octobre 21, 2021

Shades of Magic T.01 – V.E. Schwab

Auteur : V.E. Schwab

Editeur : Lumen

Genre : Fantastique

Résumé :

Kell est le dernier des Visiteurs, des magiciens capables de voyager d’un monde à l’autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est le centre à chaque fois. Le nôtre est gris, sans magie d’aucune sorte. Celui de Kell, rouge, et on y respire le merveilleux avec chaque bouffée d’air. Le troisième est blanc : les sortilèges s’y font si rares qu’on s’y coupe la gorge pour voler la moindre incantation. Le dernier est noir, noir comme la mort qui s’y est répandue quand la magie a dévoré tout ce qui s’y trouvait, obligeant les trois autres à couper tout lien avec lui.
Depuis cette contagion, il est interdit de transporter un objet d’un monde à l’autre. C’est pourtant ce que va faire Kell, un chien fou tout juste sorti de l’adolescence, pour défier la famille royale qui l’a pourtant adopté comme son fils, et le prince Rhy, son frère, pour qui il donnerait pourtant sa vie sans hésiter. Et un jour, il commet l’irréparable : il passe une pierre noire comme la nuit dans le Londres gris où une jeune fille du nom de Lila la lui subtilise.
Mais la magie n’attire jamais à elle personne par hasard !

Avis :

Si la littérature de jeunesse a toujours existé (et cela malgré quelques réticences à aborder quelques thèmes, comme l’a appris à ses dépens et injustement Maurice Sendak avec Max et les Maximonstres), elle a connu un essor fulgurant auprès de son public avec Harry Potter. Non pas que ce soit un chef d’œuvre, bien que cela puisse faire rager les fans de la première heure, mais la saga de J.K. Rowling a fait aimer la lecture à beaucoup de têtes blondes, ce qui a permis à d’autres écrivains de se jeter dans la brèche. Aujourd’hui, on ne compte plus toutes les sagas parlant de magie et de mondes fantastiques et on ne parle même pas de ces éditeurs qui ne font maintenant que de la jeunesse et du Young Adult. Car oui, Harry Potter grandissant au fur et à mesure des tomes, c’est toute une génération qui fut biberonnée à la littérature pour enfant puis pour ados, puis pour jeunes adultes.

Alors on pourrait croire que le terme Young Adult soit péjoratif et ne mette pas suffisamment les œuvres de ce genre en avant, ce qui est totalement faux. Non seulement parce que c’est un genre hybride qui peut s’adresser aux adolescents comme aux adultes, mais aussi parce maintenant, c’est un genre porteur et très vendeur. Et clairement, il vaut mieux que le marché du livre se porte bien plutôt que de voir des hordes de crétins analphabètes courir les émissions de télé-réalité. Bref, Parmi les écrivains les plus côtés du moment, on retrouve une certaine V.E. Schwab, qui a fait ses armes sur Vicious, puis en littérature de jeunesse avant de revenir sur le Young Adult et Shades of Magic. Premier tome d’une trilogie, sortie phare pour Lumen qui mise beaucoup sur cette saga, que se cache-t-il vraiment derrière ce premier tome qui semble lorgner du côté de Harry Potter et son monde magique.

Shades of Magic raconte l’histoire de Kell, un jeune homme qui peut traverser les différents plans de notre monde. Vivant à Londres, il est capable de voyager dans trois capitales britanniques différentes. Il y a tout d’abord le Londres gris, celui qui est presque sans magie et sans saveur. Puis il y a le Londres Rouge, cela où la magie est primordiale et est maîtrisé par beaucoup de monde. Enfin, il y a le Londres blanc, là où la magie dévore les gens, devenant des êtres voulant soumettre la magie à leur volonté, une ville lugubre et dangereuse. On apprendra au fil des pages qu’il existe un autre Londres, le noir, mais que toute forme de vie y a disparu, la magie ayant tout dévoré sur son passage. Car Shades of Magic se démarque très rapidement des autres romans du même genre. Si la magie est un phénomène que l’on peut maîtriser et soumettre, elle est aussi considérée comme un personnage à part entière, souhaitant se nourrir de la magie intérieure des gens pour devenir plus puissante. Sorte de vampire moderne, la façon qu’a l’auteure de nous présenter cette magie noire est relativement intéressante et surtout novatrice.

Ce qui fait la force du livre, c’est son univers. En effet, les différentes Londres sont bien représentés et possèdent chacun des caractéristiques qui se tiennent et qui ont leur logique. Jouant avec le passé et laissant donc des éléments dans l’ombre pour susciter l’envie des prochains tomes, l’auteure parvient à se démarquer des autres romans du genre avec une ambiance bien marquée et un univers finalement novateur, mélangeant les sous-genres pour offrir finalement quelque chose de plaisant. Alors certes, on pourrait ronchonner contre le manque d’envie de mettre des passages plus sombres, plus glauques, mais ce n’est pas pour autant que le livre se veut romantique. On aurait pu croire que l’histoire allait encore nous façonner une romance à deux balles entre un garçon et une fille, mais ce n’est pas vraiment le cas et certains passages sont relativement cruels. En effet, hormis le magicien Kell (que l’on surnomme L’Antari), on aura droit à une voleuse du nom de Delilah Bard et elle n’hésitera pas à faire taire sa morale pour s’en sortir. Certains meurtres sont sordides et faits de sang-froid sans pour autant remettre en question les attitudes de la jeune voleuse. Un tel comportement apporte réellement une maturité plaisante au récit, qui n’hésite pas une seule seconde à chambouler les codes.

Le seul reproche que l’on pourrait faire au roman, ou tout du moins à ce premier tome, c’est qu’il propose des personnages secondaires qui manquent d’envergure et de poigne. A titre d’exemple, on peut citer le second Antari, Holland, un magicien puissant mais qui ne sera pas aussi fort qu’il le laisse penser. Du coup, son côté ambigu entre bonté et méchanceté n’est pas assez marquant. On peut dire la même chose des vrais méchants du roman, des jumeaux maléfiques issus du Londres blanc, qui ne possèdent pas un background assez riche pour pleinement convaincre. On comprend leur motivation, mais l’ensemble manque finalement de surprise et on se retrouve face à quelque chose de binaire et de trop simpliste pour l’univers créé. Pourtant, cela n’entache pas le plaisir de lecture et le fait de retrouver deux héros pas si clean que ça, entre la contrebande, le vol et les tueries.

Au final, Shades of Magic est un roman intéressant et qui change un peu des autres livres estampillés Young Adult. Evoluant dans un monde intelligent et cohérent, l’auteure livre deux personnages principaux dont la morale laisse à désirer mais qui fonctionnent parfaitement, le tout dans un style simple et enjoué. Il est juste dommage que certains personnages secondaires soient si peu utilisés et que l’intrigue soit sans surprise, surtout pour ceux rompus à ce genre de lecture. Il n’en demeure pas moins un très roman.

Note : 15/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.