janvier 19, 2021

Voyage Vers la Lune

Titre Original : Over the Moon

De : Glen Keane et John Kahrs

Avec les Voix Originales de Ken Jeong, Sandra Oh, Kimiko Glenn, Phillipa Soo

Année : 2020

Pays : Etats-Unis, Chine

Genre : Animation

Résumé :

Aussi brillante que passionnée de science, une jeune fille déterminée construit une fusée pour se rendre sur la lune et prouver l’existence d’une légendaire déesse lunaire ! C’est alors qu’elle se retrouve embarquée dans une quête inattendue et qu’elle découvre un univers féerique peuplé de créatures fantastiques.

Avis :

Glen Keane est un nom qui comme ça, ne parle pas du tout et pourtant, derrière ce nom se trouve en fait une pointure de l’animation. Glen Keane, c’est trente-huit ans de carrière chez Disney et il est l’un des animateurs « stars » ayant travaillé sur plus d’un film qui ont parcouru notre enfance. Les personnages de La Bête, de Pocahontas, Ariel, c’est lui, quand Tarzan se balade de liane en liane, c’est lui, le combat entre l’Ours et le renard de « Rox et Rocky« , c’est encore lui… L’homme a encore bien des personnages et des séquences à son compte et en 2012, il raccroche pour nourrir ses envies de réalisation.

Après quatre courts-métrages, dont un Oscarisé s’il vous plait, voici alors que le premier film de Glen Keane arrive et c’est sur Netflix qu’on le trouve. Netflix aurait-il dans l’idée de nous offrir un animé pour les périodes de Noël, car quasiment un an après le sublimissime « Klaus« , voici qu’arrive ce « Voyage vers la Lune« . Moins fort et moins bon que « Klaus« , le premier film de Glen Keane n’en demeure pas moins un petit moment sympa. Très influencé par son expérience chez Disney, le réalisateur nous offre un joli voyage, tout en chanson (un peu trop) et en imagination. Entre ses qualités et ses défauts, sans vraiment marquer, ce premier film, parfois maladroit, parfois génial, ravira les petits comme les grands au bout du compte.

Fei Fei est une jeune fille qui vit en parfaite harmonie avec son père. Voilà quelques années que la jeune fille a perdu sa mère et malgré la douleur, elle avance et croque la vie. Enfin ça, c’est jusqu’au jour où son père décide de refaire sa vie. Pour rester avec son père et lui rappeler l’amour qui l’unissait à sa défunte mère, la jeune fille décide de construire une fusée, afin de se rendre sur la Lune pour prouver que la déesse Chang’e existe.

« Voyage vers la Lune« , c’est le genre de petit film qui est sympa et qui a tendance à faire du bien et en même temps, à contrario, c’est aussi un film qui a tendance à quelque peu décevoir.

Dans ses bons côtés, la première chose qui frappe et à laquelle on pense directement, c’est sa qualité visuellement. Franchement, Glen Keane nous offre là un très beau spectacle, un grand spectacle même. « Voyage vers la Lune » est un film éclatant et tout en couleurs, qui offre des images qu’on n’a pas l’habitude de voir. Glen Keane bouscule certains schémas et c’est tout simplement beau.

Le réalisateur crée un très bel univers et l’on se plaît à suivre toutes les aventures que le film nous concocte. Le film tient de bonnes idées, une animation superbe, de bonnes aventures et au-delà de ça, son rythme est excellent. Une fois lancé, même s’il va véhiculer des déceptions, on a envie d’aller toujours plus loin, de toujours savoir jusqu’où la petite Fei Fei et « sa tribu » vont aller.

Toujours du côté de son visuel, les personnages sont très bien faits, Glen Keane les a rendus visuellement attachants, c’est bien simple, dès qu’on les voit, on a envie de les aimer et les suivre.

On appréciera aussi le petit mélange entre aventure, comédie et drame, le film s’aventurant sur le chemin du deuil, de l’acception, de l’émancipation et de l’amour. Certes, il faut bien l’avouer, c’est assez convenu dans l’ensemble et l’on connaît déjà ce genre d’histoire, tout est couru d’avance, mais ce n’est pas pour ça que ça ne fonctionne pas, bien au contraire, « Voyage vers la Lune« , entre ses délires et son aventure, c’est aussi un film tendre et touchant.

Mais dans un autre sens, ce « Voyage vers la Lune » est aussi un film qui a tendance à décevoir. Très influencé par son travail chez Disney, Glen Keane s’aventure dans la grande tradition du dessin animé tout en chanson, et si on peut lui laisser que certaines sont belles, en plus de faire une redite de Disney, au point d’en être une caricature (le début du film), il y a surtout trop de chansons et ça peut être épuisant, surtout en début de film, où en l’espace d’un quart d’heure, on y en trouve facilement quatre.

Déception aussi du côté de certains de ses personnages, comme cette déesse lunaire, auquel il faudra clairement un temps d’adaptation. L’idée était de moderniser cette déesse et cette idée est très lourde. Ici, on a transformé cette déesse en pop-star de k-pop, qui se fait un concert privé à sa gloire sur la Lune. Il faut le temps de s’y faire et heureusement ça ne dure pas sur tout le film et son histoire reprend le dessus. C’est vraiment dommage de vouloir coller à son époque, car ici, ça casse pas mal du merveilleux que le film pouvait avoir.

Ce premier film pour Glen Keane est donc un petit moment de cinéma sympathique qui a des idées et développe un bel univers et une jolie historie. Certes, c’est bourré de maladresses, ça respire Disney à plein nez, ou plutôt Pixar pour le côté 3D, mais on est loin des grands moments d’aventures et d’émotions que peuvent nous offrir les studios.

Pour revenir à Netflix, Glen Keane fait moins fort que « Klaus« , mais finalement, entre ses maladresses, son côté délirant (cette partie de Ping-Pong !) et ses moments très chouettes, ce « Voyage vers la Lune » se laisse regarder avec plaisir et c’est tout ce qui compte au final.

Note : 13/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.