décembre 4, 2021

La Conspiration de Roswell – Boyd Morrison

1507-1

Auteur : Boyd Morrison

Editeur : Bragelonne

Genre : Thriller

Résumé :

Une organisation terroriste est sur le point d’achever la fabrication de l’arme électromagnétique la plus puissante de tous les temps. Pour la faire fonctionner, elle doit s’emparer d’un mystérieux composant retrouvé à Roswell, aux États-Unis, peu après le crash en plein désert d’un objet volant non identifié. Ce composant, une vieille femme prétend le posséder – et cette femme, c’est la cliente de Tyler Locke. En acceptant de la rencontrer, Tyler était loin de se douter qu’il serait précipité dans une des plus grandes affaires d’espionnage du siècle. Ni qu’il ferait face à une des plus sérieuses menaces qu’ait connue l’humanité ! Mais le compte à rebours est lancé…

Avis :

Roswell est sans aucun doute l’histoire la plus célèbre concernant les extraterrestres. Entre les versions officielles, les théories du complot et les nombreuses zones d’ombre du dossier, on y découvre un excellent potentiel pour les transposer dans des intrigues romanesques. Le sujet étant porté majoritairement sur la science-fiction, retrouver l’affaire Roswell dans un thriller (a fortiori, un thriller ésotérique si l’on se réfère au passif de l’auteur) a de quoi décontenancer. Mais Boyd Morrison n’en est plus à une surprise prête puisque son précédent livre s’attaquait au mythe du Loch Ness. Un nouveau volet trépidant en perspective ?

Il est vrai que L’héritage du Loch Ness marquait une légère baisse de rythme qualitative au regard des deux premiers tomes des aventures de Tyler Locke. L’intrigue en elle-même s’éloignait quelque peu des codes du thriller ésotérique pour lorgner du côté du fantastique, mais surtout vers une action débridée que ne renieraient pas les histoires d’espionnage. La conspiration de Roswell semble confirmer ce changement notable. D’une part, le thème principal s’avère peu propice à s’insinuer dans le domaine, et ce, même si l’on découvre des idées qui viennent contredire cet état de fait. D’autre part, la tournure des événements privilégie la traque aux terroristes plutôt qu’aux mystères ancestraux.

La structure du roman demeure très dynamique avec des chapitres courts et équilibrés dont le style permet au lecteur de se plonger immédiatement au cœur de l’action. On retrouve bien la patte de Boyd Morrison entre les lignes pour nous faire vivre ses aventures sans le moindre temps mort. Les séquences nerveuses sont légion tout étant amenées avec force description. L’auteur se montre autant à l’aise dans des fusillades sur des esplanades bondées de monde ou des combats rapprochés en environnement restreint. On ne s’ennuie à aucun moment, mais cette surenchère de péripéties peut enlever une certaine crédibilité à l’intrigue.

Non pas que l’affaire Roswell soit mal traitée, bien au contraire. Seulement, elle est secondaire au regard des attentats terroristes qui menacent la planète. Pourtant, le fait de trouver des liens avec l’île de Pâques ou les pétroglyphes de Nazca demeure une hypothèse plausible. Celle-ci permet même de renouer avec l’aspect aventureux, qui se démarquait dans L’arche ou Le code Midas, en arpentant des pistes inexplorées sur des énigmes séculaires. L’ensemble demeure tout de même très efficace et divertissant, mais le roman aurait gagné en qualité à mieux équilibrer les différents éléments de l’intrigue.

En ce qui concerne les protagonistes, aucune surprise (qu’elle soit déplaisante ou positive) à l’horizon. La palette de personnages initiée par les précédents opus se révèle assez généreuse avec une caractérisation travaillée. Étant donné que le passé des intervenants a déjà été largement évoqué auparavant, on se concentre plus sur les nouveaux venus qui, eux, se montrent tout aussi sympathiques. Une nouvelle fois, les antagonistes sont un peu lésés à ce niveau avec des considérations et des motivations assez sommaires ; basiques au possible. L’enrobage fonctionne tout de même avec de petites pointes d’humour bienvenues.

Au final, La conspiration de Roswell tient davantage du roman d’espionnage que du thriller si l’on excepte sa construction. Tour du monde, attentats à la pelle, menace internationale et technologies avant-gardistes… Les éléments sont nombreux pour confirmer cette orientation différente dans l’univers de Boyd Morrison. S’il ne se faisait pas au détriment de son sujet principal, ce renouvellement permettrait de trouver un nouvel élan aux aventures de Tyler Locke ; encore que la qualité des premiers ouvrages ne demandait aucune modification dans le style ou la manière d’aborder des mystères insolubles. Un bon thriller, mais qui aurait pu être plus équilibré pour gagner en réalisme.

Note : 14/20

Par Dante

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.