octobre 28, 2020

Critters 2

De : Mick Garris

Avec Terrence Mann, Don Keith Opper, Cynthia Garris, Scott Grimes

Année : 1988

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Comédie

Résumé :

Des œufs de critters sont confondus avec des œufs de Pâques part les habitants d’un village. Les créatures peuvent à nouveau envahir les rues.

Avis :

Mick Garris est un réalisateur américain qui se pose comme un bon faiseur de films et de séries. Ayant une passion pour Stephen King, on compte dans la filmographie de Mick Garris plusieurs adaptations du maître, sa plus connue étant « Le fléau« , qui a été adaptée en minisérie. On notera aussi qu’il a adapté en 1997 « Shining » et il est connu que Stephen King préfère cette adaptation à celle de Kubrick. Mick Garris commence sa carrière en tant que réalisateur après sa rencontre sur le tournage des « … Goonies » avec Steven Spielberg, Spielberg lui proposant de réaliser certains épisodes de sa série « Histoires fantastiques« .

Fort de ce premier essai, Mick Garris va alors réaliser par Disney « FuzzBucket » en 1986. Après ce film, Mick Garris va changer de registre et il se voit proposer de mettre en scène la suite de « Critters« , film réalisé deux ans plus tôt par Stephen Herek. « Critters 2 : The Main Course » reprend alors deux ans après les évènements qui se sont déroulés chez la famille Brown, dans la ville de Grover’s Bend. Si Stephen Herek avait fait ses armes chez Roger Corman, Mick Garris les ayant faites chez Spielberg et Disney, cela va se ressentir. Moins sombre et sanglant que le premier film, ce deuxième « Critters » s’inscrit bien plus dans le délire fun qu’on m’avait toujours vendu et si on restera déçu par ce changement de ton, dans un autre sens, ce dernier nous fera toutefois passer un moment sympathique.

Il y a deux ans de cela, les Krites ont été vaincu par le jeune Brad et les chasseurs de primes intergalactiques qui avaient été dépêchés sur place. Mais voilà, si tous les Krites sont morts, ils ont eu le temps de pondre des œufs et ces œufs, aujourd’hui, vont éclore et semer la panique dans la ville de Grover’s Bend…

Après un premier film plutôt bien foutu, « Critters » se voit donc enrichi d’une suite et cette fois-ci, cette suite va coller avec l’image que la saga « Critters » a, c’est-à-dire, une saga qui tourne plus à la comédie horrifique qu’au film d’horreur à proprement parlé.

Assez différent du premier, le film de Mick Garris tire pourtant les mêmes ficelles dans ses grandes lignes. Comme pour le premier film, le scénario ne vole pas bien haut, on peut même dire qu’ici, il est un cran en dessous, car si Stephen Herek avait envie d’un film d’horreur, Mick Garris se voit réaliser un film pour toute la famille. Un film devant lequel on passe un bon moment à la condition de ne pas aller chercher plus loin que ce que l’on nous donne. Écrit en partie par Mick Garris, « Critters 2 … » est un film très léger, qui nous offre une histoire prétexte, afin d’offrir une suite à une œuvre qui a trouvé son petit succès. Loin d’être subtil ou nuancé, parcouru de péripéties qui sont tirées par les cheveux, parcouru de moments complètement gratuits, choisissant l’humour et la parodie plus que l’horreur, ce deuxième film a tendance à décevoir comparé au film de Herek. Mick Garris suit un tout autre chemin, mais malgré ce sentiment de déception, il est vrai aussi que ce deuxième « Critters » arrive à séduire.

Il séduit car le film, comme le premier, a ce charme dingue et naïf qu’ont beaucoup de films des années 80. Il séduit car Mick Garris s’amuse derrière sa caméra. Il séduit car cette comédie qui part dans le grand foutoir, a des allures de western et son réalisateur joue énormément avec les codes de ce dernier. Si le projet a, certes, été fait pour continuer à surfer sur la vague du premier, on sent que Mick Garris s’est investi derrière et qu’il a fait ce film pour de bonnes raisons, et qu’il aime ces petites créatures.

Puis Mick Garris est un bon artisan du cinéma et comme toujours, il a de bonnes idées de mise en scène. Si parfois sa réalisation est un peu datée, elle ne manque pas de rythme, d’idées, de divertissement et, le tout s’enchaîne très bien. Certes, il y a des moments qui vont être un peu ridicules, certes, il y a des personnages, ou même une ambiance, qui méritait plus. Certes encore, on aurait préféré que Mick Garris continue dans la veine cauchemardesque que Stephen Herek avait mis en place. Mais malgré tout ça, malgré ces déceptions, on est forcé de constater qu’on s’amuse et qu’on se laisse embarquer par ce deuxième film.

Cette suite a donc son charme même si l’on s’amuse plus que ce que l’on ne frisonne devant. Mick Garris nous livre là un petit film qui, tout en étant assez différent, s’inscrit plutôt bien dans la lignée de Stephen Herek. L’humour fonctionne bien, l’action est là, l’ambiance des eighties tient le coup… Bref, malgré des déceptions, ce film est un petit plaisir donc.

Note : 11/20

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.