décembre 2, 2021

No One is Innocent – Propaganda

no-one-is-innocent-propaganda-5087

Avis :

No One is Innocent fait partie de ces groupes français qui ont connu un certain succès puis qui se sont plus ou moins effacés au fil des années et des albums. Toujours vivant, le groupe a continué d’exister malgré des changements de line-up incessants autour du chanteur Kémar et des albums qui ont connu moins de succès que précédemment, la palme revenant à Drugstore, unanimement critiqué par la presse spécialisée. Mais tout comme des groupes de punk/hard tels que Tagada Jones (dont on trouvera de grandes similitudes, notamment au niveau de la voix), No One is Innocent a su passer outre pour proposer un sixième album après vingt ans d’existence. Et Propaganda signe un retour en force, puisque la formation propose un skeud énervé, avec des paroles incisives, tirant à brûle pourpoint sur tout ce qui bouge et ce qui dérange dans la société. Malgré tout, à force de conspuer et critiquer le système dans lequel nous vivons, le groupe ne finit-il pas par devenir une caricature ? Et l’influence de groupes cultes contestataires comme Rage Against the Machine n’est-il pas trop fort, quitte à perdre une part d’identité ? La réponse est on ne peut plus clair, non, le groupe est toujours bien présent et propose une vision contestataire, certes, mais loin d’être caricaturale.

Le skeud commence par Charlie, une chanson équivoque sur les évènements du mois de janvier en France, suite aux attentats contre le journal satirique. On pourrait prendre cela pour de l’opportunisme, mais si le morceau reste assez conventionnel (on pourrait dire que c’est le moins bonde l’album), les paroles sont assez violentes et montre un groupe en colère, proposant de prendre les armes contre ses fous de Dieu. Relativement énergique, le titre reste cependant assez binaire et lasse rapidement. Mais le groupe va montrer sa fougue avec Silencio. Commençant avec une belle ligne de basse, le morceau démarre toutes guitares dehors et fait de suite penser au groupe de Tom Morello. Entre un couplet susurré puis un refrain répétitif et énergique, la comparaison avec RATM est très rapidement faite. Néanmoins, il faudra attendre le troisième titre pour vraiment être emballé. Djihad Propaganda est le véritable premier morceau qui envoie du bois en restant fidèle à l’image du groupe. Violent, dense, travaillé, le morceau fait la part belle à l’énergie et aux paroles très acides. Totalement contre le djihadisme et le terrorisme, le groupe annonce clairement sa position et ne fait pas dans la dentelle. Mais cet aspect de révolte qui peut faire passer le groupe pour une formation de droite politiquement parlant sera contrebalancé par Putain si ça Revient. Annonçant sa position politique avec ce titre, le groupe énonce que le Front National est la pire chose qui puisse arriver en France, faisant écho à 2002 lorsque Le Pen était au deuxième tour. Le titre est explosif, les paroles sont incisives et la rythmique est idéale.

no-one-is-innocent

Mais le groupe n’oublie pas non plus l’histoire ainsi que ses racines avec Un Nouveau Scottboro. Si on sait que le rock vient du blues, le groupe l’a bien compris et utilise des riffs venant de ce style pour parler de racisme en évoquant les Scottboro Boys, neuf blacks accusés de viol sur deux femmes blanches dans les années 30 aux States et condamnés à mort. Le morceau est très réussi et demeure l’un des plus techniques de l’album. La suite du skeud sera plus dynamique, plus nerveuse avec des titres durant moins de trois minutes et aux paroles toujours aussi politiques. Barricades est très nerveux, à la limite du métal sur les riffs du refrain et l’ensemble tient vraiment la route. On trouvera un peu la même chose avec Kids are on the Run, tout en étant plus posé sur le couplet. Le morceau est intéressant car le son est assez différent, plus rock que hard malgré son aspect pêchu. Mais le morceau qui tiendra vraiment la route reste Drones, avec une intro d’une grande puissance. Il est d’ailleurs dommage que le riff de départ ne soit pas plus repris dans le titre. Néanmoins, entre la critique d’un système qui surveille à tout va, le groupe livre un morceau qui ressemble à du RATM, mais cela reste bien foutu et intéressant. Tout comme Massoud, qui prend le temps de poser une ambiance lourde pour ensuite partir vers une énergie folle qui clôturera l’un des meilleurs morceaux du skeud. Enfin, pour célébrer ses vingt ans d’existence, le groupe propose 20 Ans, un morceau court mais dense et termine l’album avec Holy Fire, un morceau punk qui évoque les années 90.

Au final, Propaganda, le dernier album de No One is Innocent signe un véritable retour aux sources pour le groupe. Fidèle et sincère, le groupe livre un album nerveux, à la frontière du hard, du punk et du métal, fourmillant d’énergie et d’envie de bien faire. Un album bien foutu, pas exempt de défauts, mais qui arrive à faire hocher les têtes et crier des refrains ravageurs. Bref, un bon album qui montre que le groupe a appris de ses erreurs et c’est une grande chose.

  1. Charlie
  2. Silencio
  3. Djihad Propaganda
  4. Putain si ça Revient
  5. Un Nouveau Scottboro
  6. Barricades
  7. Kids are on the Run
  8. Drones
  9. Massoud
  10. 20 Ans
  11. Holy Fire

Note : 16/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=8mPTmWUrE5U[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.