juin 23, 2021

Madonna – Rebel Heart

202928-618-616

Avis :

Plus de trente ans de carrière, treize albums studio, trois bandes-originales de film, des incursions dans le cinéma en tant qu’actrice, une image toujours sulfureuse, sexy, provocatrice à presque soixante piges, on ne présente plus Madonna. Femme d’affaires ingénieuse, la chanteuse a plus d’une corde à son arc et le montre au fil des ans avec des albums qui se suivent, qui ne se ressemblaient pas au début de sa carrière puis qui ont fini par devenir une rengaine indolente et presque pénible. Perçu par certains comme LA star internationale qui n’a jamais quitté le devant de la scène, Madonna, sorte de déesse sauveuse d’âmes, a su s’associer à d’autres artistes pour être dans le move, profitant par là pour relance une machine musicale que l’on aurait préféré oublié, comme Mirwais, ex membre de Taxi Girl sur l’album Music. Enfin, dire du mal de la Madonne est très souvent mal vu et je risque ici de me faire traiter de vieux réac à la con qui ne comprend les clés du succès d’une artiste qui se renouvèle sans cesse. Mail il ne faut pas croire, Madonna, c’est plutôt cool. Enfin, le plus juste serait d’utiliser l’imparfait, car si auparavant on avait du sulfureux et du sexy, aujourd’hui, on est plutôt dans la vulgarité, le bling-bling à deux balles et un refus de vieillir qui en devient pathétique. Rebel Heart, treizième album de Madonna, en est l’exemple même, s’associant avec les plus grands branquignoles du moment, vendant plus leur cul et leurs seins plutôt que leur musique (Nicki Minaj, si tu lis ces lignes, mais j’ai peu d’espoir quant à la qualité de ton français).

Le skeud démarre avec Living for Love et sans être exceptionnel, le morceau se laisse écouter. C’est de la pop pure souche, avec ce qu’il faut d’électro sans trop en faire et surtout, sans des effets de voix dégueulasses ou encore des allusions sexuelles appuyées, ce qui sera l’adage de quasiment tout le reste de l’album. Le morceau le plus surprenant restera tout de même Devil Pray, qui reste l’un des meilleurs titres du skeud. Commençant avec une petite guitare sèche où la chanteuse pose une jolie petite voix, on est dans quelque chose de simple, s’accompagnant de clappements de mains et même le refrain en électro passe plutôt bien. Ce titre, ainsi que Rebel Heart qui ferme cet album après dix-neuf titres (on ne peut pas lui enlever que la belle est généreuse, bon, en même temps, elle n’écrit pas ses textes) sont des exemples que la chanteuse a un pur potentiel pour fournir quelque chose de frais, de simple et pourtant de relativement commercial et agréable. On est à mille lieues du morceau électro, provocant où elle parle de chatte, de bite et de sexe à outrance. Je ne suis pas un amish, mais bordel de merde, avec l’âge on gagne en sagesse et on a surement autre chose à raconter que des histoires de cul comme pour se persuader que l’on a encore une libido ! Parmi les titres plutôt sympathiques, on peut aussi compter sur Joan of Arc qui s’inscrit dans la veine des deux autres titres précités ou encore, dans une moindre mesure, Ghosttown.

madonna_2

Mais c’est une bien maigre consolation devant l’absolu médiocrité du reste de l’album. La chanteuse continue de s’associer à des rappeurs de bas étage comme Nas ou à des putes factices qui sont devenues la risée du web comme Nicki Minaj pour espérer rester dans l’air du temps. Malheureusement, entre des rythmes électros datant des années 2000 à grands coups d’infrabasses imbuvables ou encore de mélanges mal dégrossis, on a l’impression que Madonna accuse plus de dix ans de retard. Il suffit d’écouter des titres comme Illuminati pour faire un bond en arrière évident. Benassi Bros faisait la même chose quand j’étais un ado ! Le plus incroyable, c’est qu’on a l’impression d’écouter des morceaux qui ne possèdent aucun rythme, aucune structure et le tout donne une impression de vide, de vacuité auditive, de paraître absolument imbuvable. Dans le même genre, on peut citer des titres comme Inside Out, Iconic ou encore l’inécoutable Holy Water. Et puis que dire des paroles, véhiculant une hyper sexualité déprimante, qui n’est plus du libertinage mais du racolage purement putassier. La palme revenant à S.E.X., où on peut difficilement faire plus explicite avec des paroles telles que « When I let you put it on me, you better give me what I want ». Alors perso, à 56 ans et après tous les mecs qui lui sont passés dessus, je n’ai pas trop envie d’avoir des images comme ça en tête, surtout que maintenant, on a plus l’impression de voir une poupée gonflable en plastique plissée plutôt qu’une bombasse de vingt ans. On peut aussi parler de Unapologetic Bitch, où elle exprime clairement qu’elle est une salope sur un rythme faussement reggae. Alors oui, il faut conquérir un auditorat jeune accro à la musique fast food électro, mais faut-il obligatoirement être vulgaire, provocatrice pour les bals musettes et ainsi véhiculer une image dégradante de la femme ?

Au final, Rebel Heart, le dernier album de Madonna, est détestable à plus d’un titre. Alors que certains morceaux sont plutôt intéressants et même agréables à l’écoute, le reste de l’album n’est que vide, provocation gratuite et allusions sexuelles dégradantes et d’un ennui profond. Essayant d’être toujours dans la nouveauté, Madonna a fini par se prendre les pieds dans le tapis, fournissant un album rétrograde, bête et sans aucun intérêt, la pop et l’électro fournissant maintenant des choses plus variées et moins connes que cet album destiné soit aux fans de la première heure qui ne pourront dire du mal de leur idole, soit aux jeunes qui se foutent pas mal de la musique pourvu qu’elle fasse un peu danser en pensant que c’est cool et in de bouger sur ça. Bref, à oublier au plus vite.

  1. Living for Love
  2. Devil Pray
  3. Ghosttown
  4. Unapologetic Bitch
  5. Illuminati
  6. Bitch, I’m Madonna feat Nicki Minaj
  7. Hold Tight
  8. Joan of Arc
  9. Iconic feat Chance the Rapper & Mike Tyson
  10. Heartbreakcity
  11. Body Shop
  12. Holy Water
  13. Inside Out
  14. Wash All Over Me
  15. Best Night
  16. Veni Vidi Vici feat Nas
  17. E.X.
  18. Messiah
  19. Rebel Heart

Note: 03/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.