Le Voyage au Groenland

De : Sébastien Betbeder

Avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca, François Chattot, Ole Eliassen

Année: 2016

Pays: France

Genre: Comédie, Aventure

Résumé:

Thomas et Thomas cumulent les difficultés. En effet, ils sont trentenaires, parisiens et comédiens… Un jour, ils décident de s’envoler pour Kullorsuaq, l’un des villages les plus reculés du Groenland où vit Nathan, le père de l’un d’eux. Au sein de la petite communauté inuit, ils découvriront les joies des traditions locales et éprouveront leur amitié.

Avis:

Sébastien Betbeder, c’est le réalisateur français qui fait sa petite percée bien à lui. Sa carrière commence en 2006 et depuis, le réalisateur n’a cessé de proposer toujours plus de films. Huit longs-métrages en dix ans, accompagnés entre deux de courts-métrages.

En début d’année, le réalisateur avait offert une petite perle d’énergie, de sincérité et d’humour avec « Marie et les naufragés« . Belle surprise, le film fut un enchantement et c’est avec plaisir qu’on attendait le prochain film du réalisateur.

Et ce film ne s’est pas fait attendre puisqu’il arrive huit mois après « Marie et les naufragés« . Et après les périples amoureux de Siméon sur la petite île où Marie était allée se réfugier, le réalisateur nous emmène cette fois-ci dans les paysages blancs et vierges du Groenland pour un film qui ne raconte… absolument rien. Pas d’intrigue, pas d’histoire et tenu par des personnages inintéressants, alors que « Marie et les naufragés » était une merveille d’humour et de liberté, « Le voyage au Groenland » s’affiche comme un long, très long voyage interminable et le seul sentiment de liberté que l’on va éprouver, c’est à l’arrivée du générique !

Thomas et Thomas sont deux amis qui éprouvent la plus grande des difficultés à être épanouis dans la vie. Vivant tous les deux à Paris, ils sont comédiens et peinent à faire leur cachet. Un jour, pour fuir un peu leur vie, ils décident de s’envoler pour le Groenland, où vit Nathan le père de Thomas. Nathan habite un village perdu au milieu de nulle part et c’est dans cette immensité glacée que les deux amis vont s’enfermer pour finalement apprendre à être libres.

Avec « Le voyage au Groenland« , Sébastien Betbeder nous faisait la promesse d’évasion, tout en nous offrant une belle histoire d’amitié et de remise en question sur la vie et ses priorités.

Alors pour ce qui est de l’évasion, aucun souci là-dessus, le film est pile comme on le voulait. Le réalisateur nous plonge dans des paysages superbement enneigés. En l’espace de quelques plans, on est directement plongé dans cette immensité au plus près de ses habitants et de leur coutume et c’est bien le seul et unique côté du film qui sera intéressant et beau. Le Groenland est beau et le réalisateur tire le plus beau du coin dans lequel il a posé sa caméra. Il filme aussi parfaitement le quotidien de ses habitants et c’est un vrai plaisir à découvrir et à la rigueur, le film aurait mérité d’être un documentaire, tant ce côté-là est une réussite totale.

Mais voilà, « Le voyage au Groenland » n’est malheureusement pas un documentaire, c’est une fiction. Une fiction qui invite à suivre deux personnages et c’est là que le film nous perd pour plusieurs raisons.

La première, et la plus flagrante, c’est que le film, du point du vue de l’intrigue autour de ces deux potes, ne raconte rien, absolument rien. On suit ces deux potes qui découvrent ce village et cette vie, mais à aucun moment on arrive à croire et aimer ces deux potes. Entre dialogues insignifiants, engueulades dont on se fout royalement, réflexions peu captivantes, quand elles ne tombent pas avec maladresse dans la réflexion pro intermittants du spectacle pour dénoncer tous les problèmes de la profession, situations devant lesquelles on reste de marbre ou encore deux acteurs qui jouent comme des patates et le tout rythmé au son d’une BO qui se veut cool et amusée…

Le film tentera bien des choses dans son scénario, comme un père et un fils qui se retrouvent après des années de silence ou encore la possible maladie du père. Il s’essaie aussi au choc des cultures ou encore des travers amoureux. Bref, le scénario esquisse plein de pistes, mais ne va jamais au bout d’elles. Il ne fait que les esquisser et renonce presque instantanément pour ne rien raconter et finalement, on reste là, à se demander où le film veut aller et pourquoi il ne va pas sur ces pistes qui auraient pu apporter plus d’éléments et d’intéressement.

Comme dit plus haut, « Le voyage au Groenland » est un film qui est tenu par deux acteurs extrêmement mauvais. Les deux font la paire, puisqu’ils arrivent dans leur mauvais jeu à rivaliser l’un l’autre si bien qu’ils arrivent à nous greffer des sourires gênés, mais beaucoup d’interrogations à la sortie du film sur le pourquoi et comment on a pu laisser un tel jeu s’afficher. Heureusement, le film se rattrape quelque peu avec les habitants du village qui sont plus vrais que nature, parfois drôles et souvent attendrissants.

Bref, ce « Voyage au Groenland » est plus qu’une déception ! D’un ennui profond, tenu par des comédiens rigolos malgré eux, franchement, on ne sait pas trop par où commencer tant l’idée de base s’enfuit peu à peu sous des tonnes et des tonnes de glace. Et oui, il ne suffit pas de mettre une musique rythmée et de filmer deux mecs qui sont l’archétype du bobo parisien en plein milieu du Groenland pour que le film soit drôle, touchant et bon…

Note : 06/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net