octobre 24, 2020

Intérieurs

139572

Titre Original : Interiors

De : Woody Allen

Avec Kristin Griffith, Mary Beth Hurt, Richard Jordan, Diane Keaton

Année: 1978

Pays: Etats-Unis

Genre: Drame

Résumé:

Arthur et Eve sont mariés depuis de longues années. Ils ont eu trois filles. Eve pensait donner un sens à sa vie en créant pour ceux qu’elle aime un intérieur le plus harmonieux possible. Cependant son goût obsessionnel pèse sur sa famille ainsi que la grave crise de dépression qu’elle traverse.
N’en pouvant plus, Arthur décide une séparation temporaire. Au cours d’un voyage en Grèce, celui-ci tombe amoureux d’une autre femme et souhaite l’épouser. Le père présente sa nouvelle compagne à ses trois filles et provoque un drame dans la famille.

Avis:

La période fin 70 est une période avec laquelle j’ai du mal chez Woody Allen. Auréolé du succès d »Annie Hall« , Woody déserte la comédie pour se lancer dans ce drame. Dans mes souvenirs, j’avais détesté ce film, qui m’avait ennuyé au possible, mais je me suis remis dedans avec les meilleures intentions du monde, en me disant que j’étais peut-être trop jeune pour comprendre l’œuvre la première fois que je l’ai vu, mais malheureusement, j’en ressors exactement comme lors de ma première vision. D’une froideur et d’une tristesse asphyxiante, je n’aime vraiment pas ce film, qui m’ennuie et devant lequel je ne ressens rien malgré le drame qui se joue devant mon écran.

31138459

Un couple de new-yorkais marié depuis de très longues années se sépare un moment. Si monsieur le vit très bien, la mère de famille, Ève, ne le vit pas bien du tout. Elle en fait même une dépression et sombre peu à peu.

Ses trois filles la soutiennent comme elles le peuvent. Chacune à sa manière, mais tout se complique quand Arthur le père qui rentre d’un voyage en Grèce ramène une femme qu’il a rencontrée et qu’il veut épouser. Le chaos s’installe peu à peu dans la famille et chacune ne sait comment prendre la nouvelle.

Le premier mot qui me vient à l’esprit en pensant à ce film, c’est le mot figé. Quand je regarde « Intérieurs« , je trouve que ce film est figé dans le temps, comme si Woody avait arrêté les horloges et autres pendules pour 1h30 de rien. Étant en pleine rétro du réalisateur et ayant découvert tous les films que je ne connaissais pas de lui avant celui-ci, j’avais très envie de le revoir et de l’aimer, mais j’en ressors encore déçu, il n’y a rien à faire, je n’arrive pas à entrer dans ce film et cette histoire.

Woody Allen nous décrit l »Intérieur » d’une famille, examine les ressentis et les sentiments en faisant apparaître dans ce portrait, un élément perturbateur. Le père de famille décide de faire une séparation temporaire avec sa femme, pour en fin de compte vouloir mettre un terme à leur relation. De là, la famille va imploser sous des non-dits. Avec le talent et l’écriture de Woody Allen, qui à l’époque ne cesse de se renouveler, il avait tous les éléments en main pour rendre ce film fascisant. Sa plume avait de quoi brosser un superbe portrait d’une famille américaine, mais malheureusement, je ne trouve pas que c’est le cas ici.

Je trouve qu »Intérieurs » n’est absolument pas captivant, il a même tendance à lorgner vers le déprimant tant les minutes m’ont paru encore une fois trop longues. Je n’arrive pas à entrer dans ce film, le scénario n’arrive pas à m’intéresser. Je suis ouvert aux films lents, et peux même dire que j’adore ça, mais ici, je trouve qu’il ne se passe rien sur tout le film. Le scénario est peuplé de longueurs, de moments fades et je me suis surpris à regarder autre part pendant que le film défilait sous mon nez. Je n’arrive pas à m’accrocher aux personnages, à trouver l’empathie pour les personnages, leurs discussions n’arrivent pas à me captiver, je trouve qu’ils s’écoutent parler. Je ne ressens rien pour eux, aucun d’eux, c’est d’autant plus dommage que j’ai vraiment envie de l’aimer ce film. Puis il y a cette fin, que l’on voit malheureusement arriver sans qu’on puisse y faire grand-chose.

Si j’ai aimé la photographie très froide du film, qui donne le ton immédiatement, j’ai trouvé la mise en scène de Woody aussi plate que l’histoire, la tranche de vie qu’il nous raconte. Le film est parcouru de longs plans fixes sans musique, sans rien, avec des acteurs qui jouent sur le minimalisme. Et plus le film passait et plus l’ennuie gagnait mon cœur avec regret. Les seuls moments, trop courts, que j’ai trouvé sympa, sont ceux où les trois sœurs sont enfants. Il y a une belle ambiance qui se dégage de ces scènes-là, et elles m’ont fait du bien.

Puis il y a ces acteurs perdus au milieu des décors de Woody. Alors même s’il y a des acteurs que j’adore, que Woody retrouve une nouvelle fois sa muse Diane Keaton, les personnages qu’ils incarnent ne m’ont pas du tout séduit. Les acteurs ne n’ont pas du tout séduit. Je ne remets pas en cause le jeu des acteurs qui est bon, malgré le vide des scènes. Il y a bien Mary Beth Hurt, qui d’une certaine manière avec son personnage un peu gauche et écervelé m’a fait sourire de temps en temps. Par contre, j’ai trouvé insupportable le rôle de la mère de famille joué par Géraldine Page.

31138474

Il est arrivé ce premier film de Woody Allen que je déteste. Après m’avoir fait rire et m’avoir ému, voici que Woody Allen m’ennuie. « Intérieurs » est un film que je trouve difficile d’accès, d’ailleurs, je pense sincèrement que si j’avais commencé avec celui-là, je me serais arrêté là. Quoi qu’il en soit, je comprends que des gens puissent adorer ce film, je pense que c’est tout l’un ou tout l’autre. Soit on adore, soit on déteste et pour moi, ce sera la deuxième solution. J’ai réessayé une deuxième fois, pour être certain de ne pas être passé à côté de quelque chose, mais il n’y a rien à faire. En même temps, on ne peut pas aimer tout, et dans une carrière il y a forcément du bon comme du mauvais et il n’y aura donc pas de troisième pour moi.

Note : 05/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.