décembre 9, 2021

Out of the Dark – Ne Priez pas Pour les Enfants

597665

De : Lluis Quilez

Avec Julia Stiles, Scott Speedman, Pixie Davies, Stephen Rea

Année: 2015

Pays: Etats-Unis, Espagne, Colombie

Genre : Horreur

Résumé :

Paul et Sarah Harriman, un jeune couple américain, s’expatrient en Colombie avec leur petite fille, Hannah, afin de reprendre l’entreprise familiale dirigée par le père de Sarah. Ils s’installent à Santa Clara, une ville hantée par un passé très sanglant. Ils emménagent dans une grande maison en dehors de la ville. Mais très vite d’étranges phénomènes commencent à se produire dans leur nouvelle demeure…

Avis :

Depuis 2009, les frères Pastor ont su donner un style innovateur aux films de fin du monde ou aux films d’horreur. Ecrivant et réalisant, les deux cinéastes se sont illustrés dès leur premier film Infectés. Sous couvert d’un film d’horreur avec des malades, le film explorait plutôt les relations humaines et les différents moyens de survie. Plus proche du drame que de l’horreur pure, le film possédait une ambiance crépusculaire, proche du western, sans pour autant emporter les foules à cause d’un rythme lénifiant. Par la suite, ils ont réalisé Les Derniers Jours, film qui n’a pas eu le succès espéré à cause d’une distribution calamiteuse. Out of the Dark n’est pas réalisé par eux, mais par un jeune premier qui répond au nom de Lluis Quilez, cependant, ce sont eux qui sont à l’origine du script et du scénario. Et on ressent bien leur patte dans cette petite production, notamment à cause du rythme et du côté dramatique de la chose. Malheureusement, il manquera beaucoup de chose pour susciter un quelconque intérêt sur ce DTV horrifique.

237344

Paul et Sarah partent habiter en Colombie avec leur petite fille Hannah. Sarah doit reprendre l’entreprise de papier de son père. Afin d’être au mieux, le grand-père leur offre une immense maison en dehors de la ville. Mais très vite, Hannah disparait et des apparitions d’enfants au visage bandé se font de plus en plus nombreuses. Afin de retrouver leur petite fille, Paul et Sarah décide d’explorer la ville et les légendes locales. Pour cela, ils se font aider par la nounou, qui connait quelques légendes urbaines locales, et notamment la fête des enfants sains, qui date depuis les conquistadors.

Il ne manque pas grand-chose à ce film pour devenir sympathique, mais malheureusement, aucun effort n’est fourni pour rendre ce film bien meilleur et plus attachant. Out of the Dark fait partie de ces DTV sans envergure qui n’ont pas vraiment envie de faire plus que ce qu’il pourrait faire. Film de fantôme par excellence, on y voit toutes les ficelles déjà utilisées et éculées depuis le début des années 2000. On pense au film Les Messagers, mais aussi à l’Orphelinat ou encore Les Autres, avec sa bande de fantômes que l’on croit méchant mais qui n’en est rien. La seule grosse différence, c’est que le film explore une légende colombienne peu connue et aurait pu être plus efficace, que ce soit dans son scénario comme dans sa dramatisation du propos. Tout est prévisible, et le film a du mal à surprendre, même avec des jump scare. Du coup, l’aspect horrifique est plutôt raté et le spectateur rompu aux films de genre ne sera guère surpris.

Ce qu’il manque particulièrement à ce film est du lyrisme. A l’image des œuvres d’un certain Guillermo Del Toro, qui adore les fantômes d’enfants, il manque toute la poésie que sait insuffler le réalisateur mexicain. Lluis Quilez, dont c’est le premier film, n’arrive à aucun moment à donner une envergure poétique à son film. Si Pixie Davies qui joue la petite fille est plutôt bonne actrice, son personnage n’est pas assez attachant et on ne prendra pas peur pour elle. En effet, il ne suffit pas de mettre en avant une petite fille modèle pour que l’on sente de l’empathie pour elle. C’est exactement la même chose avec ses parents, qui représente le couple parfait, qui ne se dispute jamais. Il manque vraiment une dimension dramaturgique au métrage, qui est bien trop simple. D’autant plus que les tenants et les aboutissants du film restent assez maigres et que l’on devinera bien assez tôt la finalité du propos. On aura en filigrane la critique des multinationales qui polluent les eaux et qui étouffent des affaires dans des pays pauvres, mais cela reste bien trop anecdotique et pas assez lyrique pour subjuguer le spectateur. Seul Scott Speedman s’en sort avec les honneurs, jouant un père en proie aux doutes à cause de son boulot et de sa dépendance à sa femme.

238750

Au final, Out of the Dark est un petit film d’horreur très moyen qui ne vise pas assez haut, ou tout du moins qui a la fainéantise de faire plus. Si certains passages demeurent sympathiques et que la légende urbaine utilisée est intéressantes, le film ne tient pas ses promesses et ne fait pas peur, autant qu’il n’utilise pas à fond ces fantômes au visage bandé. Bref, un petit DTV souvent ennuyeux, qui ne tient pas sur la longueur et surtout qui montre tout ce qui n’a pas été exploité. Un premier essai raté, mais loin des autres bouses que l’on peut voir en ce moment en DVD.

Note : 08/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=PlSOdHYCwPo[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.