mai 25, 2024

Captain America: Civil War – Dispute Familiale

captain-america-civil-war-affiche-francaise

De : Anthony et Joe Russo

Avec Chris Evans, Robert Downey Jr, Scarlett Johansson, Anthony Mackie, Sebastian Stan

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Super-Héros

Résumé:

Steve Rogers est désormais à la tête des Avengers, dont la mission est de protéger l’humanité. À la suite d’une de leurs interventions qui a causé d’importants dégâts collatéraux, le gouvernement décide de mettre en place un organisme de commandement et de supervision.
Cette nouvelle donne provoque une scission au sein de l’équipe : Steve Rogers reste attaché à sa liberté de s’engager sans ingérence gouvernementale, tandis que d’autres se rangent derrière Tony Stark, qui contre toute attente, décide de se soumettre au gouvernement…

Avis:

Premier film de la phase 3 de Marvel, Captain America Civil War marque un tournant dans l’univers des super-héros chapeauté par Stan Lee. Issu d’un comics sorti entre 2006 et 2007 de Mark Millar et Steve McNiven, Civil War va être au croisement des Avengers et d’un troisième épisode de Captain America. Très ambitieux dans le choix de son sujet, la saga Captain America a toujours été au-dessus du lot des autres productions Marvel par ses choix scénaristiques, mais aussi et surtout par sa faculté à brasser autre chose que de l’action bourrine et bas du front. En effet, chaque film du plus patriotique des super-héros a un côté film d’espionnage qui n’est pas désagréable, et montre que derrière le masque se cache un humain, qui ressent les choses et se remet sans cesse en questions. De ce point de vue, le film demeure bien ancré dans une réalité contemporaine et s’éloigne ainsi d’un panthéon qui annihile toute dramaturgie comme a pu le faire Batman V Superman de Zack Snyder.

1747

Captain America Civil War va soulever dès le départ un état de fait important, comment réguler les actions des Avengers afin d’éviter tous dommages collatéraux? C’est de ce principe que se base le film avec une intelligence fine, proposant un véritable choix entre une liberté restreinte et une retraite anticipée. Sauf que les avis divergent, comme dans la vraie vie, et qu’une rupture va se faire au sein du groupe, divisant ainsi les deux antonymes que sont Rodgers et Stark. Et c’est ça qui est intéressant dans ce film, c’est que derrière le masque ou l’armure, il y a un humain, il y a une sensibilité. Du coup, les enjeux dramatiques sont plus importants que devant un alien à la surpuissance, puisque les faiblesses sont exacerbées devant un choix méticuleux. Le film suit donc une logique humaniste que l’on a pu voir dans Avengers l’Ere d’Ultron, mais avec un scénario bien plus construit.

Le script de Captain America Civil War est plus complexe que l’on pourrait le croire, puisqu’il narre des blessures de guerre non refermées et la puissance enragée face à un mensonge. D’une dispute familiale, le film va partir vers une scission dramatique où la notion d’amitié prend une définition bien particulière et parfois blessante. Ainsi, le film reprend les codes des autres films Marvel, en extrait ce qui l’intéresse et, avec quelques clins d’œil, arrive à relier le tout dans une logique implacable et franchement salvatrice. Jouant sur les flashbacks, jouant sur ce qui s’est passé auparavant, le film arrive à renforcer des liens et à construire des personnages qui prennent de plus en plus d’ampleur. Même les personnages secondaires, comme Spiderman ou Ant-Man gagneront en épaisseur, offrant des moments de bravoure inconsidérés et affichant des scènes qui valent le coup d’œil de par leur culot et leur référence.

Car si le film ne suit pas vraiment les petites lignes du comics, il arrive à proposer des personnages plus proches du médium littéraire. Spiderman sera un ado qui parle tout le temps et fait des jeux de mots idiots, Ant-Man sera toujours le branleur génial mais se battant pour une raison bien précise, Captain America restera le plus fidèle ami de Bucky et  Black Panther sera un homme vengeur mais loyal. Il est juste dommage que le film n’aille pas vraiment au bout des choses, comme a pu le faire le comics, la faute aux prochains films qui empêchent une réelle surprise et une vraie prise de risque. D’ailleurs, Civil War ne s’éloigne pas vraiment de l’univers Marvel et on peut aussi lui reprocher le fait d’être très stéréotypé. Au niveau du rythme, le film est très dynamique, mais chaque temps de pause est là pour relancer un enjeu, reposant des bases afin de bien expliquer au public ce qu’il regarde. On retrouve aussi une certaine impersonnalité dans la mise en scène, malgré le talent des deux frères Russo qui officient sur Captain America depuis le deuxième épisode. Si certaines séquences valent leur pesant de cacahuètes, comme la scène de l’aéroport, dont certains se sont gaussés avant d’avoir vu le film, qui fourmille d’idée de mise en scène et de chorégraphie dans les combats, il n’en demeure pas moins que le film ressemble aux autres productions de super-héros.

Mais là où le film est intelligent, c’est dans son grand méchant. A plusieurs reprises, le film brouille les pistes pour faire douter de l’origine du machiavélique Zemo. D’ailleurs, il ne s’affiche pas rapidement et reste un humain lambda avec un sacré plan. Mais il reste un humain, avec ses faiblesses, ses défauts, et avec un peu de talent, il va mettre à mal une entente cordiale entre deux super-héros. C’est un point intéressant qui montre à quel point finalement ses dieux capable de grandir, de courir plus vite qu’une voiture, de voler ou encore manipuler les objets, sont relativement humains et peuvent se faire berner comme n’importe qui. On retombe encore sur cette humanisation du héros, qui le ramène à un état de faiblesse le déstabilisant et le rendant vulnérable. Pas besoin d’un robot qui a pété un câble ou d’une invasion extraterrestre massive pour montrer à quel point nos héros sont humains après tout.

Captain-America-Civil-War-Trailer-1-Iron-Man-War-Machine

Au final, Captain America Civil War est plutôt une réussite et permet à Marvel une belle entrée dans sa phase 3. Si tout n’est pas parfait et que le film suit un chemin balisé, il n’en demeure pas moins un plaisir coupable grâce à sa construction à mi-chemin entre le film d’espionnage et le film de super-héros et l’humanisation de ceux-ci grâce à différents stratagèmes, qu’ils soient politiques, idéologiques ou revanchards. Bref, un film de super-héros réussi et ce n’est pas tous les jours que l’on en voit un.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=gEGp7oQnzQU[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Une réflexion sur « Captain America: Civil War – Dispute Familiale »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.