The Circle

De : James Ponsoldt

Avec Emma Watson, Tom Hanks, John Boyega, Karen Gillan

Année: 2017

Pays: Etats-Unis, Emirats Arabes Unis

Genre : Thriller

Résumé :

Les Etats-Unis, dans un futur proche. Mae est engagée chez The Circle, le groupe de nouvelles technologies et de médias sociaux le plus puissant au monde. Pour elle, c’est une opportunité en or ! Tandis qu’elle prend de plus en plus de responsabilités, le fondateur de l’entreprise, Eamon Bailey, l’encourage à participer à une expérience révolutionnaire qui bouscule les limites de la vie privée, de l’éthique et des libertés individuelles. Désormais, les choix que fait Mae dans le cadre de cette expérience impactent l’avenir de ses amis, de ses proches et de l’humanité tout entière…

Avis :

Enième adaptation de livre (écrit par Dave Eggers), The Circle avait tout pour réussir, les dystopies étant toujours autant à la mode : un bon casting, un speech attractif, et une problématique sociale très actuelle intéragissant avec les nouvelles technologies. Pourtant, cela ne prend pas vraiment. Même si le message est intéressant et que la conclusion diffère totalement de l’œuvre originale, le film manque de profondeur et de rythme.

The Circle est une grosse entreprise, du style de Google ou Facebook, où les jeunes rêvent d’être embauchés. Ils vivent sur place, vivent pour l’entreprise et voient la vie en rose. Mae Holland est une jeune recrue qui s’y plaît vite et qui se fond dans le système. Plutôt transparente, elle accepte ce qui s’y passe et ne se pose pas trop de questions jusqu’au moment où elle finit par réaliser que tout n’est pas comme on le lui avait promis. L’évolution du personnage est plus ou moins bien reproduite. On la sent douter d’elle-même, de ses croyances, de ses amis, du système et de son patron. Cependant, ce comportement attendu est ennuyeux car vu et revu.

Le manque d’originalité de l’histoire est clairement le point faible de ce film. On y voit également des stéréotypes et des caricatures qui ne surprennent plus du tout. Les films ou livres sur ce thème sont en effet légion. Le personnage principal, joué par Emma Watson, a une personnalité plutôt lisse même si elle est plus complexe que celle présentée dans le support écrit. L’actrice manque quelque peu d’émotion et de charisme pour un tel rôle. Jouer les jeunes femmes intelligentes lui va pourtant bien (on se rappelle d’Hermione dans Harry Potter) mais ce rôle en demandait un peu plus. Le spectateur a du mal à s’attacher à elle. L’actrice ne semble pas trop se renouveller et choisir des rôles qui sont bien trop proches de sa propre personnalité. Les personnages secondaires sont plus marquants mais n’apparaissent pas beaucoup et ne sont présents qu’une faible partie du film.

Le personnage de Eamon Bailey, dirigeant de l’entreprise et joué par Tom Hanks, est crédible quoique cliché. Devant son public, ses partenaires et ses employés, il est toujours souriant, confiant et promet que ses projets ne sont là que pour aider le monde à mieux se porter. Derrière, même si cela n’est pas vraiment montré, on se doute que cette image n’est pas aussi blanche qu’elle n’y paraît. Tom Hanks joue ce personnage à la perfection. Eamon Bailey aurait mérité plus de profondeur, plus de moments à l’écran et un rôle plus important. Tout comme le rôle de Kalden, joué par John Boyega (Finn dans les derniers Star Wars), très mystérieux, complexe et reclus. L’acteur joue très bien ce personnage qui finit par être décevant et ne sert pas à grand chose. D’une personne qui hait le système créé par la société et qui en connait quelques uns des secrets, ses actions sont quasi inexistantes dans le film. Annie, l’amie de Mae qui l’a aidée à la faire rentrer dans The Circle, jouée par Karen Gillan, est un personnage prenant et passionnant qui s’éclipse également rapidement au profit de Mae. Pourtant, le message qu’elle apporte ne reste pas inaperçu et est convaincant. Elle nous permet de comprendre toute l’horreur du système de l’entreprise, sans jamais le dire vraiment. Conclusion : un personnage principal mou et des personnages secondaires captivants mais peu développés.

La réalisation et les images ne sont pas extraordinaires. Les passages où Mae est filmée constamment sont quand même plutôt originaux : des tweets, messages et autres conversations s’affichent sans cesse à l’écran. On ne peut pas tous les lire, voire n’en lire qu’un ou deux sur la dizaine affichée, ce qui est plutôt dommage et frustrant. Le monde futuriste semble très proche du nôtre, ce qui permet de nous identifier rapidement et facilement.

La fin du film est assez étrange et nous laisse sur notre faim. De naïve, manipulée et transparente, Mae prend du poil de la bête et impose ses idées à la direction de The Circle. Loin d’être une fin heureuse, le parti pris du film reste tout de même intéressant et le message du réalisateur est clair. Qu’il nous plaise ou non, il nous amène à réfléchir sur notre propre condition, la place de la technologie et des réseaux sociaux dans notre monde, ainsi que le pouvoir qu’ils peuvent avoir sur nous. En cela réside toute la force du film.

Note : 11/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Lildrille

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net