mai 16, 2021

Dr Jekyll and Mr Hyde

victor fleming 26

De : Victor Fleming

Avec Spencer Tracy, Ingrid Bergman, Lana Turner, Donald Crisp

Année: 1941

Pays: Etats-Unis

Genre: Fantastique

Résumé:

Le Dr. Harry Jekyll est un chercheur passionné. La mort d’un de ses malades, Sam Higgins, l’affecte profondément, car il a la certitude qu’il aurait pu le sauver. Il décide alors de devenir le propre sujet de ses expériences et boit le breuvage qu’il vient de mettre au point. Il est immédiatement soumis à des visions démentes et, en se regardant dans la glace, il découvre qu’il n’est plus le même homme.

Avis:

Adaptation du roman de Robert Louis Stevenson, qui l’a écrit en 1886, ce Docteur Jekyll et Mister Hyde date de 1941 et réserve une bonne dose de surprise et n’a pas trop vieilli pour l’époque. Oscillant souvent entre fantastique et horreur, ce métrage montre le scindement d’une personne en deux êtres, l’un bon et l’autre maléfique. Néanmoins, il s’agit là pour moi d’une expérience cinématographique unique car il montre les prémices d’un cinéma d’horreur assez gothique, brumeux et classieux, tout en abordant des thèmes assez obsolètes, notamment en sciences et en médecine, mais qui garde un côté nostalgique indéniable et qui possède aussi des acteurs de grand talent, savant jouer sur des plans fixes et pas sur des plans de caméra épileptique. Ce film est-il un bon film d’épouvante? Le film est-il une bonne adaptation du roman? Petite analyse d’un film ante paternel.

DrJekyllAndMrHyde41_FC_FF_188x141_072620051741

Attention, c’est bourré d’aspartame

Je ne peux pas dire si le film suit scrupuleusement le roman classique de Stevenson, car cela fait déjà un petit moment que j’ai lu ce livre. Mais cela n’empêche pas de faire un petit résumé du métrage. Le docteur Harry Jekyll fait des recherches sur l’âme humaine. En effet, pour lui nous avons tous une part de méchanceté qui couve en nous. Peu suivi par ses compères, estimant qu’il va trop loin dans ses expériences et se laissant tenter par une jeune serveuse bien charmante, il va boire sa potion pour se transformer en un être abject du nom de Mister Hyde. Malheureusement pour le médecin, il ne pourra plus contrôler ses transformations et bien souvent Hyde refait surface. Ce qui est intéressant avec ce pitch, c’est que l’on peut voir les prémices de la science et la vision assez manichéenne de l’âme humaine. Néanmoins, on arrive à être touché par ce bon vieux Jekyll, mais le détestable Hyde arrive à se faire très rapidement haïr malgré ses coups en douce parfois marrant pour déclencher des misères.

Le film ne joue pas sur des effets gores, on s’en doute, mais il distille une ambiance bien sombre et bien inquiétante tout au long du métrage. Le noir et blanc est d’une efficacité totale et la maîtrise de Victor Fleming, le réalisateur, est assez classieuse. Sans être gothique à outrance, le film joue sur une ambiance nocturne qui rend l’atmosphère assez inquiétante et on se sent en insécurité dans les bas-fonds de Londres. Certaines par contre, sont purement gothiques comme la cavalcade de Jekyll dans la brume et où l’on ne voit que la lumière d’un réverbère. La mise en scène reste simple mais assez efficace et bien souvent les scènes où il y a du monde sont assez savoureuses. La scène dans le cabaret bas de gamme est très sympathique tout comme les scènes dans le laboratoire qui reste assez gothique et qui me font penser à Frankenstein.

images

Quand on vous dit que le soda ça excite!

Mais le film ne serait rien sans la présence d’acteurs extraordinaires, avec notamment, Spencer Tracy qui tient le rôle-titre et qui est tout simplement magistral en incarnant les deux faces de l’homme. Autant il parait bienveillant en Jekyll, autant il parait immonde et pervers en Hyde. Pourtant la transformation n’est pas si évidente. Le maquilleur lui a rajouté des sourcils touffus, une mâchoire inférieure un poil plus proéminente et des cheveux ébouriffés, mais cela a suffi pour le rendre méconnaissable. Il est bien sûr épaulé par la grande Ingrid Bergman, qui joue la serveuse qu’il maltraite et qui s’en sort à merveille. Mais ce qui est le plus surprenante dans ce métrage, c’est que rien ne semble surjouer, tout semble assez naturel et c’est vraiment agréable. D’ailleurs, on lit dans les yeux des acteurs une réelle passion pour le cinéma et l’envie de bien faire.

Ce qui est aussi intéressant dans ce film, ce sont les effets spéciaux. Alors certes, il n’y en a pas beaucoup, mais il reste de qualité et ne semble pas trop désuet. A l’époque du numérique et du faux, Victor Fleming opte pour la superposition de deux pellicule et l’avance rapide. Dit comme ça, on dirait un bricolage pourri, mais le résultat est très intéressant et ne fait pas du tout ridicule. Bien au contraire, il insiste sur une horreur insidieuse, et donne un certain mal-être au spectateur. Bien entendu le rythme est lent, ça ne va pas castagner dans tous les coins de rue, et on ne va pas voir des effusions de sang. Mais avec une pellicule soignée, des décors somptueux et une atmosphère lugubre, on peut dire que le film fait son petit effet. Et puis Hyde est vraiment détestable et on prend la belle Ingrid Bergman en pitié devant ce monstre rustre.

drjekyll194109

Le vilain petit regard lubrique, à l’époque c’était déjà des cochons!

Au final, Dr Jekyll et Mr Hyde est un film très intéressant qui souffre de son âge à cause d’un rythme languissant et surtout de phénomènes qui sont plutôt dépassés de nos jours. Il n’en demeure pas moins un métrage envoutant et joué de main de maître par un Spencer Tracy bluffant et inquiétant. Un film qui ne peut être en couleur tellement le noir et blanc insuffle une touche gothique et épouvante au film. Un film intéressant et qui fait partie des bases qui ont permis au cinéma horrifique de devenir ce qu’il est aujourd’hui, un genre à part entière, souvent boudé, mais qui réserve quelques pépites intelligentes plombant un bon nombre de chefs d’œuvre dans d’autres genres plus prolifiques.

Note: 16/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.