septembre 27, 2022

Jupiter – Le Destin de l’Univers

434735.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Titre original : Jupiter Ascending

De : Andy et Lana Wachowski

Avec Mila Kunis, Channing Tatum, Sean Bean, Eddie Redmayne, Douglas Booth, James D’Arcy

Année : 2015

Pays : Etats-Unis

Genre : Science-Fiction

Scénario : Andy et Lana Wachowski

 

 

Résumé :

Jupiter Jones est une immigrée russe qui gagne sa vie en nettoyant des toilettes. Elle rencontre alors Caine, ancien chasseur militaire interplanétaire, qui est venu sur Terre pour retrouver sa trace. Jupiter va alors comprendre sa destinée : son ADN peut faire d’elle le leader de l’univers…

Avis :

Que l’on aime ou non leur cinéma, un nouveau film des Wachowski est toujours un évènement. Après la réussite Cloud Atlas, nous étions très curieux de ce qui allait sortir de l’imagination des frères, devenu depuis frère et sœur. Et le projet paraissait vraiment excitant lors des premières bandes annonces, mais qu’en est-il en réalité ?

017941.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

S’il est une chose qu’il faut admettre au Wachowski, c’est un sens du détail extraordinaire. Les scènes d’action fourmillent de milliers de détails, parfois même trop tant ce qu’on nous envoie à l’écran nous décolle la rétine. Les vaisseaux en l’occurrence relèvent du jamais vu dans un film de science-fiction. La course poursuite du début est également un must en la matière. Élément nouveau qui surprend, c’est l’humour bien présent dans ce film, chose tout à fait nouvelle de la part de ces deux visionnaires du cinéma.

La scène dans les administrations fait furieusement penser à Brazil, Terry Gillian y faisant par ailleurs une apparition.

Niveau acteur, rien de bien transcendant. Channing Tatum (White House Down, 21 Jump Street, …) et Mila Kunis (Ted, Le monde fantastique d’Oz, …) font le job, sans plus.

Les méchants quant à eux sont parfaitement insipides. Les personnages de Eddie Redmayne (Une merveilleuse histoire du temps, Les misérables, …), Douglas Booth (Noé, Romeo et Juliette, …) et Tuppence Middleton (The Imitation Game, Trance, …) ne sont absolument pas travaillés et ne rendent rien du tout à l’image. Leur apparence de dieu grec (le film est d’ailleurs inspiré de l’Odyssée d’Homère) pouvait laisser présager de bien meilleures choses, notamment dans l’idée que ce sont eux qui ont peuplé la terre et qu’ils se la disputent comme des chiffonniers.

En effet, ici la terre n’est qu’une planète parmi des centaines d’autres et sert de réserve. Lorsque le propriétaire le décide, la terre est « moissonnée » afin de récupérer des enzymes qui procurent à leur propriétaire une jeunesse éternelle. L’idée de base est géniale, mais c’est à peu près tout ce qu’il y a à retenir du scénario. En effet, on a l’impression de voir la même succession d’évènements tout au long du récit (Jupiter se fait enlever, et Caine débarque pour dézinguer tout le monde) ce qui, au final, enlève tout effet de surprise.

Comme ce fut le cas avec leurs œuvres précédentes, on retrouve plusieurs codes du jeu vidéo (les « roller sans roue » de Channing Tatum, les portails, la notion de boss de fin de niveau, les carrelages transparents, …).

La géniale musique de Michael Giacchino (Star Trek Into Darkness, Là-Haut, et prochainement Jurassic World….) sied parfaitement au film et contribue à le rendre encore plus épique. On retrouve également pas mal d’éléments sympas de la croyance populaire concernant les extra-terrestres. On y découvre notamment comment apparaissent les crop circles, de même, l’une des premières races d’aliens que l’on découvre sont les « petits gris », apparence qui est le plus souvent utilisée pour décrire les extra-terrestres. On peut croiser également des hommes lézards.

Si le film tient ses promesses dans son premier et dernier acte, l’acte central par contre est complétement irritant et dénué d’intérêt. On a droit à une love story à deux balles à laquelle on ne croit pas du tout. Par moment, on se croirait dans Twilight dans l’espace, c’est dire. La fin est décevante. Décevante mais inévitable, on nous a proposé tant de choses durant tout le film qu’il était inévitable que le soufflé retombe tôt ou tard.

Petite parenthèse, mais il va être temps de se calmer avec les titres français de merde : après les Bons baisers de Bruges, Bienvenue à Zombieland, Arnaque, Crime et botanique ou encore Good morning England, c’est au tour de Jupiter – Le destin de l’univers. Pourquoi ne pas avoir laissé le titre original ?

113815.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Néanmoins, Jupiter Ascending reste un bon film de SF, vraiment beau et divertissant, mais qui en laissera plus d’un sceptique tant c’est différent de tout ce qu’on connaît actuellement. Le film est fabuleux visuellement, mais un peu creux dans son message anticapitaliste. Mais après tout, un Wachowski qui ne divise pas ne serait pas vraiment un Wachowski.

Note : 14/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=uvYX7bFHEu8[/youtube]

Par Trasher

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.