novembre 30, 2021

White Material

12048410_1168881326458608_1350144094_n

De : Claire Denis

Avec Isabelle Huppert, Christophe Lambert, Nicolas Duvauchelle, William Nadylam

Année : 2009

Pays : France, Cameroun

Genre : Drame

Résumé :

Quelque part en Afrique, dans une région en proie à la guerre civile, Maria refuse d’abandonner sa plantation de café avant la fin de la récolte, malgré la menace qui pèse sur elle et les siens.

Avis :

« White Material » est un film de Claire Denis. Claire Denis est une réalisatrice qui est loin d’avoir la langue dans sa poche et chacun de ses films est souvent suivi d’une petite polémique. Depuis le début des années 90, où la réalisatrice avait présenté « S’en fout la mort« , elle n’a cessé d’enrichir son univers. « White Material » est son treizième film.

Comme, je le disais, c’est le deuxième film que je vois de la réalisatrice. Ma première incursion dans son cinéma avait été un choc avec « Trouble Every Day« , un film ô combien viscéral avec une Béatrice Dalle affamée. Le film m’avait saisi et malgré et il fait partie de ces films qu’on n’oublie pas. Mais si « Trouble Every Day » m’avait complètement fasciné, avec « White Material« , c’est l’effet inverse qui s’est produit. Et c’est à mon grand regret que je me suis terriblement ennuyé devant. Je peux même dire que le film m’a agacé de par ses personnages.

12059624_1168881366458604_1983589168_o

Quelque part en Afrique, Maria tient une petite entreprise agricole qui récolte du café. Depuis plusieurs semaines, la région n’est pas très sûre, les prémices d’une guerre civile se font sentir. Alors que la récolte de l’année est imminente, les actes de barbarie se font de plus en plus présents dans la région et les habitants commencent à fuir. Alors que la situation empire d’heure en heure, Maria est bien décidée à rester et récolter son café.

Il y a des films comme ça, on ne pourrait pas bien l’expliquer, mais dès les premières images, on sent si l’on va passer un moment terrible, ou inversement, si on va passer un très long moment devant. Pour White Material, il n’a pas fallu longtemps que pour je me rende compte que j’allais passer un très très long moment. Et pourtant, j’aurais juré l’inverse, puisque le film réunissait tous les ingrédients pour me plaire. En plus de son casting, j’étais très intrigué par son histoire.

Mais voilà, son histoire, qui aurait pu être ô combien intéressante, s’est révélée être une énigme à mes yeux, et je peux même dire qu’avec une intrigue de départ « simple », Claire Denis a réussi à me larguer, si bien que je peux dire sans honte que je n’ai pas compris grand-chose à son film. Le scénario a beaucoup de mal à fonctionner. Si dans les grandes lignes, l’intrigue se suit et se comprend, quand on jette un œil plus approfondi sur les événements qui se déroulent dans ce film et sur ses personnages, alors « White Material » laisse sur le carreau. Le film m’a totalement oublié sur le côté de la route et m’a finalement laissé seul avec moi-même dans l’incompréhension. Plus que l’intrigue en elle-même, ce sont les réactions et les entêtements des personnages qui sont incompréhensibles. Et soit dit passant, ils sont aussi, pour la plupart, imbuvables. Je n’ai pas compris le personnage d’Isabelle Huppert. Pourquoi, alors que la région est presque à feu et à sang, veut-elle à tout prix finir sa récolte ? Pourquoi met-elle les siens en danger ? Et surtout que se passe-t-il à la fin avec elle ? Pourquoi ? Pourquoi ? Et Pourquoi ? C’est la même chose pour le personnage de son fils que je ne suis, à aucun moment, arrivé à cerner. Si j’ai eu beaucoup de mal avec les décisions de sa mère, je dois dire que les siennes sont encore plus énigmatiques. En fait, ces personnages sont si énigmatiques dans leurs choix, et parfois même leur présence, qu’ils en arrivent à embrouiller tout le film et le rendre parfaitement incompréhensible.

Ce qui n’aide pas non plus à rester attentif devant le film, c’est le rythme choisi par sa réalisatrice, car « White Material » est d’une lenteur interminable. Le film enchaîne les longueurs et les silences et l’on s’ennuie ferme devant. Aucune ambiance, aucune atmosphère, aucune peur, aucune pression, alors que la guerre civile commence à faire rage dans la région. Et quand on découvre les enfants-soldats, c’est l’apothéose et l’on n’y croit plus.

En fait, le seul élément que j’ai apprécié en regardant le film, c’est la photographie. Car même si le film n’a pas d’ambiance et une histoire ô combien ennuyeuse, je peux reconnaître que Claire Denis sait filmer et qu’elle nous a réservé de belles images. Et quelques jolis moments dans la « savane » en compagnie de Nicolas Duvauchelle.

12062461_1168881356458605_423979947_o

Je ressors donc très déçu et surtout ennuyé de ce film. Moi qui m’attendais à prendre la même claque qu’avec le premier film que j’avais vu de Claire Denis, je me suis retrouvé devant un film qui ne raconte pas grand-chose, dont les personnages sont énervants, portés par des acteurs bien filmés certes, mais dont les personnages sont si incompréhensibles qu’on a bien du mal à apprécier leur jeu.

Note : 05/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=SY0JGGbg0wk[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.