédemption et du pardon. Bref, des thèmes et des valeurs universels que la série défend avec vigueur, ce qui lui donne du fond, même si parfois, c’est loin d’être subtil.

On notera aussi que la série détient des scores incroyables et marquants, qu’on reconnaîtra à la première note. « Albator 84 » détient une bande originale qui navigue entre le gothico-électro-rock terrible qui sera aussi grande dans les moments les plus tristes, une mélancolie typiquement japonaise. C’est une BO qu’on prend même plaisir à écouter en dehors de la série.

Si la série a ses défauts, elle a aussi et surtout ses qualités et c’est bien ses qualités qu’on a envie de retenir. Bon space opéra, « Albator 84 » est une série qui offre un personnage culte et charismatique. C’est une série qui prône de belles valeurs et qui offre des idées visuelles excellentes. Bref, au final, ces vingt-deux épisodes passent bien vite et nous emmènent vers une réussite.

« Albator 84 » est donc une série qu’on recommande.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ZOrRCtcYkNk[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.