novembre 29, 2021

How to Dress Well – What is This Heart?

78989391

Avis :

Il y a des artistes, on se demande souvent de quelle façon ils sont devenus connus ou encore comment ils ont réussi à percer. Il fut une époque un peu moins tendre qu’aujourd’hui où le piston était encore ce qui se faisait de mieux et où la chance pouvait encore être un atout majeur dans son jeu de carte de vieux roublard des mers. Ainsi, entre les fils à papa ou les clodos de St Tropez qui venaient taper l’inscruste chez Barclay avec leur guitare toute pété, il n’y avait pas trente-six chemins pour se faire un petit nom dans la musique. Sauf depuis l’avènement d’internet. Le plus grand espace de liberté du monde est rapidement devenu le lieu le plus propice pour les artistes de tous bords de s’exprimer et de montrer à des millions de personnes son travail. Sauf que l’opinion de la masse laisse souvent à désirer et les plateformes de lancement de produit sont vite devenues une mascarade pour mettre en avant le premier cœur bleu venu. C’est un peu ce qu’il s’est passé pour How to Dress Well, qui ne se destiné pas forcément à une carrière musicale, mais qui a voulu lancé son effort sur le web et cela a marché. Cinq ans après sa première prise de notoriété, soit en 2014, il revenait avec un troisième album, What is This Heart ?, un skeud R’n’B rempli de couinements et de complaintes agressives pour l’oreille donnant l’exemple parfait de ce qu’encensent les critiques alors qu’il n’y a pas de quoi fouetter un chat.

Et dès la jaquette le skeud sent l’esbroufe. Mine dépressive, œil hagard, larmichette sur le côté, on sent que l’écoute de cet album va nous fournir joie et gaieté  tous les étages. Et l’introduction ne nous y trompe pas. 2 Years On nous propulse dans les stratosphères de la non musicalité avec deux accords de gratte et une voix de tête qui risque fort de péter tous les verres en cristal de mémé. C’est bien simple, non seulement ce n’est pas touchant, jouant pourtant à fond la carte de l’émotion, mais en plus de cela, tout sonne faux, de la voix à la guitare. Mal branlé, complaisant au possible, ce premier titre n’engage vraiment rien de bon pour la suite. Et c’est avec réticence que l’on se lance dans l’écoute de la suite. Et là, encore une fois, c’est la douche froide. Entre des mélodies doucereuses qui sont parfois aussi marquantes que la voix de Mylène Farmer (en gros, montez le son à fond pour entendre quelque chose) et une voix insipide qui nous ferait presque croire que le chanteur s’emmerde sec, What is This Heart ? semble être la question existentielle de son auteur qui n’arrive pas à mettre quelque chose de vivant dans son album.

how-to-dress-well-hungover-mix-111

Et c’est à partir de là que l’on peut voir l’écart qu’il y a entre une presse musicale spécialisée en pop indé et un public un peu plus demandeur. Il ne suffit pas d’installer une mélodie plaignante et une voix de tête aigue pour plaire au public. Car clairement, il n’y a rien à sauver de ce skeud, qui pourtant ne résonne pas comme quelque chose de commerciale. Au contraire, certains titres sont très longs et ne rentrent pas forcément dans le carcan imposé par les standards de la pop. Cependant, on retrouve tous les atours comme un rajout de boîtes à rythmes déjà entendues un milliard de fois ou encore une guitare sèche que ne renierait pas un Kendji Girac, c’est dire le niveau. Repeat Pleasure en est un exemple flagrant ou encore l’introduction de Words I Don’t Remember. Entre R’n’B pour mou du bulbe et disco lounge pour les autres, How to Dress Well détruit jusqu’à son propre subconscient pour devenir une chose inécoutable et détestable, du début à la fin. Chiant comme la mort, l’artiste s’amuse même à citer un de ses morceaux A Power, pour le rendre finalement aussi linéaire que les autres, si ce n’est pire, avec un piano redondant et une boîte à rythmes qui frôle le hardcore électro. Ouais, c’est agressif, mais pas dans le bon sens du terme.

Au final, What is This Heart ?, le troisième album de How to Dress Well, est une purge infâme dont on se demande encore pourquoi il a écopé d’aussi bonnes critiques. D’une linéarité lénifiante, d’une non volonté de prendre des risques dans une musique plan-plan et chiante au possible, il est certain que cet album ne fera pas longue date et ne marquera pas les esprits. Le plus étonnant est que cet album demeure le plus accessible de son auteur, c’est dire le niveau du reste…

  1. 2 Years On
  2. What you Wanted
  3. Face Again
  4. See you Fall
  5. Repeat Pleasure
  6. Words I Don’t Remember
  7. Pour Cyril
  8. Precious Love
  9. Chilhood Fail in Love
  10. A Power
  11. Very Best Friend
  12. House Inside

Note : 03/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=sbOCLEIKZOo[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.