janvier 27, 2023

L’Empire des Ombres

affiche-L-Empire-des-ombres-Vanishing-on-7th-Street-2010-5

Titre Original: Vanishing on 7th Street

De : Brad Anderson

Avec Hayden Christensen, Thandie Newton, John Leguizamo

Année : 2010

Pays : Etats-Unis

Genre : Horreur, Fantastique

Résumé :

Pour une raison inexpliquée, la ville de Détroit est plongée dans le noir. Encore plus inquiétant, toute vie humaine semble avoir disparu. C’est ce que constate Luke un matin en se rendant à son travail. Voitures abandonnées dans les rues, vêtements répandus sur le trottoir, commerces vides, radios et télévisions muettes… Seul un bar au fond d’une rue dispose encore de l’électricité grâce à un générateur. C’est là que vont se réfugier les rares survivants alors que la nuit semble avoir envahi le monde et que des ombres rampantes menacent de les engloutir dès que la lumière décline…

Avis :

Il est assez étrange de voir comment certains films qui demandent un minimum d’investissement peuvent récolter des avis négatifs. C’est un peu le cas de L’Empire des Ombres, ou Vanishing on 7th Street, qui se prend une volée d’éclats de bois sur certains sites très connus et qui n’inspire que désintérêt et propos diffamatoire. Quand j’ai lancé la galette, je n’en attendais pas grand-chose, ne connaissant pas l’histoire de base et ne sachant que le sort du DTV qui lui avait été réservé. Sans regarder les avis des gens sur internet, je rentre dans le film de Brad Anderson, qui est le réalisateur de The Machinist avec Christian Bale. Alors bon ou mauvais film ? Difficile à dire tant le film semble assez complexe et parfois peu travaillé. Alors les avis négatifs ont-ils raison ? La réflexion est-elle devenue si invisible dans le cinéma actuel ? Quelles sont les raisons qui rendent ce film si mal-aimé ? Préparez torches et lampes, on va explorer la ville de Détroit !

19631909.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Oh toi, t’as l’air d’être dans la merde…

Le scénario part d’un pitch tout simple. Dans un premier temps, on va suivre un projectionniste de cinéma, qui possède une lampe frontale et qui lit un livre sur les légendes et les monstres connus. Soudain, une coupure de courant se produit et tout le monde disparait d’un seul coup, ne laissant que leurs vêtements. C’est alors que des gémissements et des ombres vont leur apparition. On a une ellipse, et on va voir le réveil difficile d’un jeune présentateur de télé, qui éteint les bougies qui ont brûlé toute la nuit. Il se lève, sort et voit qu’il n’y a plus personne, et que même un avion s’écrase. La nuit tombe, et on revoit notre jeune présentateur essayer toutes les voitures pour voir si elles ont de la batterie. Il trouve alors un bar encore éclairé grâce à un générateur. Les différents survivants vont alors se rendre dans ce bar pour essayer de survivre et de comprendre ce qu’ils leur arrivent. Le thème est pour le moins intéressant et très mystérieux. Effectivement, on ne sait pas qui sont ces ombres, ce qu’elles veulent et pourquoi elles enlèvent tout le monde. Et c’est surement là dedans que le film prend le plus d’ampleur, renvoyant à nos peurs les plus simples, celles du noir et de la solitude. S’appuyant sur une histoire simple mais bien efficace, le propos va s’articuler autour de quatre protagonistes principaux et toutes les questions seront de mises.

Fort de son expérience dans les séries à tendance fantastique, mais aussi avec The Machinist, Brad Anderson va essayer, bon grès, mal grès d’instaurer un climat inquiétant où la lumière est salvatrice et l’ombre dévastatrice. Pour les joueurs, cela ressemble un peu à Alan Wake en moins alambiqué. Dans ce climat, on ressent bien évidemment la peur du noir et de l’inconnu, mais aussi la peur de l’autre et la méfiance que l’on éprouve envers quelqu’un que l’on ne connait pas. Le film pose alors la question de la solitude dans une grande ville et de l’entraide des personnes. S’articulant presque comme un huis clos autour du bar, le film va aussi montrer les tentatives d’explications des différents protagonistes pour comprendre ce phénomène. Et si l’on se place deux minutes à leur place, je pense qu’on ferait dans notre froc. Le plus gros défaut du film, c’est de laisser le spectateur dans une réflexion plus ou moins douteuse, laissant penser que le scénariste ne savait pas comment s’en sortir avec son histoire. Du coup, on hésite entre un bon travail énigmatique et une foutage de gueule. Ce qui agace aussi les spectateurs quant à ce film, c’est l’absence d’explication et une fin plutôt foireuse, mystico-religieuse qui vient mettre de la déception dans un film qui pourtant restait bien mystérieux et angoissant. D’ailleurs, ne cherchez pas un brin de réponse à vos questions ou ne cherchez pas à savoir ce que sont ces ombres, car le film ne vous le dira pas et c’est à vous de vous faire votre propre opinion. Une occasion idéale pour en discuter avec ses potes lors d’une soirée !

hayden-christensen-dans-l-empire-des-ombres-de-brad-anderson

A force d’utiliser la force obscure, tu les as tous fait partir !

Chose étrange pour un DTV, c’est que le casting est assez redoutable et comporte trois acteurs relativement connus. En tête d’affiche, on retrouvera Hayden Christensen, celui qui incarne Anakin Skywalker ou encore le héros du film Jumper. Il joue ici un jeune présentateur télé à l’égo démesuré et qui va devoir bien malgré jouer les héros et la tête pensante. Néanmoins, il tient bien son rôle est reste totalement crédible. A ses côtés, on retrouve la très belle Thandie Newton, que l’on a pu voir dans Rock n’Rolla ou encore dans 2012. Elle joue ici une médecin qui vient de perdre son bébé à cause des ombres et qui perd peu à peu les pédales, se rendant compte de l’inéluctable vérité. Là encore, c’est du tout bon, même si parfois on sent du surjeu pour jouer la tristesse ou le brin de folie. Elle demeure tout de même touchante, mais ça, c’est mon côté jeune papa. John Leguizamo fait aussi partie de la fête et il joue le projectionniste qui survit grâce à sa lampe frontale. Il tient un rôle ambigu et sa tête de gangster lui permet de faire un très bon personnage, à la fois attachant mais envers qui on éprouve de la méfiance. Enfin, on retrouve bien évidemment un enfant, avec Jacob Latimore dont c’est le premier rôle au cinéma et il se défend plutôt bien. Seule l’actrice jouant la petite Briana est vraiment mauvaise, mais on mettra cela sur le compte de son âge.

Quand on regarde un film d’horreur, il faut s’attendre à deux points de vue bien différents. En effet, en général, les films de genre sont, soit axés sur le gore et le dégout, soit sur l’ambiance et le mystère. Avec L’Empire des Ombres, on est bien entendu dans le deuxième axe. Le film ne comporte donc aucune phase sanglante. Néanmoins, il suscite bien des émotions grâce à un traitement assez intelligent des ombres. En effet, on se rend compte que la lumière décline de jour en jour et que le soleil se fait de plus en plus rare. On se rend compte aussi que les piles des lampes s’usent très rapidement et que parfois, seuls les bracelets fluorescents ou les torches fonctionnent. Ainsi, le réalisateur renforce un climat oppressant et étouffant qui nous prend à la gorge. Cela est très subtil et on est happé par cette force anxiogène. Les différentes attaques des ombres sont aussi très efficaces, car les petits bruits qu’elles font ou encore les différents pièges qu’elles posent sont vraiment intéressants, jouant sur les faiblesses de chaque personnage. On appréciera aussi les silhouettes sur les murs, qui n’ont rien d’effrayant, mais qui suscitent une réelle angoisse car on ne sait pas ce qu’elles veulent et ce qu’il y a une fois enlevé.

L-Empire-des-ombres-La-fin-du-monde-e1309383357602

I am a poor lonesome cowboy…

Au final, L’Empire des Ombres est un film très intéressant et mais trop inégal. En effet, si le mystère reste entier, il faut reconnaître que l’ambiance générale du film est très prenante et que les acteurs sont assez bons. Néanmoins, quelques passages un peu longuets, l’absence totale d’explication et le final un peu trop religieux gâchent le métrage. C’est bien dommage car il y avait matière à faire quelque chose de très bon. Mais je ne pense tout de même pas que le film mérite une réputation aussi mauvaise, car il reste bien sympathique.

Note : 13/20

[youtube]http://www.youtube.com/watch?v=eEM-a-KMfkw[/youtube]

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.