avril 17, 2024

Les Enquêtes du Département V: Profanation

11186235_1082060568474018_287876345_n

Titre Original : Fasandraeberne

De : Mikkel Norgaard

Avec Nikolaj Lie Kaas, Fares Fares, Pilou Asbaek, David Dencik

Année : 2015

Pays : Danemark

Genre : Thriller

Résumé :

En 1994, un double-meurtre défraye la chronique. Malgré les soupçons qui pèsent sur un groupe de pensionnaires d’un internat, la police classe l’affaire, faute de preuve…
Jusqu’à l’intervention, plus de 20 ans après, du Département V : l’inspecteur Carl Mørck, et Assad, son assistant d’origine syrienne, spécialisés dans les crimes non résolus.
Ensemble, ils rouvrent l’affaire qui les amène à enquêter sur un des notables les plus puissants du Danemark.

Avis :

Il y a quelques jours, j’ai regardé la première enquête de ce département V et le film appelé « Miséricorde » m’a beaucoup séduit. Comme la promotion de ce film reste assez mal faite, nous balançant la bande-annonce de cette deuxième enquête dans les salles, nous sortant même le film dans les salles, alors même que le premier est juste disponible en VOD, je m’étais posé la question de savoir s’il était essentiel d’avoir vu « Miséricorde » avant « Profanation« . Du coup, grâce à cette curiosité, j’avais découvert un bon polar, qui m’avait passionné. Un polar que j’aurais adoré découvrir en salle.

Alors après avoir vu ce premier film, je me suis donc empressé d’aller voir ce que valait ce deuxième opus, surtout que le premier n’était vraiment passé loin de la case géniale et j’en ressors ravi, conquis, avec l’impression d’avoir vu un excellent thriller, qui colle parfaitement à l’ambiance et la ligne directrice du premier. Mais comme « Miséricorde« , je trouve qu’il lui manque ce petit quelque chose qui lui fait aussi louper la place de génial. Il n’en reste pas moins un impeccable thriller torturé et tortueux qui m’a lui aussi passionné de bout en bout.

11179849_1082060911807317_138843504_o

Après avoir résolu l’affaire de la « suicidée » Merete Lynggaard, les inspecteurs Carl Mørck et Assad, qui dirigent le département V, peuvent choisir les enquêtes qu’ils décident de ré-ouvrir, pour les classer ou non. Un soir, Carl est approché par un homme mystérieux qui lui parle d’une vieille affaire. Quelques heures plus tard, l’homme est retrouvé suicidé chez lui. Carl décide alors de reprendre cette affaire, un double meurtre qui avait défrayé la chronique, vingt ans plutôt. Une affaire étrange et il ne faut pas beaucoup de temps aux deux inspecteurs pour découvrir des failles. Le département V reprend l’affaire depuis le début et va essayer de rendre justice à ce père de famille qui a fini par perdre tout espoir.

Après avoir bien réussi sa première adaptation, le réalisateur Mikkel Norgaard est de retour (et cette fois-ci en salles) pour une deuxième enquête qui va s’avérer être tout aussi bonne que la première. Pile dans la lignée de « Miséricorde« , le cinéaste continue d’explorer la noirceur de l’être humain en adaptant un autre roman d’Adler-Olsen.

Bien noir, étouffant, poisseux, sanglant, glauque au possible, imprévisible, fascinant, surprenant, ce deuxième volet nous offre une histoire impeccable et bien ficelée qui fait froid dans le dos, on peut même dire qu’elle est répugnante, tant cette violence est gratuite. Si le premier film m’avait fait penser au « Silence des agneaux« , celui-ci se rapprocherait un peu plus de « S7ven » pour la gratuité et la folie de sa violence.

Ce que j’adore dans ces deux films, c’est les points du vue qu’il offre. Comme pour le premier, on va partir sur un point de vue omniscient sur l’intrigue, tout en étant quand même spectateur, ce qui veut dire, que même si on en sait beaucoup par rapport à certains personnages, le film garde un mystère et un suspens qui fait qu’on reste accroché jusqu’à la fin. Le suspens étant même imprévisible, il peut se passer n’importe quoi à n’importe quel moment et c’est très accrocheur.

Le scénario est encore une fois très bien trouvé et comme pour le premier, on va passer du présent au passé, découvrir les différents passés de plusieurs personnages, ce qui offre un bon lot de révélations. L’intrigue développe très bien les mystères qui entourent ce double meurtre et les indices qui concernent surtout le pourquoi de l’histoire tombent au compte-gouttes. L’histoire développe un peu plus la relation d’amitié entre les deux inspecteurs et comme j’ai vu le premier avant, je pense qu’on peut encore plus s’attacher aux deux personnages. On voit vraiment leur relation évoluer et on en apprend un peu plus sur leur passé. Si on découvre le film sans avoir vu le premier, je ne pense pas que ce soit dérangeant, car c’est fait de petits riens, mais ayant vu « Miséricorde« , je trouve que ces petits riens ont leur importance.

La réalisation reste dans la lignée du premier, classieuse et prenante. Comme pour le premier, parfois, je lui trouve un petit coup de mou, mais ce n’est pas bien grave, car les autres qualités, histoire, esthétisme, ambiance, prennent le pas et on lui pardonne. Surtout que des polars de cette qualité, ça faisait bien longtemps qu’on n’en avait pas eu. Et rien que pour cela aussi, les coups de mou sont pardonnables.

Ce qui est assez terrible et que j’avais remarqué dans le premier, c’est que les acteurs principaux (Nikolaj Lie Kaas et Fares Fares) sont très bons, mais ils se font un peu « manger » par les victimes ou les bourreaux et c’est encore une fois le cas ici. Ils sont impeccables, convaincants et impliqués, mais c’est bel et bien Danica Curcic, qui joue le personnage de Kimmie, une SDF, qui m’a retourné. L’actrice est aussi touchante qu’elle est bluffante. Et Sarah-Sofie Boussnina qui l’incarne jeune est toute aussi excellente que son aînée. Les pourritures (car il n’y a pas d’autres mots) sont géniales, aussi bien les acteurs qui les jouent adultes (Pilou Asbæk que j’avais déjà remarqué dans le terrible « R » dont je vous avais vanté les mérites il y a quelques temps et David Dencik), que quand ils sont jeunes. D’ailleurs, Marco Ilsø, qui incarne Ditlev jeune, est terriblement perturbant avec sa gueule d’ange.

11187535_1082060731807335_882876420_o

Je suis donc ressorti conquis de la salle. Ce deuxième film est un bon thriller qui colle très bien au premier. Après, vous dire si j’ai préféré celle-ci à « Miséricorde« , c’est une toute autre histoire, car je suis partagé. Dans un sens, je préfère l’histoire de « Miséricorde » que j’ai trouvée bien plus atroce moralement, mais la réalisation plus sombre et peut-être plus maîtrisée de « Profanation » m’a plus conquis. Bref, je crois que les deux films s’équivalent et se complètent bien l’un l’autre.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Gbbml3F6244[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.