juillet 15, 2024

Electric Boogaloo

384948.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Mark Hartley

Avec : Dolph Lundgren, Bo Derek, Franco Nero, Tobe Hooper, Molly Ringwald, Robert Forster, Elliot Gould, Richard Chamberlain, Olivia d’Abo….

Année : 2015

Pays : Etats Unis

Genre : Documentaire

Résumé :

Mélange d’interviews, d’extraits de films et de documents d’archives, Electric Boogaloo retrace l’histoire de la compagnie de production Cannon, très active dans les années 80. Cette compilation de moments cultes d’un certain cinéma redonne chair au vivier de quelques uns des plus grands nanars du cinéma sauce Hollywood. Mark Hartley dresse un portrait savoureux et sans compromis de la Cannon et donne la parole à près d’une centaine d’intervenants parmi lesquels Dolph Lundgren, Sybil Danning, Charles Bronson, Chuck Norris, Sharon Stone, Tobe Hooper, Franco Nero, Barbet Schroeder ou Luigi Cozzi qui se rappellent avec humour et sincérité de leur participation aux « œuvres » de la firme mythique. Grandeur et décadence de la Cannon et de ses têtes dirigeantes, Menahem Golan et Yoram Globus, c’est l’aventure unique d’une entreprise qui a changé à jamais l’histoire du cinéma bis.

Avis :

Qui peut se dire fan de cinéma de genre et par la même occasion ne connait pas la fameuse firme de la Cannon spécialisée et reconnue pour ses nombreuses séries B dans les années 80 ? La réponse est simple : Personne !

La Cannon sent bon les étagères des vidéo clubs, la VHS et les plaisirs coupables ! Toute une génération de cinéphiles a grandi en regardant leurs productions cinématographiques d’un gout plus que douteux, mais à chaque fois fait avec l’amour du cinéma !

274178.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Cette firme créée et gérée par les deux cousins israéliens Menahem Golan et Yoram Globus changea clairement les mentalités et marqua les esprits dans le folklore Hollywoodien. Véritables génies, escrocs, stakhanovistes et touches à tout, le duo aura réussi à produire une quantité astronomique de films en un temps record ! Bouleversant la manière de fonctionner en terme de travail, de production et de rythme d’exécution, les deux cousins auront réussi à créer un empire en seulement quelques années qui malheureusement s’est cassé la gueule aussi vite qu’il avait atteint les sommets !

A grand renfort d’extraits de films, d’archives vidéo ou bien grâce à un nombre important de personnes interviewées, Electric Boogaloo parvient à recréer un petit peu l’ambiance qu’il régnait à l’époque dans cette boite hors norme !

Loufoque, absurde, passionné, maladroit, arnaqueur, génie les adjectifs ne manquent pas pour qualifier les deux comparses et notamment son chef de file Menahem Golan véritable figure emblématique de la firme qui portait à la fois les casquettes de réalisateur, producteur, directeur de la Cannon et responsable com’ !

Immigré aux Etats Unis et donc complètement à coté de la plaque en ce qui concerne les codes hollywoodiens, Menahem Golan est donc à l’origine de films totalement fous dans le paysage de l’époque alors très policée ! C’est à lui qu’on doit des films vulgaires, racoleurs, ouvertement racistes ou totalement à coté de la plaque mais tellement jouissifs que sont les suites des Justiciers dans la ville avec Charles Bronson, une bonne partie des films de Chuck Norris, les premiers de Jean Claude Van Damme ou encore bon nombre de films de Ninja ! Pour faire bref, un cinéma bas du front et qui sent bon la testostérone à défaut de développer les neurones.

Pour autant, dans leur soif de production et pour leur amour du cinéma, la Cannon ne fait pas que dans la vulgaire série B et permet à des auteurs de tourner également quelques films sous l’effigie de leur firme ! A ce titre, dans le catalogue aux cotés des noms que sont Dolph Lundgren, Jean Claude Van Damme, Chuck Norris, Richard Chamberlain ou encore Charles Bronson on trouve des auteurs comme Jean Claude Godard, John Cassavetes ou encore Franco Zeffirelli.

278397.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

A la fois drôle, passionnant, instructif et nostalgique d’une époque désormais révolue, Electric Boogaloo donne le sourire aux cinéphiles qui auront passé une grande partie de leur enfance à regarder des films comme Portés Disparus, Invasion USA, Cyborg, Les Maitres de l’Univers ou encore Runaway Train et rien que pour ça c’est déjà très bien !

Note : 15/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=B5nKFvQ8gIM[/youtube]

Par La_Malédiction

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.