Boulevard

13292875_1325607544119318_708633634_n

De : Dito Montiel

Avec Robin Williams, Kathy Baker, Roberto Aguire, Giles Matthey

Année: 2016

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Si Nolan et sa femme Joy vivent sous le même toit, ils font chambre à part depuis longtemps. Employé de banque modèle, Nolan affiche pourtant un air absent et se montre insensible à une promotion. Rien ne semble pouvoir combler le vide de son existence.

Un soir, alors qu’il circule le long d’une avenue déserte, il fait la rencontre de Léo, jeune homme écorché. Rattrapant le temps perdu, Nolan retrouve un nouveau sens à sa vie et décide enfin de ne plus se mentir…

Avis:

Si le début de carrière de Robin Williams est beaucoup tourné vers la comédie, à partir des années 2000, l’acteur va osciller entre la comédie et le drame, et même si à partir de là, ses films vont moins attirer les foules, on va découvrir un Robin Williams étonnant qui démontrait l’immensité de son jeu et « Boulevard » ne va pas déroger à la règle. Il sera même une expérience assez dérangeante puisque l’intrigue et surtout la détresse de ce dernier personnage finirait presque par rejoindre la réalité. Dito Montiel réalise un drame intimiste, simple et touchant. Un drame fort qui parfois sera parcouru d’une certaine lenteur, mais dont on ressort ému avec une envie de faire ce qu’on veut, puisqu’il ne sera jamais trop tard pour faire demi-tour.

13275760_1325607677452638_730460030_n

Nolan est un homme dont la vie est parfaitement rangée et tenue. Marié avec Joy depuis des années, il travaille dans une banque depuis plus de vingt ans et se voit même offrir une promotion qui pourrait faire de lui le directeur d’une des banques de la firme. Nolan a donc tout pour être heureux, mais malgré toutes ses réussites, Nolan n’est qu’une façade, car en réalité, l’existence de Nolan est comblée de vide. Rien ne semble pouvoir le sortir de cette dépression et cette tristesse qu’il s’efforce sans mal à se cacher à lui-même. Un soir, alors qu’il roule sans but précis, il va faire la connaissance de Léo, un jeune homme qui se prostitue. Touché par la détresse de ce garçon, Nolan va s’accrocher à ce jeune homme et ainsi retrouver le goût de la vie et des émotions.

Avec « Boulevard » autant le dire immédiatement, vous n’allez pas passer un moment de détente. « Boulevard » est un film d’une tristesse absolue, c’est un drame fort et dur. Et c’est un drame qui sera d’autant plus fort qu’il est marqué par un Robin Williams transcendé par son personnage devant lequel on a bien du mal à savoir où se trouve la fiction de la réalité. Un sentiment qui est fortement décuplé, car on connaît la suite, et l’on sait ce que va tristement faire Robin Williams quelques mois plus tard.

Dito Montiel a réalisé un film qui parle principalement de la perte de contrôle et de ce qui nous échappe. Comment la vie passe en un instant et comment l’on peut se retrouver à soixante ans avec la sensation de s’être mis des barrières et d’être complétement passé à côté de sa vie. Et comment une rencontre inattendue peut d’un coup tout changer (ou pas).

« Boulevard » est un film intime, épuré, sensible et fragile. C’est un film doté d’un scénario simple dans les grandes lignes, mais terriblement beau, car il a un ton juste à tout instant. Avec ce film, Dito Montiel va aborder des thèmes assez lourds, ce qui en fera un film plus complexe qu’il en a l’air. En plus de ce sentiment que la vie échappe à son personnage, le réalisateur parlera de belles manières de la routine dans le couple, du mensonge à soi comme aux autres. Il aborde la prostitution masculine, il parle du désir incompréhensible que certaines personnes peuvent enfouir au fond d’elles-mêmes et des doutes qui vont avec. « Boulevard » aborde l’homosexualité, le coming out, et bien entendu, le courage ou non de tout remettre en question dans sa vie, de casser ce moule dans lequel le personnage est prisonnier, pour réapprendre à vivre comme il l’entend et non comme la société le lui impose. « Boulevard » est donc un film riche, car les thèmes qu’il aborde sont difficiles et le piège de la caricature aurait pu être facile. C’est aussi un film courageux, car il met en lumière des réalités et l’on sait très bien que ce n’est pas le genre d’intrigue qui va attirer les foules. D’ailleurs, même si le film sort dans un certain anonymat (quarante-trois salles sur le territoire), on en entend parler à cause du décès de l’acteur. C’est triste, mais c’est ainsi.

Un acteur qui est ici magnifique et qui prendra à la gorge parfois. Perdu dans sa vie, il insuffle à Nolan une solitude incroyable. Le visage et la tristesse qui se lie dans les yeux de Robin Williams est bouleversante. Je ne crois pas avoir déjà vu l’acteur ainsi. Il est aussi fascinant que dérangeant et beau. Les relations qu’il entretient avec sa femme (admirablement campée par Kathy Baker), ou encore avec Léo (étonnante découverte que Roberto Aguire) sont pleines de pudeur, de silences, de regards et de force. Dito Montiel a très bien su capturer les moments importants, les moments justes, sans trop en faire ou tomber dans un certain pathos.

Après, c’est vrai que l’on peut reprocher à « Boulevard » d’être parfois un peu trop lent. Dito Montiel prend un peu trop son temps sur certains passages. La relation entre Nolan et Léo, même si elle est très belle, est aussi quelque peu frustrante, car on aurait aimé certains moments qui malheureusement n’arriveront pas. Si le ton est juste, on peut aussi reprocher au film de tomber l’espace de quelques scènes dans la caricature, quand il aborde la vie de Léo et surtout la relation qu’il a avec son mac. Il y a quelque chose à laquelle on ne croit pas ici. De petites choses donc, qui viennent ternir un peu « Boulevard« , sans pour autant l’abîmer, car au final, l’émotion ressentie est belle et l’on passe un joli moment devant ce petit film.

13282133_1325607657452640_1468032878_n

« Boulevard » sonne le clap de fin pour un acteur magnifique et tant regretté. Avec son film, Dito Montiel a su parler de sujets difficiles de manière pudique, sans aucun jugement et ainsi, il a offert à Robin Williams un dernier grand rôle dans lequel le comédien s’est laissé totalement envahir au point d’en être aussi bon que dérangeant. Malgré ses petits défauts, malgré son rythme parfois contemplatif, « Boulevard » mérite vraiment d’être découvert. Bien sûr parce que c’est le dernier film d’un acteur brillant, mais aussi et surtout pour son intrigue et les sujets de société qu’elle aborde, ainsi que pour sa photographie signée Chung-hoon Chung, le directeur photo de presque tous les films de Park Chan-wook qui a fait un travail sublime, et enfin pour son réalisateur, qui a toujours su faire de bons films et qui mérite qu’on s’intéresse à son travail. Ici, on en ressort ému et mélancolique, mais aussi souriant, car on a vu un bon film plein d’humanité.

Note : 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net