juin 23, 2021

Jessy J – Sweet Talker – Pop Industriel de Masse

Jessie-J-Sweet-Talker-2014

Avis :

La musique pop est un milieu un peu particulier qui ne fait de cadeaux à personne, dans le sens où lorsqu’un artiste ne fait plus de vues ou n’écoule plus d’albums, il perd sa médiatisation et donc sa reconnaissance. Et parfois cela se joue à peu de choses. La preuve en est faite avec Jessy J, chanteuse britannique pop qui cartonne depuis un poil plus de quatre avec seulement trois albums. Et pourtant, au départ, ce n’était pas gagné pour elle. En 2005, elle parvient à signer sur un label alors qu’elle sort d’une école de théâtre, mais la maison d’édition met la clé sous la porte quinze jours avant la sortie de son skeud. Elle se fait alors embaucher par Cindy Lauper pour faire choriste sur sa tournée. C’est à ce moment-là qu’elle va se faire repérer en tant que parolière. Ainsi, quelques-uns de ses textes sont reconnus par la crème de la pop internationale comme Justin Timberlake, Rihanna ou encore Britney Spears et Miley Cyrus. En 2010, elle sort son premier single qui va faire un carton. La messe a été dite et plus rien ne pourra empêcher la belle Jessy J de conquérir le monde. Sweet Talker est son troisième album et c’est celui qui s’est le plus vendu dans le monde, notamment grâce au single Bang, Bang. Mais qu’est-ce qui rend cette chanteuse si particulière ? Son album mérite-t-il vraiment tous ces éloges ?

Le skeud démarre avec Ain’t Been Done, qui n’est pas forcément le titre le plus représentatif de l’album. Entre rap/ragga dans son intro, il part ensuite dans une pop acidulée sur le refrain. Les points positifs sont que l’instrumentalisation provient de vrais instruments et pas d’un arrangement électronique ainsi que la jolie voix de la chanteuse. Par contre, on tombera rapidement dans les travers de toute musique pop que l’on connait. Les morceaux suivants tomberont rapidement dans la soupe commerciale qui fait les beaux jours des jeunes enfants ou des gens pas forcément mélomanes et qui se contentent de la radio. Que ce soit Burnin’ Up avec sa rupture en rap et son électro pour boîte de nuit, Sweet Talker et son piano pour toucher l’auditeur ou encore Bang, Bang et son regroupement de putes maquillées comme des camions volés, rien ne sort vraiment du lot. Et c’est là qu’arrive le questionnement ultime : comment Jessy J s’est démarquée des autres artistes ? Parce que outre une surmédiatisation à grands renforts de clips, de collaboration, de chaîne Youtube alimentée par des vidéos personnelles et de présentation de télé crochet, on ne peut pas dire que tout cela soit très original. La réponse réside en deux choses : Tout d’abord la chanteuse possède une très belle voix et ensuite parce que certains morceaux, moins médiatisés, possèdent une sonorité moins électro et donc plus intéressante.

realitytv-the-voice-uk-season-2-generics-2

Si l’on excepte les clips putassiers à outrance qui ressemblent tous à des répliques de Britney Spears version bitch pour gogols, Jessy J propose des morceaux plutôt sympathiques. On peut citer Your Loss I’m Found, qui demeure très classique pour de la pop, mais qui met en avant une vraie guitare électrique. Alors bien évidemment, on retombe dans les travers du slow pop mercantile, mais globalement, ça s’écoute. On repérera aussi des morceaux plus lents, fait pour toucher le public et les jeunes filles qui se régaleront de refaire la chanteuse devant leur webcam dans le fol espoir de ne plus bosser à l’école pour intégrer l’ogre barbare qu’est l’industrie de la musique. Par exemple, Get Away est un très joli morceau qui permet de mettre en avant la très jolie voix de la chanteuse. Malheureusement, on ne pourra s’empêcher d’avoir la sensation de déjà entendu. En effet, l’auteure reste vraiment dans un carcan commercial qui lui assure une certaine pérennité mais qui l’empêche de vraiment exploser les codes du genre pour se sublimer. Surtout que l’on entend qu’il y a un potentiel vocal intéressant et c’est dommage de le gâcher dans un style médiocre et redondant.

Au final, Sweet Talker, le dernier album de Jessy J, n’est pas un disque si mauvais que ça et les fans de musique populaire le défendront bec et ongle, mais force est de constater qu’il n’y a rien de nouveau là-dedans et qu’il manque une furieuse identité. C’est con, parce que c’est uniformisation de la musique pop ne contribue pas à un développement fertile des idées et des genres et pour le coup, Jessy J s’enferme dans un monde qui ne semble pas forcément lui convenir tant on ressent certaines choses sympathiques dans cet album. Des choses sympathiques noyées dans une masse nauséabonde pour ne pas être broyé et rejeté par le système.

  1. Ain’t Been Done
  2. Burnin’ Up feat 2 Chainz
  3. Sweet Talker
  4. Bang Bang feat Ariana Grande et Nicki Minaj
  5. Fire
  6. Personnal
  7. Masterpiece
  8. Seal Me With a Kiss
  9. Said Too Much
  10. Loud
  11. Keep Us Together
  12. Get Away
  13. Your Loss I’m Found
  14. Strip
  15. You Don’t Really Know Me

Note : 09/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.