août 10, 2022

Les 12 Travaux d’Astérix

af.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : René Goscinny, Albert Uderzo, Pierre Watrin, Henri Gruel

Avec les voix de Roger Carel, Pierre Tornade, Jacques Morel, Henri Labussière

Année : 1976

Pays : France

Genre : Animation

Résumé :

L’Empereur César ne supporte plus que le petit village gaulois résiste encore et toujours. Il propose alors un défi à Astérix, Obélix et tous leurs amis : s’ils remportent les douze épreuves qu’il leur soumet, il ne les attaquera plus.

Avis :

Des dessins animés ou des films d’animation, il en sort à la pelle de nos jours. Il faut dire qu’avec la démocratisation des technologies et l’ouverture du cinéma vers d‘autres pays, on a de quoi faire en termes d’animation. Que ce soit les petits films exclusivement pour la jeunesse, les mangas du studio Ghibli ou encore les dessins animés gores américains à licence (Dead Space Deadfall), il y en a maintenant pour tous les gouts et pour tous les âges. Seulement, si certains arrivent encore à sortir du lot, on trouve de plus en plus de films d’animation formatés et sans plusieurs niveaux de lecture. C’est-à-dire que le film ne va s’adresser qu’à un public précis, sans se soucier des parents ou l’inverse. Et s’il y a bien un dessin animé qui reste terriblement intelligent, avec plusieurs niveaux de lecture et d’une drôlerie diabolique, c’est bien Les 12 Travaux d’Astérix. Et pourtant, le film date de 1976, alors qu’est-ce qui fait le succès du film et pourquoi marche-t-il toujours, que ce soit auprès des jeunes que des adultes ?

les_12_travaux_d_asterix_29_lessive

Oui ! Avec la lessive des Dieux, le linge est plus souple, plus lisse, plus blanc !

L’histoire de ce film se base sur les 12 travaux d’Hercule. Le village d’Astérix étant le seul qui résiste à l‘invasion romaine, les soldats pensent que ces gaulois sont des dieux. Pour prouver qu’ils ne sont pas des dieux, César leur propose 12 épreuves, comme ceux d’Hercule. Si les gaulois réussissent, alors ils deviendront les nouveaux maîtres de Rome, mais s’ils échouent, ils deviendront les esclaves de César. Bien entendu, c’est Astérix et Obélix qui s’y collent et le film démarre pour environ une heure de pur plaisir et de pur délire. Si les premières épreuves restent sportives, on va vite aller petit à petit vers des épreuves plus complexes et dénonçant souvent quelque chose de véritable.

Le film repose sur un équilibre important entre les deux personnages. Que ce soit Astérix ou Obélix, les deux sont importants et font gagner des épreuves. Et dès le premier défi, l’intonation est donnée. Ce sera cynique, drôle et toujours très juste. On pourra ainsi voir l’intelligence d’Astérix lorsqu’il doit affronter Cylindrique le germain, la pugnacité d’Obélix sur l’île des plaisirs et bien d’autres choses encore. Mais le plus incroyable, c’est que le film peut se voir plusieurs fois et on découvrira à chaque fois de nouvelles choses, sur différentes degré. Par exemple, l’épreuve de l’île des plaisirs dénonce les faiblesses de l’homme par rapport à la femme, que cette dernière peut facilement le dominer et le soumettre à sa volonté. Il fallait être sacrément couillonné pour sortir un pamphlet aussi féministe. Mais le moment le plus magique est certainement dans la Maison des Fous, qui résume parfaitement les démarches administratives pour avoir un simple formulaire. Ce passage est un pur régal et il est d’une grande intelligence car il fait rire les enfants par les incessants allers/retours, mais il fait aussi rire les parents, qui se voient parfaitement dans cette galère.

On retrouve ce nivellement de lecture chez le cuisiner. En effet, les enfants seront morts de rire devant la quantité astronomique que mange Obélix, alors que les adultes se régaleront des dialogues et autres réflexions qui sont d’une grande justesse. D’ailleurs, un soin tout particulier a été apporté aux dialogues, où cynisme prend beaucoup de place, comme on peut le voir et l’entendre lors de l’épreuve contre Marathon, où Obélix lui annonce que la course a amélioré son profil. On retrouve ce gout du contrepied avec les jeux du cirque, qui pour le coup deviendront vraiment les jeux du cirque avec des clowns et des fauves. Par contre, il est vrai que certaines épreuves sont moins percutantes que d’autres comme le fil invisible avec les crocodiles, mais cela reste un vrai divertissement. Il faut aussi noter un rythme infernal, ultra soutenu, ce qui permet au spectateur de ne pas s’ennuyer. Et les graphismes n’ont pas pris une ride, permettant à la jeune génération de découvrir de vrais traits au crayon et pas des images de synthèse d’une certaine froideur.

les_12_travaux_d_asterix-400x249

Je voudrais le laisser-passer A38

Au final, Les 12 Travaux d’Astérix est un dessin animé indémodable, un chef d’œuvre du genre et qui se doit d’être vu par la majorité. Très intelligent, divinement drôle, le film n’a pas pris une ride et même si l’image du DVD n’est pas très bonne, on reste ébahi devant ce film avant-gardiste. Un modèle du genre à montrer d’urgence à ses enfants.

Note : 19/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=gpsV6BRNZYs[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.