mars 22, 2023

Astérix – Le Domaine des Dieux – In Astier We Trust

546054.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Louis Clichy et Alexandre Astier

Avec les Voix de Roger Carel, Guillaume Briat, Lorant Deutsch, Laurent Lafitte

Année : 2014

Pays : France, Belgique

Genre : Animation

Résumé :

Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ ; toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur. Exaspéré par la situation, Jules César décide de changer de tactique : puisque ses armées sont incapables de s’imposer par la force, c’est la civilisation romaine elle-même qui saura  séduire ces barbares Gaulois. Il fait donc construire à côté du village un domaine résidentiel luxueux destiné à des propriétaires romains. : « Le Domaine des Dieux  ». Nos amis gaulois résisteront ils à l’appât du gain et au confort romain ? Leur village deviendra-t-il une simple attraction touristique ? Astérix et Obélix vont tout faire pour contrecarrer les plans de César.

Avis :

Figures cultes de la BD franco-belge, Astérix et Obélix sont les personnages qui ont le plus inspiré les cinéastes et scénaristes. Et pour cause, même Tintin semble à la traine malgré une pléthore de dessins animés. Symbole français par excellence, nos amis les gaulois sont ceux qui ont phagocyté le grand écran que ce soit en dessin animé ou en films avec de vrais acteurs. Seulement, les bons films se comptent sur les doigts d’une main alors que les dessins animés, notamment ceux des années 70, sont de véritables œuvres transgénérationnelles. Et dans un monde où le dessin animé français est plutôt bien vu du côté du cinéma indépendant ou d’auteur, il y en a un qui a su se soulever et proposer une véritable œuvre équivalant presque les dessins animés des années 70.

353182.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un village gaulois résiste encore et toujours à l’envahisseur romain. César ne sait plus que faire pour que ce village tombe sous son joug. Il décide alors de construire autour du village une ville se prénommant Le Domaine des Dieux. Avec ce plan, il espère envahir le village de citoyens romains et ainsi donner envie aux gaulois de devenir romain par le commerce et le luxe. Mais seuls Astérix, Obélix et Panoramix semblent voir le piège dans lequel tombe petit à petit tous les habitants.

Alexandre Astier est un véritable génie. Personne ne peut le nier depuis ses travaux sur scène mais aussi et surtout sa série Kaamelott qui fut un véritable succès et à juste titre. Alors quand celui-ci veut s’attaquer à la dix-septième aventure de nos amis gaulois, autant dire que l’attente était immense. Renouant avec le cinéma animé des années 70 sur le fond, la refonte graphique correspond bien au cinéma contemporain. Mais plutôt que de parler de technique ou de réalisation, qui reste de bonne facture, il faut d’abord voir le fond de cette œuvre qui reste quelque chose de profondément bon et possédant plusieurs niveaux de lecture.

Historiquement parlant, le film est relativement juste, abordant de manière ludique et logique la romanisation des gaulois. Dans les faits, la société gallo-romaine s’est construire par assimilation de la société gauloise dans la société romaine. Les enfants y verront donc un pan historique plutôt juste qui pourra permettre d’aborder cette période historique de façon amusante. Mais le plus fort dans cela, c’est que le film n’oublie pas la modernité. Outre les graphismes, le film se permet une multitude de références au cinéma actuel. En effet, Obélix deviendra une sorte de monstre affamé, croisement entre un King Kong et un Godzilla ayant une dalle monumentale, et on aura même droit à quelques références aux dessins animés cultes Astérix et Cléopâtre, lors d’une scène de construction. Cette espèce de mélange se révèle être judicieux, permettant d’apporter un côté instructif tout en gardant l’aspect ludique et divertissant.

Mais au-delà de ça, Astérix – Le Domaine des Dieux est aussi un film pour les adultes, brassant des thèmes difficilement compréhensible pour les mômes, mais qui feront rire les parents. Astier y aborde en finesse des thèmes qui lui sont chers et qui feront immédiatement écho avec Kaamelott. Entre les revendications syndicales d’un soldat romain à la voix de crécelle, les négociations des esclaves ou encore les quelques piques et répliques saillantes d’un Jules César en grande forme, le film arrive à posséder deux niveaux de lecture vraiment intelligents et ne prenant personne pour un con. Bien entendu, par la suite, le film possède des idées par milliers, notamment dans sa mise en scène, notamment lorsque le barde chante, ce qui s’avère, une fois encore judicieux. Enfin, le film n’oublie d’être classique quand il le faut, avec de la bravoure, des combats et surtout une amitié naissante, montrant la possibilité de vivre ensemble malgré nos différences.

564796.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, Astérix – Le Domaine des Dieux est un excellent film d’animation et un excellent film tout court. Ciblant aussi bien les enfants que les adultes, le film est dynamique, court, mais aussi et surtout instructif et diablement intelligent. Alexandre Astier, qui coréalise et signe les dialogues, prouve encore une fois qu’il est un auteur important et qu’il est nécessaire pour le cinéma français. Bref, un dessin animé de très haute qualité, référentiel, drôle et qui montre que les français se démerdent aussi en animation.

Note : 17/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=U6y63JW_qv0[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.