Chimaira – Crown of Phantoms

Chimaira-Crown-of-Phantoms

Avis :

Qu’est-ce que le groove métal ? Il est vrai qu’avec toutes les dénominations, sous-genres et autres expérimentations, le métal connait un nombre incalculable de noms. Le groove métal prend ses racines dans le thrash métal et voit le jour dans les années 90. Les groupes les plus emblématiques de ce genre sont Pantera et Sepultura. Chimaira prend naissance en 1998, autour du chanteur Mark Hunter et du guitariste Jason Hager. Après quelques changements et ajustements, le groupe sort un premier EP en 1999, This Present Darkness qui aura un franc succès localement et verra le groupe se faire approcher par Roadrunner Records. En 2001 sort le vrai premier skeud du groupe, Pass Out of Existence, qui va permettre au groupe de faire des tournées avec Soulfly, Fear Factory et Machine Head. C’est avec le deuxième album, The Impossibility of Reason que le groupe connait une notoriété mondiale et va faire des tournées dans le monde entier. En 2006, le groupe quitte Roadrunner pour Nuclear Blast et sort Resurrection en 2007, qui sera l’un de leur meilleur album. Par la suite, le groupe va connaître de nombreux changements dans le line-up et c’est avec un nouveau groupe dont seul le chanteur sera d’origine que sort Crown of Phantoms, le sixième et dernier skeud du groupe. Que vaut-il ? Est-il aussi bon que Resurrection ?

L’album s’ouvre sur The Machine et rien qu’avec ce titre, on ressent toute la maturité qu’a pris le groupe. L’introduction est propre, c’est rapide, violent et rappelle les plus gros groupes de groove métal. Le refrain est lui aussi très percutant et rentre facilement dans la tête. Bref, l’entrée en matière est excellente, avec des ruptures nerveuses et style bien particulier. Par la suite, le skeud ne baisse pas en termes de régime et propose un Chimaira nouveau. No Mercy est vraiment très violent, mais il comporte un rythme qui fait immédiatement penser à Lamb of God et le refrain entre en tête dès la première écoute. La guitare solo est hallucinante de rapidité et montre une technicité impressionnante. Mais Chimaira fait aussi du Chimaira avec All That’s Left is Blood, morceau qui renoue avec les débuts du groupe. Mais ce qui reste le plus surprenant dans cet album, c’est qu’il ne contient quasiment aucun point faible, aucune piste n’est vraiment bouche-trou. Si I Despise ou encore Spineless restent assez anodines, elles sont ce qu’il se fait de mieux dans le groove métal et sont surement plus difficiles d’accès que les autres. La surprise viendra de deux grosses pièces assez longues et qui sont vraiment très puissantes. Plastic Wonderland possède la meilleure intro de tout l’album et reste vraiment maîtrisée d’un bout à l’autre. Le titre est très surprenant, surtout que le groupe nous avait habitué à des titres plutôt sombres ou à connotations ésotériques. Kings of the Shadow World est plus dans la mouvance du groupe et demeure là aussi très technique et vraiment forte. On notera une transition en plein milieu avec The Transmigration, montrant tout le talent technique des guitaristes et marquant une nette rupture avec le reste de l’album, comme un entracte entre deux parties. Elle sera suivie de Crown of Phantoms, un morceau excellent et percutant.

chimaira

La fin de l’album est aussi très intéressante. Wrapped in Violence fait irrémédiablement penser à du Sepultura, mais force est de constater que cela est vraiment bien foutu. Le morceau envoie du pâté, avec encore une fois un refrain entêtant et une belle maîtrise technique. Enfin, l’album se termine avec Love Soaked Death, qui clôt de belle manière le skeud. Au niveau du chant, Mark Hunter montre encore une fois que c’est un sacré growleur. Inépuisable, il arrive à rendre sa voix très gutturale tout en gardant des paroles compréhensibles. Contrairement aux derniers albums du groupe, ce chant est très lisible au niveau des paroles et le rend plus accessible. On est loin d’un Deicide où l’on ne comprend rien. Les refrains, même si le chant reste lourd, sont très facilement mémorisables et on se surprend à chanter avec Mark. Quelques passages sont en chant plus claire, rappelant la belle époque du hit Down Again.

Au final, Crown of Phantoms, le dernier né de Chimaira est un excellent album et fait partie des meilleurs albums du groupe. Puissant, varié, maîtrisé, pas de doute, après quelques errances, Chimaira est bien de retour. Entre une pochette énigmatique et mystique, rappelant l’Egypte ancienne, et un skeud nerveux sans grandes failles, on peut dire que le groupe a réussi son retour artistique.

  1. The Machine
  2. No Mercy
  3. All That’s Left is Blood
  4. I Despise
  5. Plastic Wonderland
  6. The Transmigration
  7. Crown of Phantoms
  8. Spineless
  9. Kings of the Shadow World
  10. Wrapped in Violence
  11. Love Soaked Death

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

MickeyNote de Mickey:12/20 Un très bon album, agressif comme à l’heure habitude, mais il manque un petit quelque chose qu’ils avaient avant, et qu’ils ont perdu maintenant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net