mai 16, 2021

Dream Home

dream-home-recto-jaquette-1

Titre Original: Wai Dor Lei Ah Yut Ho

De : Ho-Cheung Pang

Avec Josie Ho, Anthony Wong Chau-Sang, Eason Chan, Hee Ching Paw

Année: 2010

Pays: Hong-Kong

Genre: Horreur

Résumé:

Enfant, Cheng Lai-sheung pouvait admirer le quartier Victoria de Hong Kong depuis les fenêtres de l’appartement familial. Elle s’est juré qu’un jour elle s’offrirait un appartement sublime avec la même vue. Les années ont passé, et Cheng n’a pas oublié son serment. Elle assume deux jobs en même temps et va même jusqu’à voler des données pour les revendre à la concurrence. Mais elle ne va pas en rester là !

Avis:

C’est la crise partout. Tous les pays sont concernés et même la Grande Hong-Kong est touchée par cette récession sans précédent. De plus, tous les domaines sont touchés, notamment l’immobilier qui atteint des prix exorbitants et ce n’est pas n’importe quel quidam qui peut maintenant se payer un appartement avec une belle vue sur l’océan. Sauf que dans ce film, on nous montre comment faire pour faire baisser les prix et inquiéter grandement les propriétaires de jolis appartements dans des quartiers chics. Ici, la façon de récupérer de l’argent et de se faire un rabais important est assez simple. Prenez un couteau, un marteau et faites avec les éléments disponibles chez les propriétaires. Entre nettoyage et épuration, ce film évoque une méthode radicale pour pallier à la crise. Mais finalement, la forme n’est-elle pas mieux que le fond? Cette dénonciation d’abus contemporains n’est-il pas un mauvais prétexte pour montrer du sang et des boyaux?

Dream_Home_02

 

Le scénario est très simple dans sa construction chronologique. En gros, il s’agit d’une jeune femme qui souhaite s’acheter un magnifique appartement dans un quartier plutôt inabordable. Pour cela, elle cumule plusieurs petits boulots jusqu’à ce que la vente lui passe sous le nez, et là, le pétage de plombs commence. C’est assez simple et quand je vois les prix des maisons autour de chez moi (et ce n’est pourtant pas le coin le plus cher), je peux comprendre cette réaction radicale voulant poutrer la gueule à tous ces salauds de propriétaires. Mais ce qui est malin, c’est que de plutôt nous présenter quelque chose de long au début et qui défouraille sur la fin, le réalisateur fait d’incessants allers-retours dans la vie de la jeune femme, et le tout demeure très lisible. C’est assez rare de voir un montage qui ne respecte pas une chronologie normale et qui est en plus bien fait, donc pour une fois, j’ai été agréablement surpris.

Par contre, le message social du film, qui est un des éléments essentiels de la raison des meurtres, reste franchement bancal. En effet, il faut quand même avoir un sacré grain pour zigouiller des gens normaux dans leurs appartements (notamment une femme enceinte) tout ça pour faire baisser les prix d’un logement. Du coup, cette violence extrême qui éclabousse n’est pas forcément justifiée et je suis resté assez dubitatif sur la portée réelle de ce message. Alors certes, il est vrai qu’il y a énormément de gens vivant dans des conditions déplorables, voir sans logis, mais à ce moment-là, on serait un certains nombres à bouffer les pissenlits par la racine. Bref, tout ça pour dire que le contexte ne justifie pas assez une violence aussi virulente et que j’aurai presque préféré une autre fin plus psychologique. D’ailleurs, est-ce que quelque chose justifie la violence?

Autre chose étonnante dans ce film, ce sont les acteurs. En effet, moi qui est pour habitude de dénigrer les acteurs asiatiques car je trouve qu’ils surjouent beaucoup trop, il faut être honnête et dire que dans ce film ils jouent tous relativement juste. La tueuse reste assez étonnante car elle parait tout à fait normale dans la vie quotidienne et même lorsqu’elle se transforme en tueuse sanguinaire, elle reste assez impassible. Les personnages secondaires sont assez sérieux même si globalement, on retombe très souvent sur les mêmes stéréotypes, à savoir une bande de jeunes défoncés et des bourgeois pète-sec. Ils apportent malgré tout une dose d’humour sympathique et restent dans leur rôle sans émotion exagérée ou autre débilité asiatiques, ce qui est bien. Et puis, en plus, ils baisent et on peut voir des nichons, alors on ne va pas se priver!

La violence du film est assez crue et les amateurs de gore en auront pour leur argent. En effet, outre un sang bien rouge, les meurtres se veulent résolument gores et inventifs. Par contre, il ne faut pas craindre la souffrance et les crimes assez extrêmes sur des personnes bien précises. Comme je l’ai dit plus haut, même une femme enceinte y passe avec un étouffement sadique. Bon, après il y aussi une jolie énucléation, un jeune se fait éventré avec les tripes à l’air, un autre se fait couper la bite, un troisième se prend un erlen meyer dans la nuque, une femme se prend une planche en bois dans la bouche. Bref, tout cela est résolument bien fait mais très gore. Mais ce qui m’a le plus gêné, ce n’est pas tant le gore, c’est plutôt la fâcheuse tendance du réalisateur à filmer les acteurs en train de souffrir, comme le gardien qui étouffe et qui se coupe la jugulaire pensant couper la corde, ou encore le jeune avec son bang dans le coup et la réserve qui se remplit de son sang. Tout cela est bien fait, mais les âmes sensibles doivent s’accrocher devant ce spectacle de souffrance et de mutilation assez extrême. Moi, j’ai été comblé!

dream-home

 

Au final, Dream home est un charmant petit film d’horreur, qui, sous couvert d’une critique d’un système relativement foireux et bancal peut tout de même se targuer de montrer des atrocités vraiment bien foutues et des scènes trash relativement extrêmes (bon en même temps, je n’ai pas vu Martyrs et il parait que c’est vraiment ignoble). Les acteurs s’en sortent très bien, notamment avec une actrice principale convaincante et convaincue, et le choix de faire des allers et retours dans le temps pour montrer le « petit » traumatisme de la tueuse reste très intéressant. Donc, si vous cherchez un appartement ou une baraque pas chère et que les prix vous gonflent, vous savez ce qu’ils vous restent à faire!

Note: 15/20

Image de prévisualisation YouTube

Par AqME

ServalNote de Serval: 10/20

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.