mai 11, 2021

Dirty Dancing

20205234.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Emile Ardolino

Avec Patrick Swayze, Jennifer Grey, Jerry Orbach, Cynthia Rhodes

Année: 1987

Pays: Etats-Unis

Genre: Comédie Dramatique

Résumé :

Dans les années soixante, Bébé passe des vacances familiales monotones jusqu’au jour où elle découvre qu’un groupe d’animateurs du village estival forment un groupe de danse. Pour la jeune fille sage, c’est le début de l’émancipation grâce au « dirty dancing », cette danse ultra-sensuelle, et la rencontre avec Johnny Castel, le professeur de danse.

Avis :

Emile Ardolino est très connu pour avoir surtout fait deux films très marquants dans sa courte carrière. Le premier est « Sister Act« , un film que j’adore et dont je ne me lasse pas et le deuxième est « Dirty Dancing« , cette histoire amour entre Bébé et Johnny sur fond de danse au son des seventies.

« Dirty Dancing » c’est le film qui a marqué toute une génération et dix-sept ans après sa sortie il continue à convertir chaque année des cinéphiles avec son histoire simple mais diablement divertissante. Profitant d’une rétrospective dans un cinéma parisien, je me suis empressé de redécouvrir ce film dans les meilleures conditions qu’il soit. Et si j’aimais le film sur ma télé, je dois dire que sur grand écran c’est quand même autre chose.

20205195.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Un été dans les années 60, la famille Housman part passer trois semaines dans un très beau club de vacances avec tout ce qu’il faut pour se détendre et s’amuser. Au programme, cours de danse, ateliers divers et spectacle de clôture de saison.

La famille Housman, le père, la mère et leurs deux filles sont donc partis pour bien s’amuser. La plus jeune fille de la famille « Bébé » se sent de suite attirée par Johnny Castel, un professeur de danse terriblement passionné et sexy avec un brin de mystère.

Elle réussit à rentrer dans son cercle d’ami. Mais la situation se complique et la meilleure amie de Johnny, qui est aussi sa partenaire de danse, tombe enceinte et doit se faire avorter. L’avortement est le jour d’un spectacle qu’ils doivent faire ensemble et qu’ils ne peuvent pas rater. Johnny décide de donner des cours à « Bébé » pour assurer à la place de la meilleure sur scène.

« Dirty Dancing » traverse les époques avec toujours autant d’aisance. Moi c’est un film que j’aime bien, malgré son côté cucul. Je trouve que c’est un film qui a du charme et qui va très bien avec son époque.

Emile Ardolino réalise-là un film simple, devant lequel on ne se prend pas la tête, qui est bien rythmé et divertissant.

C’est vrai que le scénario est cousu de fil blanc, qu’il prêche de belle valeur et que la fin est un peu trop belle, mais en même temps c’est aussi pour ça qu’on l’aime. C’est pour ça que « Dirty Dancing » marche et reste toujours aussi bien malgré son âge avancé maintenant.

L’histoire est jolie, on passe un bon moment. On apprécie de voir les deux personnages se tourner autour. Les personnages sont sympathiques, attachants, parfois même touchants. On sent que le réalisateur a voulu faire un joli film, sans chercher à faire un chef-d’œuvre.

Le film a du rythme, on ne s’ennuie pas du tout. Il y a une jolie mise en scène. Ce n’est pas extraordinaire, les images sont belles, mais on a déjà vu mieux. Et pourtant malgré ça le film marche bien et c’est cette simplicité qui donne tout le charme à « Dirty dancing« . J’adore dans ce film toutes les scènes de fête, de boite, les différentes ambiances qu’on peut y trouver. On passe d’une soirée pépère dans ce club de vacances à une boite de nuit torride et charnelle au possible. J’aime bien les chorégraphies aussi de ce film. Elles sont à l’image du film, simple. Les scènes de cours de danse sont sympas et puis il y a aussi ces scènes cultes, dont on ne se lasse pas de regarder et qui marche toujours aussi bien. Comme le porté au beau milieu d’un lac, ou le final qui marche toujours aussi bien, encore plus sur grand écran.

« Dirty Dancing » c’est aussi une bande originale de dingue aussi connue que le film lui-même. Le film enchaîne tube sur tube, c’est un vrai plaisir pour nos oreilles. Plusieurs chansons sont mêmes devenues des références directement liées au film, tant elles peuvent être marquantes dans plusieurs scènes. C’est une BO que j’adore écouter.

Ce film c’est aussi une icône, le regretté Patrick Swayze dans le rôle du professeur de danse. C’est simple, l’acteur est tellement marquant dans ce rôle qu’il fait presque tout le film. Il est sexy, sensuel, charnel, il va faire tourner la tête de Bébé comme personne.

20205196.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Face à lui on trouve la jeune et jolie Jennifer Grey qui est bien dans le rôle de la jeune fille innocente qui va tout découvrir cet été là. Ils forment un très beau couple avec Swayze et il y a une belle alchimie qui se dégage d’eux. Je trouve Jerry Orbach très bon dans le rôle du père de Bébé et Kelly Bishop me fait toujours autant mourir de rire dans la peau de la sœur un peu débile de la famille.

Redécouvrir « Dirty Dancing » sur grand écran, c’est vraiment terrible. Il fait partie de ces films indémodables, qu’on prend plaisir à voir et revoir.

Note : 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.