Lucky Strike

Titre Original : Beasts That Cling to the Straw

De: Kim Yong-Hoon

Avec Jeon Do-Yeon, Woo-Sung Jung, Seong-Woo Bae, Yuh-Jung Youn

Année: 2020

Pays: Corée du Sud

Genre: Thriller

Résumé :

Un corps retrouvé sur une plage, un employé de sauna, un douanier peu scrupuleux, un prêteur sur gage et une hôtesse de bar qui n’auraient jamais dû se croiser. Mais le sort en a décidé autrement en plaçant sur leur route un sac rempli de billets, qui bouleversera leur destin. Arnaques, trahisons et meurtres : tous les coups sont permis pour qui rêve de nouveaux départs…  

Avis :

Le cinéma coréen a le vent en poupe depuis pas mal d’années maintenant, c’est avec plaisir et curiosité qu’on découvre tout ce qu’il a à nous offrir, surtout que nous avons la chance de voir arriver dans nos salles, chaque année, des œuvres coréennes. Parmi les réalisateurs coréens, cette année, on a le plaisir de voir débarquer un nouveau venu, Kim Yong-hoon. Si « Lucky Strike » est son premier long-métrage, le jeune réalisateur coréen s’est déjà forgé une solide réputation avec des courts-métrages et des documentaires.

Comme le cinéma coréen s’installe de plus en plus dans le cœur des cinéphiles et des spectateurs, « Lucky Strike » s’est vu jouir d’une sortie plutôt correcte. Ce qui est cool avec les coréens, c’est qu’ils ont l’art de la surprise. Même quand ces derniers prennent un sujet somme toute classique, ils arrivent sans trop de mal à nous emporter sur des sentiers qu’on n’imaginait pas et « Lucky Strike » est pile sur cette ligne. Thriller sombre, Kim Yong-hoon nous livre là un très bel exercice de style. S’il vrai que le début peine un peu, le cinéaste arrive cependant très bien à jouer avec les ficelles de son intrigue et il nous entraîne dans un joli boxon organisé, où tous les plus bas instincts vont régner en maître.

Un douanier, un employé de sauna, une femme battue, un jeune Chinois, un prêteur sur gage, une patronne de bar… Toutes ces personnes n’ont rien en commun, ils n’auraient même jamais dû se rencontrer, mais le destin en décide autrement et des événements vont alors se mettre en branle et bientôt, ces gens simples (ou pas) vont se livrer à leur plus bas instinct, avec comme but de changer de vie…

« Lucky Strike » est donc le premier film de Kim Yong-hoon et pour son premier long-métrage, le réalisateur coréen a décidé de faire assez simple, pour un résultat assez efficace.

« Lucky Strike« , c’est un film qui s’aventure sur plusieurs terrains, à la fois film d’arnaque, film policier, thriller, comédie qui peut virer à l’absurde jouissif dans ses retournements de situations, ou encore drame social qui aborde de manière assez subtile la société coréenne, les classes qui la peuplent et l’envie d’autre chose de ses personnages. On peut reprocher à « Lucky Strike » de mettre du temps à se mettre en place, au point que l’on se demande où Kim Yong-hoon veut aller. D’ailleurs, il laissera transparaître des longueurs, mais une fois que le metteur en scène nous aura chopé, une fois que l’effet boule de neige se fait présent, il est bien impossible de ne pas aller jusqu’au bout, Kim Yong-hoon nous tenant face au destin et au plus bas instinct de ses personnages qui vont littéralement s’entretuer pour un sac plein de billets.

Adoptant un forme très classique, construisant son récit en chapitre, Kim Yong-hoon s’amuse avec son scénario à relier tous ses personnages entre eux, et il est vrai que plus le film avance, plus il se complexifie et plus il se fait jouissif. Puis comme je le disais, naviguant entre les genres, « Lucky Strike » se fait plus profond qu’il n’en a l’air, puisqu’à travers ses personnages et leur réaction, Kim Yong-hoon livre un regard sur son pays, sur les différentes classes sociales de son pays et plus largement encore, il livre un regard assez brut sur l’être humain, sur la nature humaine, sur sa cupidité, sur sa folie. Bref, si le début est un peu longuet, une fois que Kim Yong-hoon a parsemé ses cartes, « Lucky Strike » se pose comme un petit plaisir.

Le plaisir qu’on éprouve, on le trouve aussi dans la mise en scène de son réalisateur, qui nous livre là un film certes très classique dans son idée, mais qui pourtant fonctionne très bien et ne fait que se tendre au fur et à mesure que son micmac se délie.

Puis au-delà de son montage, de son idée de séparer le film en chapitre, on appréciera énormément l’esthétisme et le souci du détail que peut avoir le cinéaste. « Lucky Strike« , c’est un film qui a un joli cachet, une très belle ambiance, une excellente photographie, c’est un film qui sait autant se faire pensant qu’il peut se faire subtilement très drôle. Bien sûr, on trouvera les erreurs d’un premier film, avec parfois une envie d’en faire un peu trop, avec des soucis de rythme, notamment au début, comme évoqué plus haut, mais finalement, ce n’est pas grand-chose, car Kim Yong-hoon arrive sans mal à nous tenir, et même plus encore.

« Lucky Strike« , c’est aussi une troupe d’acteurs géniaux de bout en bout. Une troupe d’acteurs qui trouvent des personnages géniaux eux aussi. Des personnages qu’on adore découvrir et suivre. Des personnages pour lesquels on craint, car Kim Yong-hoon a réussi à les rendre tous attachants, ce qui n’était pas une mince affaire avec autant de personnages à l’écran. Puis côté jouissance, on ne va pas bouder notre plaisir, puisque Kim Yong-hoon s’est entouré de la crème de la crème des comédiens et comédiennes coréens.

« Lucky Strike« , entre ses petites erreurs et ses moments géniaux, est un bon, voire même très bon premier film. Kim Yong-hoon entre dans le paysage du cinéma coréen par une belle porte et après un premier exercice comme celui-là, on a hâte de voir ce que le metteur en scène nous réservera dans l’avenir.

Note : 14/20

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net