novembre 30, 2021

La Caravane de l’Etrange Saison 1

10884501_1008640055816070_2119120472_n

D’Après une Idée de : Daniel Knauf

Avec Nick Stahl, Clancy Brown, Amy Madigan, Michael J. Anderson

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame, Fantastique

Nombre d’Episodes : 12

Résumé :

En Oklahoma, durant la Grande Dépression de 1934, la bataille ancestrale entre le Bien et le Mal prend place au sein d’une troupe de forains pour le moins étrange.

Avis :

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de me lancer dans cette petite série qui au début des années 2000 n’eut droit qu’à deux saisons de douze épisodes, puis fut annulée.

La série avait beaucoup d’éléments qui m’intriguaient, et dans un sens, j’étais certain de trouver-là une immense série. Son originalité, ses affiches rétros sublimes qui donnent le ton, ce casting peuplé de comédiens plus ou moins connus que j’aime, oui, elle avait vraiment tous les attraits pour me séduire et j’aurais mis du temps à mettre la main dessus, pour un prix dans la limite du raisonnable. Allez savoir pourquoi, la série est d’ordinaire très chère quand on met la main dessus, et très souvent, même en occasion, il faudra prévoir son petit billet de vingt-cinq euros… Bref, alors quand j’ai mis la main dessus pour une somme dérisoire, je ne me suis pas posé la question. Et aussitôt acheté aussitôt regardé. Alors que valent ces douze premiers épisodes ? La série s’est-elle révélée aussi passionnante que je l’attendais ? Eh bien oui et non, et j’en ressors frustré et surtout curieux de savoir la suite.

carnivale-carnivale-2739461-506-316

Une troupe de forains se déplace de villes en villes pour gagner son pain. La troupe offre des attractions aussi correctes qu’étranges. Ainsi, on pourra y admirer une femme à barbe, un homme qui mange des cochons vivants, une diseuse de bonne aventure et plein d’autres personnages bizarres. Alors que la troupe fait route vers la cité de Babylone, elle croise la route de Ben, un jeune homme recherché par la police et qui vient de tout perdre. Samson, le gérant de la troupe, décide de lui venir en aide et le prend avec lui. Mais très vite, le Professeur Lodz, un homme mystérieux doté d’étranges pouvoirs, croit déceler en Ben quelque chose de mystique. Pour le découvrir, il va alors jouer à un jeu de manipulation dangereux. Pendant ce temps, quelque part, non loin dans la région, le Frère Justin essaye de convertir de plus en plus de gens à la religion catholique. Alors qu’ils ne se connaissent absolument pas, le destin de Ben et du frère Justin a l’air étrangement lié.

Quand une série est étiquetée HBO, on a tendance à en attendre beaucoup plus que les autres, tant ce logo sur fond d’écran de neige fait rêver. Car oui, pour ceux qui ne le savaient pas encore, HBO, c’est la chaîne à qui l’on doit entre autres « Game Of Thrones« , « Les sopranos« , « Entourage« , « Sex and the city » ou encore « Boardwalk Empire« , c’est du très lourd et les attentes ne peuvent donc être les mêmes que sur une autre série.

Cette première saison de « La caravane de l’étrange » fut pour moi une expérience décevante, dans le sens où premièrement, je ne m’attendais pas du tout à une telle trame, et deuxièmement à cette ambiance dans laquelle j’ai eu du mal à entrer. Cette première saison est pourtant courte, la série ne compte que douze épisodes, qui se déroulent entre quarante-deux et cinquante-sept minutes, c’est donc une saison qui se regarde assez vite en termes de temps et de minutage. La série est peuplée de mystères. Dès les premiers épisodes, elle installe une bonne tension mélangeant habilement les genres, fantastique, social, portrait d’une époque et de ses mœurs, et elle crée la curiosité d’aller plus loin. Le show est bien mené, l’ambiance est particulière et l’époque très bien rendue. On se pose pas mal de questions et d’emblée, cette « caravane de l’étrange » dévoile un bon caractère qui fait que l’on a envie d’en savoir plus, de prolonger l’aventure. Mais très vite, les questions s’enchaînent, la série a tendance à s’évaser un peu et floute les pistes. Ce qui était amusant au départ devient assez vite lourd, pour ne pas dire lassant et c’est avec regret que j’ai eu du mal à entrer dedans. Dans l’intrigue, on ne sait pas trop où le showrunner veut nous amener et j’avoue que si j’ai fini par entrer les deux pieds dedans avec l’histoire de Ben, à la longue, elle a su me recaptiver et m’emporter sur son dernier épisode. L’histoire de frère Justin m’a fait l’effet inverse, dans le sens où plus son intrigue se développait et moins j’étais pris dedans, et au final plus du tout. Et c’est bien dommage, car sur le tout, ça joue fortement.

Si tous les ingrédients sont réunis, parfois la série emporte vers d’excellents moments, elle me relâche aussitôt avec son autre trame et son fond religieux qui m’agace. Mais bon, comme elle traite du bien et du mal et surement de leur affrontement, je pense que par la suite, elle devrait arriver à trouver son rythme avec cette seconde histoire et finalement trouver un sens et un joli final. Car si par moments la série m’a ennuyée, le dernier épisode et l’intensité des rebondissements de ce qui arrive au pauvre Ben ont fini par me captiver et j’attends de voir cette deuxième et dernière saison avec beaucoup de curiosité.

Ce que j’ai trouvé d’autant plus frustrant dans la seconde histoire, c’est que l’intrigue est tenue par de bons acteurs, avec en tête Clancy Brown dans le rôle du frère Justin et surtout Amy Madigan, qui incarne sa sœur et c’est une actrice que j’aime bien. Ils sont tous les deux très convaincants dans leur rôle, et je regrette d’autant plus de ne pas arriver à entrer dans leur histoire. De l’autre côté, on retrouve aussi un casting fabuleux. C’est Nick Stahl qui tient « le rôle principal » et l’acteur est très bien dans la peau de Ben, un jeune homme au cœur tendre, qui espère autre chose et qui va apprendre à vivre avec ce don ou cette malédiction que la vie lui a offert. Les forains sont interprétés par une belle brochette de comédiens dans laquelle on peut trouver Cléa Duvall, Michael J. Anderson (le nain de la série « Twin Peaks« ), Tim DeKay, Patrick Bauchau, ou encore Cynthia Ettinger et beaucoup d’autres. Chacun étant très bien dans la peau de son personnage et pile à sa place. Le tout dressant un portrait enivrant, inquiétant, mystérieux et bourré de non-dits et de secrets.

carnivale-little-guy

« La caravane de l’étrange » est donc une série que j’ai apprécié autant qu’elle m’a laissée de côté à plusieurs moments. C’est une série différente de ce que l’on a l’habitude de voir. C’est une série qui a un caractère irréprochable que j’ai beaucoup apprécié. C’est une série qui, dans ses décors, ses costumes, son ambiance et ses comédiens, nous sort le grand jeu, alors c’est vraiment dommage que cette première saison soit en dents de scie. Mais bon, ça reste quand une belle série qui vaut bien le coup d’œil.

Note : 12/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=ULnRnUUCRi0[/youtube]

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.