Voici le Temps des Assassins

12083901_1176544112358996_1219268365_n

De : Julien Duvivier

Avec Jean Gabin, Gérard Blain, Danièle Delorme, Jean-Paul Roussillon

Année : 1956

Pays : France

Genre : Drame

Résumé :

A Paris, André Chatelin, un restaurateur au grand cœur, voit débarquer la fille de sa première épouse qu’il n’a pas vue depuis des années. La jeune femme se prénomme Catherine et déclare que depuis la mort de sa mère à Marseille elle n’a nulle part où aller. Bientôt, la jeune fille tente d’évincer Gérard, un sympathique étudiant sans le sou qu’André considère comme son fils. Ce n’est que le début de son projet machiavélique…

Avis :

Julien Duvivier, c’est une cinquantaine d’années de carrière pour plus d’une cinquantaine de films. Pourtant, malgré son imposante filmographie, « Voici le temps des assassins » est le deuxième film que je vois de ce réalisateur après l’excellent « Le Petit monde de Don Camillo » qui est un film que j’adorais enfant et que je revois avec toujours autant de plaisir. Aujourd’hui, alors que je découvre ce film du réalisateur, je découvre par la même occasion un homme dont la filmographie m’intéresse énormément, car en y regardant de plus près, j’entrevoie que le cinéaste a fait tourner les plus grands, dans des films qui m’ont l’air tout aussi bon que les deux que je connais de lui.

12000048_1176544335692307_1423936347_n

Paris, quartier des halles, André Chatelin tient un restaurant qui fait beaucoup parler de lui. Quand son jeune apprenti cuisinier apparait dans le journal pour l’excellence de sa cuisine, la clientèle, déjà bien présente dans le restaurant, afflue d’autant plus. Mais ce jour-là, une jeune femme du nom de Catherine fait son entrée en scène. La jeune femme est la fille de l’ancienne épouse de Chatelin qui est aujourd’hui décédée. La mère de Catherine lui a beaucoup parlé du restaurateur et de leur relation, si bien que la jeune fille a décidé de rencontrer cet homme. Mais sa venue est loin d’être si anodine que cela et Catherine a un plan malsain en tête.

Partant d’une histoire assez convenue au départ, Julien Duvivier va nous entraîner dans un film bien loin de l’histoire qu’on s’imagine au départ avec l’arrivée de cette femme dans ce restaurant. Le scénario que nous réserve le cinéaste est un petit bijou de manipulation. « Voici le temps des assassins » est un film qui évite avec facilité de tomber dans la banalité pour aller plus loin et offrir à son public une histoire très noire et totalement inattendue. Très vite, le réalisateur surprend dans son film. Son ambiance tendue, son atmosphère très noire, le double jeu de ces personnages (le visage d’ange de Danièle Delorme cache une horreur diabolique), le sadisme de certains (la mère qui tue les poulets au fouet par pur plaisir est saisissante), l’intrigue qui avance avec beaucoup de suspens, impossible d’en prévoir la finalité et puis ces acteurs monumentaux, franchement, le film est passionnant.

« Voici le temps des assassins » est un film qui est aussi assez surprenant dans son ambiance, car si le film est très noir, il a aussi des côtés assez naïfs et innocents qui dénotent avec l’atmosphère. Le personnage de Jean Gabin a le cœur su la main, par exemple, il est prêt à aider n’importe qui et cette bonté inhabituelle va faire face au diabolisme de deux femmes que la misère et leur condition vont pousser à toutes les sournoiseries. Julien Duvivier a bien su mélanger et tenir cette ligne jusqu’à la fin, ce qui rend son film d’autant plus dramatique, car la violence et la haine qui s’entrechoquent à cette bonté le rend encore plus dur et violent, le réalisateur ne cherchant aucune excuse à ses personnages.

Ces deux sentiments inversés sont incarnés par Jean Gabin et Danièle Delorme. Gabin est génial en restaurateur qui se fait complètement avoir. L’acteur est comme à son habitude charismatique, présent, convaincant et démontre à chaque scène le talent qui l’habite. Mais pourtant, et c’est là la vraie surprise du film, c’est qu’il se ferait presque piquer la vedette par la belle, innocente et perverse Danièle Delorme, qui campe là un personnage incroyable de perfidie. L’actrice est fascinante et elle apporte à sa Catherine une présence magistrale qui la rend aussi attachante qu’elle nous met mal à l’aise, car on la sait fausse.

12053376_1176544382358969_166476508_n

« Voici le temps des assassins » est donc un beau et grand film français tout droit sorti d’une époque incroyable. C’est un film captivant, passionnant, malsain, dur, injuste, violent, triste et j’en oublie… Je suis plus que ravi de m’être laissé séduire par ce titre et je suis d’autant plus ravi que je viens de découvrir une actrice, Danièle Delorme, aussi talentueuse que belle et machiavélique.

Note : 19/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Facebook : Lavisqteam.fr – Contact: lavisqteam@laposte.net