octobre 18, 2021

Skyfall – M la Maudite

20264212.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Sam Mendes

Avec Daniel Craig, Javier Bardem, Judi Dench, Ralph Fiennes

Année : 2012

Pays : Etats-Unis, Angleterre

Genre : Action, Espionnage

Résumé :

Lorsque la dernière mission de Bond tourne mal, plusieurs agents infiltrés se retrouvent exposés dans le monde entier. Le MI6 est attaqué, et M est obligée de relocaliser l’Agence. Ces événements ébranlent son autorité, et elle est remise en cause par Mallory, le nouveau président de l’ISC, le comité chargé du renseignement et de la sécurité. Le MI6 est à présent sous le coup d’une double menace, intérieure et extérieure. Il ne reste à M qu’un seul allié de confiance vers qui se tourner : Bond. Plus que jamais, 007 va devoir agir dans l’ombre. Avec l’aide d’Eve, un agent de terrain, il se lance sur la piste du mystérieux Silva, dont il doit identifier coûte que coûte l’objectif secret et mortel…

Avis :

Parmi les figures les plus imposantes du cinéma, James Bond fait partie des poids lourds du septième art. Personnage créé par Ian Fleming alors espion lui aussi, James Bond c’est plus d’une dizaine de romans et un peu plus de vingt films. Et depuis 1962, l’espion britannique a phagocyté les autres films d’espionnage et est devenu une image culte du cinéma au point d’être parodié et copié mais jamais égalé. Vingt-troisième film de la franchise, Skyfall avait fait forte impression lors de sa sortie, et n’avait rien de comparable face à Quantum of Solace, qui reste à ce jour l’un des plus mauvais films de la saga. Spectre sortant au cinéma, il est de bon ton de revenir sur le film précédent pour en saisir toutes les subtilités, se remémorer l’ambiance, mais aussi voir s’il y a un fil conducteur entre les deux derniers films. Et il va être difficile de faire aussi bien que Skyfall.

20239397.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Non pas que le fil soit un chef d‘œuvre en lui-même, mais cet antépénultième James Bond renoue avec tout ce qui fait le succès de la saga, les gadgets en moins. Mais comme le dit si bien Q, jeune personnage de la série qui est le geek de service, les choses évoluent et les gadgets deviennent inutiles. Et c’est sûrement là la plus grande force de Skyfall, savoir évoluer pour aller vers un grand spectacle, tout en gardant une ambiance propre à un Bond. Car tout respire la modernité dans ce film, notamment dans son ambiance, des moments éthérés aux néons fluo dans un Shanghai fantasmé à une sombre demeure à l’abandon dans le fin fond de l’Angleterre, le film sait innover et offre des moments de réalisation très inspirés. Sam Mendes retrouve des idées pour rendre ce James Bond attrayant, efficace, mais aussi et surtout beau à regarder.

Mais le réalisateur n’est pas dupe et il sait qu’il doit tout de même garder un aspect « old school » pour satisfaire les plus récalcitrants et coller au maximum à une franchise qui a des codes bien définis. Ainsi Skyfall arrive sans mal à respecter ces bases plus ou moins imposées avec un Bad Guy efficace et tout ce qui fait un Bond, entre course-poursuite, baston, fusillades et explosions. Dans les grandes lignes, le cinéaste arrive à faire un meltin pot entre modernité et scènes hommage pour rendre ce film très efficace sans paraître vieillot ou au contraire trop moderne pour le personnage.

Mais cela concerne seulement l’aspect technique employé. Dans ce film, on va aussi voir un héros beaucoup plus humain et une grande évolution dans le personnage de James Bond. En effet, lors des derniers films, l’espion était devenu un grand gaillard musclé laissant peu de place à la finesse et paraissant presque indestructible. Or, dans Skyfall, James Bond est mal en point, doute, il est physiquement touché et il commence à boire. Il a des défauts, des démons, ce qui le rend d’autant plus attachant et ce qui aura pour conséquence d’enrichir les enjeux dramatiques. C’est-à-dire que cette fois, on craindra pour le personnage, on ne saura jamais s’il réussira, on aura beaucoup plus d’empathie pour lui, ce qui fait que Skyfall sera bien plus tendu que les autres épisodes. D’autant plus que Daniel Craig donnera plus d’ampleur à cet espion qui commence à lui coller à la peau. Et que serait Bond sans un grand méchant. Et il faut dire que Javier Bardem est puissant dans ce rôle, redonnant enfin un adversaire digne de ce nom à Bond.

Par contre, tout n’est pas forcément rose dans Skyfall. Il faut dire que le scénario reste assez léger dans ses grandes lignes. Le film sera relativement linéaire et il n’y aura pas de réelle surprise dans le déroulement de l’intrigue ainsi que dans sa finalité. Et c’est un peu dommage, mais d’un autre côté, cette simplicité reste fidèle aux films antécédents et c’est surement une volonté de l’auteur pour contrebalancer avec un Quantum of Solace franchement décevant.

20301386.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Skyfall est une belle réussite qui arrive à allier un certain sens de la modernité pour faire avancer le personnage et un aspect old school qui permet au film de rester fidèle à la saga. Et la réussite du film tient surement à cette osmose, à ce sens de la simplicité avec une mise en scène classieuse qui fait de Skyfall un film divertissant, mais aussi intelligent dans le traitement de ses personnages et dans leur évolution en tenant compte des autres épisodes. Et réussir un film moderne en gardant les codes imposés depuis les années 60, c’est rare autant que précieux.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WKzm6AZFbdc[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.