juin 13, 2024

20 000 Jours sur Terre – De la Cave au Grenier

444178.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre Original : 20 000 Days on Earth

De : Iain Forsyth, Jane Pollard

Avec Nick Cave, Ray Winstone, Warren Ellis, Darian Leader

Année: 2014

Pays: Angleterre

Genre: Documentaire

Résumé:

24 heures dans la vie de la célèbre rock star d’origine australienne Nick Cave. Une journée en apparence comme les autres, mais où les notions de réalité et de fiction finissent par se brouiller et s’entrelacer…

Avis :

Nick Cave est un musicien ultra connu dans le milieu du rock. Avec son groupe The Bad Seeds (les mauvaises graines), il sévit depuis des années en parlant de la musique populaire américaine mais aussi du blues. Le personnage a aussi fait des duos qui lui ont valu une reconnaissance mondiale, notamment avec Kylie Minogue. Du coup, faire un film autour de ce chanteur, auteur, compositeur devenait presque logique, puisque les documentaires musicaux font désormais partie du cinéma actuel. On peut citer Shine a Light de Scorsese sur les Rolling Stones. Sauf que 20 000 Jours sur Terre n’est pas à proprement parlé un documentaire. En fait, les deux réalisateurs ont été appelés par Nick Cave pour filmer la création de son dernier album, Push the Sky Away, puis ensemble, ils ont décidé d’en faire un film qui possède certains moments de véracité et d’autres moments plus hallucinés, où le chanteur parle de création à d’autres artistes. Il en résulte un film très intéressant, qui pose des questions sur la vie d’artiste et sur la façon de faire un travail dans la musique. Un petit trajet dans la psyché de Nick Cave.

361184.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

20 000 Jours sur Terre est donc un faux documentaire qui se concentre sur une journée dans la vie de Nick Cave, durant une psychanalyse puis durant la conception de son nouvel album avec notamment Warren Ellis, son guitariste. Si le pitch peut se révéler relativement simple, il reste assez efficace, notamment grâce sa coupure en deux séquences bien précises. Nous aurons donc droit à un premier passage dans le cabinet d’un fameux psychanalyste où Nick Cave va parler de sa jeunesse, de son père puis de ses conquêtes. Durant la seconde moitié du film, nous allons voir comment Nick Cave perçoit la musique, la conception de son nouvel album, mais aussi des photos d’archive sur sa jeunesse et ses premiers concerts.

Pour apprécier ce film, il ne faut pas être un fan hardcore de l’artiste. La preuve, je ne connaissais pas trop l’œuvre de Nick Cave, et pourtant, j’ai trouvé le film plutôt bien réussi. Il faut dire que le chanteur dégage un certain magnétisme et qu’il s’accapare directement la caméra. La première partie du film est sûrement la plus intime pour le chanteur. Il parle de la présence de son père, de son éducation, mais aussi de sa vie sexuelle. Si l’on pourrait croire que ce passage est très ennuyeux, il n’en est rien car la réalisation est assez éblouissante et le montage permet de se sentir directement concerné par les dires de l’artiste. La seconde partie dans les archives de Nick Cave est aussi passionnante, mais elle est moins personnelle, moins touchante et montre juste le côté punk qu’il avait durant sa jeunesse. Tous ces aspects sur la vie personnelle de Nick Cave sont plutôt intéressants, mais révèlent aussi l’envers du décor sur une vie libre, mais qui avait aussi ses côtés difficiles. La réalisation change dans les deux cas de figure alternant entre quelque chose de très chaud, intime chez le psy et de plus froid dans les archives.

Mais le plus intéressant dans ce film réside dans les interludes entre les différentes grandes séquences. En effet, le chanteur prend tout le temps sa voiture et durant le trajet, un artiste apparait à ses côtés, lui permettant d’aborder les différentes notions dans la vie d’une artiste. Ainsi, Ray Winstone va lui parler de la transformation scénique d’une personne, alors qu’un ex compagnon va plutôt parler de la longueur des morceaux et du travail idéal pour s’assurer un certain succès tout en gardant l’essence même de ce que l’on veut dire. Ces passages en voiture sont très différents du reste du film, parce qu’ils sont entre réalité et fiction, et on ne sait jamais si c’est ce que pense Nick Cave, personnalisé en une personne ou alors si la personne est vraiment à côté de lui. On aura donc quelques questionnements personnels très intéressants et amenant à une réflexion sur le métier d’artiste, que ce soit dans le cinéma, sur scène ou encore en musique. Enfin, la discussion entre Warren Ellis et Nick Cave sur le concert de Nina Simone est vraiment excellente et passionnante. On peut aussi parler rapidement des quelques moments musicaux et du concert final, qui montre tout le talent du chanteur et la façon dont est écrite et construite une chanson.

484678.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Au final, 20 000 Jours sur Terre est un bon documentaire sur un artiste complet et trouble. Il n’est pas obligatoire de connaître sur le bout des doigts les musiques du chanteur ni son univers pour apprécier pleinement ce faux docu qui montre qu’avec un bon montage, de bonnes musiques et surtout un traitement efficace, on peut faire un bon film, donnant envie de se plonger dans la discographie de Nick Cave. D’autant plus que ce film fait plus que de relater la préparation d’un album, il pose des questions sur les processus créatifs et la place d’un artiste dans la société.

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=U_zQG1Q7Yfk[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.