Les Veuves

Titre Original : Widows

De : Steve McQueen

Avec Viola Davis, Michelle Rodriguez, Elizabeth Debicki, Cynthia Erivo

Année : 2018

Pays : Angleterre, Etats-Unis

Genre : Drame, Thriller

Résumé :

Chicago, de nos jours. Quatre femmes qui ne se connaissent pas. Leurs maris viennent de mourir lors d’un braquage qui a mal tourné, les laissant avec une lourde dette à rembourser. Elles n’ont rien en commun mais décident d’unir leurs forces pour terminer ce que leurs époux avaient commencé. Et prendre leur propre destin en main…

Avis :

Débarqué sur les écrans il y a maintenant dix ans de cela, le Londonien Steve McQueen est l’une des plus grandes révélations de ces dernières années. Un style brut, un cinéma fort et marquant, dès son premier film, Steve McQueen a marqué les esprits. Bon, il faut dire qu’il a fait très fort, puisque « Hunger » est un chef-d’œuvre. Avec un premier film en guise d’apothéose, McQueen était alors attendu au tournant et par la suite, il a été très loin de décevoir. « Shame » fut une expérience incroyable et « 12 years a slave » fut un bouleversement, qui valut à son réalisateur de recevoir l’Oscar du meilleur film.

Après avoir traité des prisonniers d’Irlande du Nord dans les années 80. Après avoir traité de la dépendance sexuelle ou encore de l’esclavage, on se demandait bien quel sujet fort Steve McQueen allait bien pouvoir mettre en scène dans son prochain film. Et c’est à la surprise générale que le réalisateur revient après quatre années d’absence avec un film de braquage. Et oui, l’espace de deux heures, Steve McQueen va oublier le cinéma engagé pour offrir un divertissement. Alors bien sûr, le divertissement sera à la sauce McQueen, c’est-à-dire que derrière le film de braquage, « Les veuves » abordera quelques sujets intéressants, comme le deuil ou la politique, mais dans l’ensemble, c’est bien un divertissement, et le dit divertissement est de haute volée !

Un braquage qui a foiré et quatre maris qui ont perdu la vie. Veronica Rawlins était la femme de celui qui avait monté ce coup. Son mari avait réussi à voler deux millions de dollars à un politicien et le dit politicien réclame maintenant son argent à la veuve du braqueur. Ne se laissant pas abattre, Veronica prend contact avec les veuves des hommes de son mari, et ensemble, elles vont décider de faire le coup suivant qu’avait prévu le mari de Veronica. À la clef, cinq millions de dollars, de quoi rembourser le politicien et repartir à zéro.

« Les veuves« , c’est le quatrième film de Steve McQueen et l’on peut désormais dire que Steve McQueen est un réalisateur sur lequel on peut compter. Après avoir passé avec brio le cap du troisième film, voici que le Britannique est de retour avec un thriller teinté de polar politique d’une très grande classe.

Tenu par une main de fer, porté par un casting on ne peut plus féministe et beau, « Les veuves » est un film qui mélange les genres, qui explore des directions et qui jamais ne se perd. Steve McQueen ne donne pas dans le film de braquage hollywoodien, donc si jamais vous cherchez de l’action à tous les coins de rue, vous allez être déçus, car « Les veuves », c’est tout l’inverse. Si le film commence de manière très forte, sous une pluie de balles, très vite Steve McQueen va calmer son film. Ici, le réalisateur va prendre le temps de construire un scénario, il va prendre le temps de raconter des destins, monter et surtout bien ficeler son intrigue. Sur un rythme calme, mais toujours intéressant, Steve McQueen va prendre le temps de parler du deuil, il va prendre le temps de poser un fond, ici placé en politique, puis peu à peu, il va réunir son équipe et peaufiner son braquage. Et un enfin, une fois tous ces éléments réunis, une fois son braquage lancé, « Les veuves » ne s’arrête plus, Steve McQueen nous tient, et c’est avec intrigue, précision, suspens et frissons qu’on suit ce dernier chapitre. Bref, une fois n’est pas coutume, c’est du très bon.

« Les veuves« , c’est aussi un sacré beau et bon casting. Un casting surplombé par une Viola Davis comme toujours impeccable de justesse. Touchante, mais en même temps dure, ambiguë et parfois même presque terrifiante. Les autres « veuves » seront aussi une Elizabeth Debicki qui séduit de plus en plus, trouvant des rôles de plus en plus intéressants. On trouvera aussi une Michelle Rodriguez qui s’échappe de ses rôles habituels, ce qui est très bien. Puis il y a la révélation de « Sale temps à l’hôtel El Royal« , Cynthia Erivo, qui malgré un rôle survolé, ce qui est vraiment dommage, démontre qu’elle crève l’écran rien que par sa présence.

Entre film de braquage, polar féministe, drame poignant abordant de très bons sujets, politique, vengeance, corruption, intrigue, rebondissement, suspens, Viola Davis, une réalisation soignée tenant parfois des idées de réalisation plus que plaisantes, et le tout livré avec une atmosphère on ne peut plus réaliste, franchement, le nouveau film de Steve McQueen, c’est du très bon divertissement. Loin des standards d’Hollywood, McQueen prend son temps pour tout, absolument tout, et c’est très bien. Si seulement on pouvait voir bien plus de divertissement comme celui-là, ce serait magique.

Note : 17/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net