octobre 24, 2020

Hemorrhage T.01 – Basculement – Manoel Montreuil

Auteur : Manoel Montreuil

Editeur : Editions du Tigre

Genre : Fantastique

Résumé :

Notre monde est la scène d’une guerre entre la magie et la technologie. Depuis que la magie est réapparue Paris s’adapte tant bien que mal. Des quartiers entiers ont été détruits, certaines zones ont même été condamnées pour circonscrire un mal invaincu. Pourtant la vie continue. Thylian, humain extrêmement prudent, n’aime pas les préjugés, particulièrement ceux concernant les métamorphes. Afin d’en apprendre davantage sur eux, il a décidé de réaliser son stage de 3e année de licence magique dans leur ambassade à Paris. Il s’engage alors dans un monde rempli de prédateurs prêts à tester leurs griffes sur lui. Va-t-il réussir à déjouer les pièges qui se dresseront devant lui ?

Avis :

La saga Hermorrhage a ceci d’étonnant que l’univers ne semble pas novateur, comme le scénario, mais les personnages, accompagnés de quelques spécificités originales, ainsi que le ton du narrateur, en font un roman extrêmement attachant, duquel il est difficile de se sortir. L’auteur ne se prend pas au sérieux et nous offre une histoire efficace, avec en héros principal un jeune humain aux émotions quasi inexistantes, et qui se décrit lui-même comme une personne froide et distante. Bien que cela permette au roman de ne plus se justifier sur certains points, et que cela apparaisse comme une facilité scénaristique, le personnage a d’autres facettes qui nous font l’aimer, et un caractère bien trempé et intrépide qui nous donnent du plaisir à le suivre dans ses aventures. La fin n’étonne pas vraiment, comme certains rebondissements. Pourtant, le roman laisse de belles impressions à la fin de la lecture, et donne envie au lecteur de lire la suite.

L’univers de Hermorrhage est certainement l’élément le plus fascinant. Des vagues magiques viennent remplacer des vagues technologiques, et la durée des vagues varie constamment, de sorte que vous pouvez vous lever un matin pendant une ère technologique, puis déjeuner pendant une ère magique. L’auteur a créé de belles alternatives pour que ses personnages puissent survivre dans un monde aussi étrange et chaotique. Les voitures possèdent, par exemple, deux types de moteurs, l’un traditionnel que l’on connaît bien, et un autre magique. En effet, pour faciliter les choses, chaque ère a ses spécificités, et ce qui fonctionnait avec l’un, ne marche pas dans l’autre. Cet état de fait constitue le fond du roman. L’auteur n’appuie pas dessus mais les personnages doivent forcément y penser pour gérer leur quotidien. Notre héros principal, Thylian, possède également une capacité singulière, qui lui permet de prédire à l’avance la durée des différentes ères. Plutôt pratique !

L’univers d’Hermorrhage combine ainsi des êtres magiques et des inventions scientifiques redoutables. Des démons sortent de terre, des zombies envahissent régulièrement les galeries des métros quand ces derniers ne fonctionnent pas, et des métamorphes, Hommes mi-bêtes mi-humaines, ont vu le jour. Ces dernières mettent en avant leur force brute, leur sérieux, leur inémotivité et leur clan. Thylian s’acclimate rapidement à son nouvel environnement empli de métamorphes, alors qu’il entre en stage au sein de leur ambassade. Ses premiers jours se déroulent tout de même plutôt mal, entre des tueries, des vengeances, des bêtes sauvages, et des affaires claniques peu recommandables. Le roman oscille constamment entre le sérieux des métamorphes et le côté farfelu de l’univers fou. Un savant mélange réussi !

Le lecteur suit Thylian dans une enquête liée aux métamorphes. Les indices, bagarres, péripéties ésotériques, aventures s’enchaînent de manière agréable et bien rythmée, divulguant les informations au compte-goutte sans que cela ne soit frustrant. Le dosage entre découvertes sur le monde des métamorphes, découvertes de l’univers et avancée de l’intrigue s’avère efficace. On ne s’ennuie pas et nos questions trouvent leurs réponses peu de temps après que l’on se les soit posées.

Thylian est un personnage intéressant à accompagner. Ses réflexions, ses questionnements et ses rares doutes nous le dévoilent assez pour que l’on s’y attache. De temps à autre, notre héros prend la parole en italique, et l’humour qui s’en dépeint donne au récit un ton léger bienvenu. Sa sœur, au contraire, fait montre d’une poigne d’acier, et d’un langage bien coloré, qui apporte néanmoins de la fraîcheur dans cet univers tantôt sombre, tantôt énigmatique. Son garde du corps, qui constitue également un personnage atypique, droit dans ses baskets, et au sens du devoir accru, est un métamorphe que l’on aime retrouver.

Le scénario n’étonne pas vraiment, comme la conclusion. Pourtant, les dernières pages sont captivantes, bien fournies en détails sur la transformation de Thylian, et sur ses conséquences futures. Les souffrances du jeune garçon sont bien mises en avant et réalistes, notamment grâce à des descriptions de qualité, et une mise en scène géniale. Le lecteur ressent ce que le héros vit, et souffre avec lui. Quelques détails de la fin surprennent tout de même ou font plaisir au lecteur, qui est ravi d’avoir deviné comme il faut.

Hermorrhage est l’histoire de tempéraments fougueux, peu émotifs, qui n’auraient jamais soulever le cœur des lecteurs les plus sensibles en temps normal, et qui présente de multiples scènes de violence. Grâce à une patte unique, un univers fascinant, une intrigue aussi farfelue qu’intéressante, le roman s’avère efficace et prenant. Thylian est un héros attachant, impulsif, très curieux et peut-être légèrement suicidaire. Pourtant, on l’aime et on le suit avec plaisir. L’humour de l’auteur, son univers dingue, ainsi que ses partis pris parfois risqués, permettent au lecteur de s’évader et de rêver.

Enfin, ce récit permet également de mettre en avant des réflexions sur les instincts primaires, sauvages, qui résident finalement en chacun de nous, et sur lesquels il est possible de prendre l’ascendant.

Note : 16/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.