août 18, 2022

La Couleur de l’Argent

13090028_1308010085879064_566682178_n

Titre Original : The Color of Money

De: Martin Scorsese

Avec Paul Newman, Tom Cruise, Mary Elizabeth Mastrantonio, John Turturro

Année: 1987

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Un champion de billard, ex-arnaqueur invétéré, est devenu représentant en alcools. Quand il fait la connaissance d’un jeune joueur de billard prometteur, les vieux démons remontent à la surface…

Avis:

Scorsese enchaîne les années 80 avec de la diversité. Après nous avoir raconté le parcours d’un boxeur avec « Raging Bull« , un film en noir et blanc de toute beauté, après nous avoir raconté les dérives de la célébrité et sur l’envie qu’elle suscite chez certain dans « La valse des pantins« , un film qui oscillait entre la comédie et le drame, après nous avoir fait rire dans sa seule vraie comédie, avec le très con et très sympa « After Hours« , voilà que le réalisateur revient aux choses « sérieuses » avec « La couleur de l’argent« .

13078287_1308010182545721_664343582_o.png

Eddie Felson est un ancien champion de billard. Un jour, dans une salle de billard qu’il fréquente, il fait la connaissance de Vince, un jeune homme qui a tous les atouts en main pour devenir un as dans le domaine, peut-être même un futur champion. Eddie en est même certain. Arnaqueur à ses heures perdues, il décide alors de « former » Vince grâce à une tournée de salles à travers les États-Unis. Vince se laisse convaincre et commence alors un apprentissage partagé entre admiration et tension.

Les films qui ont pour intrigue le billard, on ne peut pas dire que ça court les rues. Personnellement, quand j’y pense, avant celui-ci, je n’avais que « Turn the river » de Chris Eigeman et « L’arnaqueuse » avec Whoopi Golbberg, j’étais plutôt curieux de voir ce que le billard pouvait donner quand il est vu par Martin Scorsese.

Et cette curiosité fut payante puisque Martin Scorsese offre-là un beau parcours initiatique, doublé d’une bonne relation qui se développe entre les deux personnages de son film. La première chose qui frappe quand on découvre le film, c’est que « La couleur de l’argent » est un film absolument impeccable d’un point de vue technique. Martin Scorsese nous a sorti le grand jeu. La mise en scène est impeccable et millimétrée. Parfois même, elle prodigue de véritables envolées. Martin Scorsese filme ses parties de billard comme de véritable thriller, c’est assez terrible à regarder. On ira même jusqu’à dire que c’est jubilatoire. Le montage est intelligent, les plans et les angles de caméra sont audacieux, novateurs et nous entraînent au plus près du tapis. Le film détient des séquences assez bluffantes. De plus, le film est renforcé par une excellente ambiance. Tout en étant sérieux, Martin Scorsese installe une atmosphère vraiment sympathique.

« La couleur de l’argent« , c’est un duo d’acteurs uniques et inédits que le réalisateur a réuni. Paul Newman est génial en vieux joueur qui se laisse retrouver par ses démons. Martin Scorsese le filme de manière incroyable et l’acteur dégage un sacré charisme à chaque plan, chaque scène, en plus d’avoir une classe folle. Face à lui, on retrouve le tout jeune Tom Cruise, qui est lui aussi excellent en jeune chien fou. L’acteur est convaincant, et même bluffant pendant plusieurs parties qui seront filmées en plan séquence. Paul Newman est tout aussi bluffant de ce côté-là et les deux sont de très bons joueurs. Martin Scorsese a aussi réuni Mary Elizabeth Mastrantonio, John Turturro, Bill Cobbs, Forest Whitaker entre autres et c’est toujours avec plaisir qu’on suit ses acteurs et leurs personnages.

Mais voilà, derrière tous ces bons éléments, « La couleur de l’argent » est malheureusement un film qui ne passionne pas plus que ça. L’histoire que Martin Scorsese nous raconte-là, même si elle est originale de par son milieu dans lequel elle évolue, reste une histoire déjà vue dans les grandes lignes et c’est avec regret que cette « Couleur de l’argent » ne réserve aucune surprise. Et c’est le même constat sur les personnages, qui, s’ils sont très bien interprétés, ne réservent aucune surprise. Et plus triste encore, c’est au moment où l’on commence vraiment à entrer dans le film, à être plus attentif, que Martin Scorsese décide de couper son film, ce qui est très frustrant.

13090668_1308010122545727_1190079144_o

Entre une histoire plate, sans surprise, et une réalisation audacieuse, « La couleur de l’argent » reste tout de même un bon film. C’est un film qui, même s’il reste mineur dans la carrière de Martin Scorsese, reste intéressant à plusieurs niveaux et mérite qu’on s’y attarde, ne serait-ce que pour ses parties de billard incroyables, ou encore pour la classe folle de Paul Newman !

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_0_Jjle0N0M[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.