mai 16, 2021

Deux Jours, Une Nuit

490001.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Jean-Pierre et Luc Dardenne

Avec Marion Cotillard, Fabrizio Rongione, Pili Groyne, Simon Caudry

Année: 2014

Pays: France, Belgique

Genre : Drame

Résumé :

Sandra, aidée par son mari, n’a qu’un week-end pour aller voir ses collègues et les convaincre de renoncer à leur prime pour qu’elle puisse garder son travail.

Avis :

Quand on se lance dans un film des frères Dardenne, on sait de suite à quoi s’attendre. Enfin du moins on sait où l’on met les pieds et dans quel univers on navigue. Après avoir découvert Jérémie Renier. Après avoir offert un joli rôle à la belle Emilie Dequenne, ou bien à Cécile De France et deux palmes d’or plus tard, les voici de retour avec cette fois-ci Marion Cotillard en tête d’affiche pour un nouveau film profondément humain. Avec « Deux jours, une nuit » les deux frangins nous proposent de suivre le temps d’un weekend le parcours d’une femme et son combat pour essayer de conserver son emploi.

218783.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Sandra sort d’une dépression, alors qu’elle allait reprendre son travail après avoir été arrêtée pendant plusieurs mois, elle apprend qu’elle va être licenciée. La période économique actuelle et la concurrence fait que son employeur ne peut plus suivre.

La seule solution pour qu’elle puisse garder son emploi serait que ses collègues refusent de toucher leurs primes annuelles. Ces dernières assureraient son salaire pour l’année. Mais tout le monde n’est pas prêt à laisser mille euros partir comme ça et après un premier vote défavorable envers elle, elle apprend qu’un responsable aurait poussé ses collègues à voter contre elle. Grâce à la responsable de son CE, elle réussit à réorganiser un nouveau vote sans cette personne qui influence. Le nouveau vote aura donc lieu lundi matin, au retour du weekend. Sandra a alors tout le weekend pour rencontrer chacun de ses collègues pour essayer de les persuader de la garder. Un weekend difficile et humiliant pour qu’elle puisse converser son emploi.

Les frères Dardenne sont bien connus pour filmer les difficultés de la vie et avec ce film ils réalisent là ce qu’on pourrait qualifier de « survival social » à la fois très dur et tendre.

L’histoire qu’ils ont choisi de nous raconter pour leur nouveau film sonne malheureusement très réel et c’est avec pudeur et suspens aussi qu’ils nous invitent à suivre Sandra dans sa bataille de la dernière chance. Le scénario est beau et c’est vrai qu’on ne peut qu’être touché par le parcours et surtout l’espoir de cette femme. J’ai apprécié le film des deux réalisateurs même si j’ai plusieurs choses à lui reprocher, je trouve que dans son tout, c’est un beau et bon film.

La principale chose que je reproche au sujet de ce film, c’est qu’il a tendance à tourner en rond et se répète si bien qu’on finit au bout d’un moment par presque connaitre les répliques de la comédienne quand elle approche encore une fois l’un de ses collègues. C’est vrai qu’il se répète et que c’est le sujet du film, mais bizarrement, moi je n’ai pas trouvé ça lourd, bien au contraire c’est même ce qui m’a le plus plu dans ce film. Comme une sorte de chorégraphie à laquelle Marion Cotillard se livre à chaque fois. J’ai trouvé qu’il y avait une certaine forme de suspens, car chaque approche n’est jamais la même. Même si les arguments de Sandra se répètent au départ, les conversations, les justifications de pour ou contre ne sont pas les mêmes. Les deux réalisateurs m’ont donné envie de savoir ce que chacun pouvait répondre et chaque réponse, pour ou contre, ressort très humaine, très vraie et sincère. Et c’est avec intelligence et un sens du divertissement quand même que les deux frangins vont tenir la réponse secrète, jusqu’à la fin de leur film. Un final qui d’ailleurs m’a beaucoup plu, puisqu’il répond à la question qui manquait dans le film et si Sandra était à leur place qu’aurait-elle fait ?

Bien sûr, il n’y a pas que du bien dans ce film. J’ai eu du mal avec le contexte familial de Sandra, de son passé, de sa dépression, de certaine de ses réactions extrêmes. Alors que le film est assez sensible et courageux, il y a aussi un côté où je trouve que les deux réalisateurs en font trop dans le misérabilisme, presque pour qu’on plaigne son personnage principal, alors que l’intrigue n’a pas besoin de ça, car elle est déjà très forte en elle-même et aurait très bien pu se suffire avec cette quête de travail auprès des collègues. Il y a un petit côté lent aussi, qui m’a ennuyé un petit peu. Le film a des longueurs et quelques scènes ne sont pas nécessaires, encore une fois, elles alourdissent le film, le rendant moins captivant…

Après avoir fait un détour par les Etats-Unis chez James Gray l’année dernière et avant d’incarner Lady Macbeth face à Michael Fassbender, notre belle Marion Cotillard s’est munie de son meilleur accent belge pour camper une Sandra, qui va peu à peu retrouver le gout de la vie pendant ces « deux jours, une nuit« . L’actrice s’en sort encore une fois haut la main et reste sincère pendante toute la durée du film. Même si certains aspects de son personnage ne m’ont pas convaincu, l’actrice reste impeccable dans chacune de ses scènes. Décidément, j’aime beaucoup cette petite Marion. Son mari, est lui joué par Fabrizio Rongione que je découvre et l’acteur est bien, très naturel, c’est un personnage que j’ai apprécié. Mais ma belle découverte du film, ma belle révélation, c’est Christelle Cornil que j’ai trouvée tout simplement extraordinaire dès son arrivée. L’actrice que je ne connaissais pas est captivante de par son jeu, mais aussi son personnage. J’ai adoré ce rôle et cette femme et je vais me lancer à la découverte de sa carrière qui est déjà assez conséquente.

346503.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Voilà, avec « deux jours, une nuit » les Dardenne nous offrent un cru 2014 qui n’hésite pas à nous plonger dans la triste réalité de la vie. C’est juste dommage que le portrait soit si volontairement noirci, car, avec plus de subtilités autour du personnage de Sandra et son passé, le film m’aurait surement plus captivé. Mais bon, ça reste tout de même un bon et beau film à voir porté par une Marion Cotillard impeccable.

Note : 12/20

Image de prévisualisation YouTube

Par Cinéted

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.