octobre 27, 2020

La Grande Vadrouille

14017936_1389392891074116_142878817_n

De : Gérard Oury

Avec Louis De Funès, Bourvil, Claudio Brook, Mike Marshall

Année : 1966

Pays : France, Angleterre

Genre : Comédie

Résumé :

En 1942, un avion anglais est abattu par les Allemands au-dessus de Paris. Les trois pilotes sautent en parachute et atterrissent dans différents endroits de la capitale. Ils sont aidés par deux civils français, un chef d’orchestre et un peintre en bâtiment qui acceptent de les mener en zone libre; ils deviennent ainsi, malgré eux, acteurs de la Résistance.

Avis :

« Le Corniaud« , « La grande vadrouille« , « La folie des grandeurs« , « Les aventures de Rabbi Jacob« , « L’As des As« , aujourd’hui on s’arrête sur l’un des papes de la comédie française, Gérard Oury. Réalisateur de films cultes, de comédies populaires, Gérard Oury, en quarante années de carrière, a laissé derrière lui une filmographie impérissable qui des années plus tard fait encore et encore rire des générations de spectateurs.

Dans ses plus grands succès, on trouve « La grande vadrouille » et ses dix-sept millions d’entrées dans les salles. Comédie improbable et géniale sur la Seconde Guerre Mondiale, avec ce film Gérard Oury livre là un grand film qui est incontournable dans le cinéma. Mené tambour battant par un duo hilarant, Louis de Funès et Bourvil, La grande vadrouille reste cinquante ans plus tard un sommet d’humour qui fonctionne encore et toujours.

14002393_1389393194407419_1236399913_o

1942, alors qu’il rentre de mission, un bombardier anglais est abattu par les Allemands au-dessus de Paris. Avant que l’avion ne s’écrase, son équipe a eu le temps de se parachuter, mais les cinq hommes qui constituaient l’équipage atterrissent dans un Paris occupé. Il leur faut donc échapper aux Allemands et se retrouver dans Paris. Trois d’entre eux arrivent à échapper aux nazis. Ces trois anglais vont alors être aidés par des civils qui jusque-là essayaient d’avoir une vie « normale ». Mais une fois les anglais rencontrés, Augustin Bouvet, peintre en bâtiment, et Stanislas Le Fort, chef d’orchestre prétentieux et insupportable, vont entrer sans vraiment le vouloir dans la résistance. Leur but, maintenant, sera de passer en France libre.

Malgré les années qui défilent, Louis De Funès et Bourvil sont toujours aussi présents et quelle joie de les revoir dans cette comédie hilarante, pleine de tendresse entre ces personnages qui s’envoient des vannes, de fun, de bêtise et de courage. Oui de courage, car ce film arrive un tout petit peu plus de vingt ans après la fin de la Seconde Guerre Mondiale et c’était assez osé et courageux de rire et de tourner en dérision la seconde guerre alors même que le traumatisme est encore bien présent. Avec ce film, Gérard Oury démontre bien qu’on peut rire de tout en France, et même du pire, il suffit simplement de savoir s’y prendre et au vu du résultat et du succès phénoménal du film, on peut dire que le réalisateur y est arrivé sans aucun mal.

« La grande vadrouille« , c’est un scénario aux petits oignons qui n’arrête pas une minute. Enchaînant les gags et les rebondissements tous plus improbables, drôles et osés les uns que les autres, Gérard Oury nous offre une grande aventure que nos héros auraient préféré ne jamais vivre. Parfaitement tenu, impeccablement écrit, « La grande vadrouille » se moque gentiment de cette période si noire en lui insufflant un humour ravageur. Le réalisateur nous a concocté des scènes et des dialogues magiques qui tapent dans l’œil et l’oreille immédiatement. Comment ne pas rire devant des répliques comme :

 » – Comment ça merde alors ? But alors you are french ??? »
« -Ils peuvent me tuer, je parlerai pas !
-Mais moi non plus, ils peuvent vous tuer, je ne parlerai pas ! »

Il y en a tellement ! En fait, le film est une avalanche de répliques incroyables et de gags.
L’humour, on le trouvera aussi dans les scènes toutes plus absurdes les unes que les autres que le réalisateur a imaginées. Cet humour si percutant qui fonctionne à merveille est entretenu par une mise scène pêchue et ambitieuse. Gérard Oury nous offre de sacrées grandes scènes, comme son ouverture par exemple. Ou encore les évasions à plusieurs reprises des personnages. Puis il y a ce final, incroyable d’humour et de liberté. Bref, Gérard Oury nous a sorti le grand jeu et c’est avec plaisir que l’on constate que le film n’a pas tant vieilli que ça.

Bien entendu, « La grande vadrouille » c’est ce duo phénoménal qui fonctionne si bien ensemble, Louis de Funès et Bourvil. Les deux comédiens sont encore une fois hilarants. Si Bourvil est touchant de naïveté et de gentillesse dans ce film, Louis de Funès sera l’inverse complet, offrant un personnage insupportable, capricieux, arrogant et trouillard, bref un personnage qu’on adore détester et aimer en même temps. Mais il n’y aura pas qu’eux qui sont remarquables dans le film. Le duo composé par Mike Marshall, alias Mac Intosh et Terry-Thomas, alias Sir Reginald, sont aussi hilarants à leur manière. Le quatuor qu’ils composent est bon et chacun trouve sa place, tout en vivant de sacrées aventures aussi chacun de leur côté.

14017973_1389393314407407_986610197_n

Malgré les années, « La grande vadrouille » fonctionne encore à merveille. Magnifiquement drôle, le film nous accroche un sourire sur le visage pendant plus de deux heures. Très bien réalisé, détenant un vrai scénario qui tient aussi bien le but des personnages que le comique de tous les instants et enfin tenu par des acteurs mémorables qui sont aux meilleurs de leur forme, « La grande vadrouille« , c’est de la belle et grande comédie qui n’est pas prête d’être oubliée. Un vrai plaisir, qui est d’autant plus grand quand on le découvre sur grand écran.

Note : 18/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.