septembre 28, 2020

Les Ames Englouties – Susanne Jansson

Auteure : Susanne Jansson

Editeur : Les Presses de la Cité

Genre : Fantastique, Thriller

Résumé :

Pour travailler à sa thèse de biologie, Nathalie retourne vivre dans sa région natale, au cœur d’une Suède humide et reculée. Dans la petite maison qu’elle habite en forêt, elle se laisse rappeler à son enfance douloureuse, à l’époque où la disparition de la jeune Tracy avait inauguré une succession de drames. Un jour, un cadavre est retrouvé dans la tourbière. Dix années auparavant, déjà, une jeune fille momifiée avait été découverte au même endroit. Bientôt, de nouveaux cadavres affleurent. Alors que la police se met en quête d’un serial killer, Göran, ancien professeur de physique, est convaincu que l’endroit est peuplé de revenants. Cette théorie intrigue aussi Maya, photographe judiciaire. Les trajectoires de Nathalie et de ces deux enquêteurs de l’ombre vont se mêler… et de nombreux secrets seront déterrés.

Avis :

Les âmes englouties est un roman qui commence doucement et qui n’accroche pas immédiatement. L’intrigue met du temps à s’installer et les mystères prennent plusieurs chapitres pour réellement nous intriguer. Il faut s’accrocher les premières pages pour apprécier tout le potentiel du roman et se laisser embarquer dans l’inconnu.

Les âmes englouties est une aventure policière associée à de l’ésotérisme et du mysticisme. Il y est question de fantômes, d’étranges rituels anciens datant du néolithique et d’esprits vengeurs. Ce mélange intéressant et captivant d’Histoire et de croyances populaires, est la force du livre. On en append beaucoup sur nos ancêtres et sur les esprits, que l’on y croit ou non. Bien que l’auteure semble très attachée aux revenants et que sa conclusion ne laisse pas beaucoup de doute quant à ce qu’elle pense vraiment, ce parti pris n’est pas du tout gênant. Au contraire, l’intelligence de l’écriture et la résolution de l’enquête principale, sont plaisants et plairont aux esprits plus cartésiens.

Le thème charme d’emblée par son côté glauque et à la fois énigmatique. L’environnement dans lequel se déroule l’histoire est fantastique pour plusieurs raisons. Il est difficile à appréhender quand on n’a jamais vécu près de marécages mais on parvient facilement à se le représenter, notamment grâce aux nombreux films d’horreur ou séries télévisées sur le sujet. La tourbière du roman apparaît comme un lieu austère et magique, un endroit où tout est possible et où nombre de choses peuvent se cacher sous la surface des eaux brumeuses. L’atmosphère y est effrayante et fascinante. Tout est envisageable.

Cette dichotomie est appuyée par les avis divergents de plusieurs personnages. Nathalie, une des protagonistes du roman, considère la tourbière comme un lieu hanté, un endroit hostile qui ne lui fait pas vraiment du bien. Sa vie a été profondément marquée par de terribles événements qui s’y sont déroulés. Pourtant, elle essaie tant bien que mal de se réconcilier avec ces marécages, en y retournant nombre d’années plus tard afin d’t réaliser des études en biologie.

Nathalie est une jeune femme difficile à cerner. Beaucoup d’angoisses et de questionnements l’habitent. Le lecteur ne s’y attache que tardivement quand il commence à comprendre qui elle est vraiment, ce qu’elle redoute et pourquoi. Son évolution au fil des pages est intéressante et crédible. Sa peur devient moins palpable et elle se transforme en une personne davantage sociable et chaleureuse. Les révélations sur son passé sont distillées dans tout le roman et données au compte-goutte de manière intelligente. Le suspense est bien mené et on a vraiment l’envie d’aller au bout pour connaître la vérité.

Maya, une artiste et une photographe de renom, considère la tourbière comme un lieu enchanté, plein de promesse et susceptible de donner de belles photos pour une de ses futures expositions. La jeune femme est une personne pleine de contradictions et au train de vie endiablé. Elle croque la vie à pleine dents et cherche avant tout le bonheur et le plaisir. Ses conversations avec certains des habitants de la tourbière sont captivantes et nous embarquent dans des débats d’idées philosophique et religieuse sur l’existence des fantômes et leur rôle. Avec Nathalie, elle forme un duo des plus hétéroclites.

L’enquête policière est plutôt rapide, étant donné que le roman est court et rapide à lire. Cependant, la mise en place des indices, les accusations à tort qui brouillent le lecteur au bon moment, la gestion des informations sur les personnages et leur passé, et les révélations finales sont de qualité. Rien n’est laissé au hasard.

Les personnages ne sont pas assez développés pour qu’ils soient véritablement aimés à leur juste valeur, tout étant joué plutôt sur les morts mystérieuses. Le lecteur est un observateur qui ne se sent pas complètement impliqué et c’est dommage. Les pensées des protagonistes ne sont pas assez décrites par endroit et le livre fait avancer Maya et Nathalie de manière isolée, nous donnant la sensation que nous lisons deux livres bien distincts. Il aurait été intéressant de les voir davantage progresser ensemble, tant dans l’enquête que dans leurs questionnements personnels.

L’écriture est plutôt familière, ce qui n’est pas désagréable et s’accord bien au thème du roman, même si, du coup, la lecture s’en voit encore plus rapide. Les expressions et les réactions des personnages sont sincères, grâce à des dialogues bien rythmés.

Les âmes englouties est un roman prenant sur court terme, qui nous fait voyager dans un drôle d’univers, et qui nous embarque dans une enquête rapide mais de qualité.

Note : 14/20

Par Lildrille

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.