décembre 9, 2021

L’Odyssée – Le Très Grand Bleu

14696817_1450654454947959_912206352_n

De : Jérôme Salle

Avec Lambert Wilson, Audrey Tautou, Pierre Niney, Laurent Lucas

Année : 2016

Pays : France

Genre : Biopic

Résumé :

En 1948, Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier.

Avis :

Jérôme Salle est un réalisateur français qui est bien souvent très sous-estimé. Débutant sa carrière en 2005 avec l’excellent « Anthony Zimmer« , le réalisateur a ensuite basculé sur deux adaptations de « Largo Winch » et c’est sûrement avec ces films-là que le réalisateur a perdu un certain attrait, malheureusement à tort, puisque ces deux films ne s’avèrent pas si mauvais que ça. Pour trouver une belle reconnaissance, il va alors falloir attendre décembre 2013 avec son film « Zulu« , un thriller poisseux et sombre tourné en Afrique du Sud.

« L’odyssée » est un projet que Jérôme Salle chérissait de longues dates. Après le thriller, les adaptations de série, il se lance alors dans le biopic, et pas n’importe lequel, puisque le réalisateur s’attaque à Jacques-Yves Cousteau et c’est un film majestueux qu’il nous offre là. Un film aussi complexe dans les caractères de ses personnages qu’il est apaisant et fait du bien à vivre. Avec « L’odyssée« , Jérôme Salle rend un bel hommage à un homme sage et compliqué. « L’odyssée » est une invitation à l’évasion et à la sortie de la salle, on aurait bien envie de s’évader encore un peu.

14614334_1450654381614633_393913110_o

Sud de la France, 1948, Jacques-Yves Cousteau et sa femme sont aux anges, car ils viennent d’acheter une belle maison avec vue sur la méditerranée. Mais alors qu’ils auraient pu profiter de cette vie tranquille, le couple, et plus précisément Jacques-Yves, rêve d’autre chose. Il rêve de découverte, d’explorer les fonds marins. Faisant quelques sacrifices, il rachète alors un bateau qui ressemble plus à une épave. Ce bateau, c’est la Calypso, et c’est à son bord qu’il va sillonner les océans de la planète.

L’exercice du biopic est plus compliqué qu’il n’en a l’air et beaucoup de réalisateurs se sont cassés les dents à essayer d’adapter la vie de telle ou telle personne sur grand écran. Quand Jérôme Salle se lance dans son premier biopic, on peut dire que son exercice s’avère être une belle réussite. « L’odyssée » est bel et bien comme on avait envie de le voir. Avec ce film, Jérôme Salle livre un film passionnant qui nous aide à bien mieux comprendre qui était celui que l’on connaît bien plus sous le nom du Commandant Cousteau. Explorateur, homme engagé et écologiste, mari aimant et infidèle, père difficile ou encore homme d’affaires redoutable, avec ce film Jérôme Salle va peindre le portait d’un homme dans toute sa complexité.

Partant avec un scénario solide, le réalisateur n’oubliera rien et livre un film aussi beau qu’impartial. Le scénario est passionnant et infiniment riche. Redoutable business man, on va être touché par ses prises de conscience. « – J’ai voulu conquérir ce monde, alors qu’il fallait le protéger » dit le Commandant Cousteau à un moment, et cette petite phrase pleine de regrets, mais aussi d’espoir, peut résumer à elle seule les aventures, le portrait ou encore les émotions qui vont parcourir le film de Jérôme Salle.

Ce qui est particulièrement bien fait dans ce film, en plus du voyage magnifique, c’est l’envie de montrer le Commandant Cousteau aussi bien dans ses qualités que dans ses défauts. Cousteau était un amoureux de la nature, des fonds marins, mais c’était aussi un homme d’affaires et un chef d’entreprise avec la charge de travail qui va avec. Jérôme salle s’arrête donc sur un aspect du Commandant qu’on ne connaissait pas bien. On en apprend donc bien plus avec ce film.

« L’odyssée » est aussi un beau film sur la famille et un beau et conflictuel rapport entre un père et son fils. Jérôme salle s’arrête sur Philippe, l’un des fils du Commandant. On découvrira ce fils tout aussi passionné que son père qui va essayer de sortir de l’ombre du Commandant Cousteau. Le réalisateur s’arrête sur leur relation, leur amour et aussi leur prise de bec.

Enfin, on ne peut pas évoquer « L’odyssée » sans s’arrêter sur la dimension incroyablement écologiste du film. Une dimension à la morale magnifique, qui n’est pas de trop. Jérôme Salle l’aborde, l’évoque, mais ne nous fait pas la leçon. D’ailleurs, bien souvent les images ou les gestes de ses personnages parleront d’eux-mêmes.

En plus d’un scénario impeccable, « L’odyssée » est dotée d’une mise en scène majestueuse. L’esthétisme est fabuleux, les images incroyables, impressionnantes, poétiques, elles poussent à l’évasion et créent même l’émotion à elles seules. Jérôme Salle nous réserve plusieurs moments marquants qu’on n’a pas envie d’oublier. On saluera aussi les reconstitutions extraordinaires, que ce soit à bord du Calypso ou bien dans cette France où même ce New-York des années 50. Bref, Jérôme Salle s’est donné les moyens et le résultat est tout simplement beau.

Trouver un Commandant Cousteau n’a pas dû être une affaire simple, mais pourtant, malgré les difficultés, Jérôme Salle l’a trouvé en la personne de Lambert Wilson et le comédien est très très bon dans la peau du vieux loup de mer. Un Wilson surprenant, prenant et touchant, et plus le film avance et plus il est confondant. Une très belle mention pour le make up qui offre un très beau travail. Jérôme Salle a réuni aussi Audrey Tautou dans le rôle de la femme de Cousteau ou Pierre Niney et Benjamin Lavernhe pour incarner les deux fils. Un joli casting qui tient là aussi toutes ses promesses, chacun étant convaincant, beau et investi.

14740977_1450654371614634_1141876118_n

Il y a des films comme ça, dès qu’on entrevoit une image, ils ont quelque chose en plus. Il y a des films comme ça, qui font de très belles promesses et attisent d’autant plus les curiosités. Parfois, on est déçu, d’autres fois, on est ravi et puis, il y a ceux qui surprennent et offrent encore plus que ce qu’ils promettaient et « L’odyssée« , signé de Jérôme Salle, fait clairement partie de cette troisième catégorie. Beau, émouvant et immersif, « L’odyssée » est le moment d’évasion en ce moment au cinéma. Un moment à ne pas rater.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Goy8YMc3KHg[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.