décembre 2, 2021

Nurse 3D

20188787.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

De : Douglas Aarniokoski

Avec Paz de la Huerta, Katrina Bowden, Corbin Bleu, Judd Nelson

Année : 2012

Pays : Etats-Unis

Genre : Thriller, Horreur

Résumé :

Une belle et dévouée infirmière possède une part cachée et obscure. La charmante femme va vite se changer en fée sanguinaire.

Avis :

On a souvent tendance à comparer les films d’horreur avec les films pornographiques. Ce fut vrai dans les années 2000 lorsque le torture-porn a fait son apparition, donnant de la maille aux détracteurs de l’horreur au cinéma. Et parfois, il faut avouer que l’on ne pouvait pas forcément leur donner tort, certains films remplaçant le foutre par du sang, la baise par des meurtres et une absence de scénario probable. Récemment, le film d’horreur a su trouver une approche une peu plus fine permettant d’éviter cette comparaison peu flatteuse. Mais il arrive que de temps en temps des métrages horrifiques forcent la comparaison, s’évertuant à ne pas progresser et prenant les fans du genre pour des imbéciles notoires. Figure de proue du fantasme masculin, l’infirmière est assez bien représentée dans les deux camps. Atout sexuel de par le mystère de la tenue, l’infirmière intrigue autant qu’elle attire et c’est pour cela qu’on la retrouve dans des films pornos comme dans des films d’horreur. On retrouve cette dissemblance dans Silent Hill car les infirmières sont à la monstrueuses et sexy ou encore dans Audition de Takashi Miike. Nurse 3D s’axe encore une fois sur cette dichotomie autour du mythe de l’infirmière, mais se fourvoie complètement dans une histoire vide de sens et d’un quelconque intérêt.

DhyLZNe2qOiSWYSnfzgdBehEc9E

C’est ça la taille de ta bite !?

L’histoire de ce film raconte le défaut psychologique d’une infirmière qui s’occupe de tuer des hommes infidèles pendant ses heures perdues. Malheureusement, elle sent que son occupation touche à sa fin et qu’elle va devoir arrêter si elle ne veut pas finir par être découverte. C’est alors qu’on lui colle une apprentie sur le dos. Tombant sous le charme de sa nouvelle élève, elle décide de la former autant dans le métier d’infirmière que dans le métier de tueuse. Seulement, la jeune apprentie n’est pas facile à duper et une spirale infernale va se mettre en route. Sur le papier, on pourrait croire que le film possède une histoire assez spéciale et sympathique, mais on va vite s’apercevoir des limites imposées et de la ligne directrice du réalisateur.

Dès le départ, on est mis dans le bain. Le personnage principal a une robe transparente, elle séduit un homme marié, puis le tue en lui faisant la morale. La voix-off de l’héroïne (ou anti-héroïne) se fait entendre, expliquant ses points de vue et son addiction ainsi que sa révulsion sur les hommes. Le style est assez lourd et on aura énormément de mal à sentir de l’empathie pour cette femme. Parfaitement détestable, elle ne va faire que tergiverser durant tout le métrage et commettre que deux meurtres bien gentillets. Après une compagne promotionnelle choc avec des posters ensanglantés, on reste vraiment sur notre faim. Mais pire que cela, on va voir que le film ne s’axe qu’autour du physique parfait du personnage principal. On va la voir nue, sous toutes les coutures et si cela reste plaisant à l’œil pour un homme, autant que l’intérêt est plus que limité.

Alors on pense que le film va prendre une tournure plus intéressante à partir du moment où la tueuse décide de former à son insu son apprentie. Encore une fois, on va vite déchanter, car le thriller psychologique va encore aboutir à du sexe, du chantage et quelque chose de déjà vu et de relativement lourd. Il faut dire que la blonde jouant l’apprentie ne s’étonne de se lever avec la gueule de bois, sans culotte, dans le lit de l’autre nana. Tout cela reste très superficiel et surtout incompréhensible. Il reste la fin, qui part en cacahuète et qui oscille donc vers le gore tant promis. Si les quelques meurtres sont bien foutus, la scène de course-poursuite est totalement improbable, personne n’arrivant à arrêter la tueuse qui fait un carnage partout où elle passe. D’autant plus qu’il aura fallu l’attendre ce gore mais il ne servira finalement à rien, tuant de pauvres innocents dont le spectateur n’aura rien à foutre et donc ne créant pas de réactions.

En termes de réalisation, le film est relativement pauvre. Il faut croire que tout le budget est parti dans le générique de début avec un effet Amérique des années 60. Le reste est très classique, plombé malgré tout par une photographie dégueulasse, montrant les limites budgétaires du métrage. Au rayon des acteurs et actrices, Paz de la Huerta joue l’infirmière que l’on voit tout le temps à poil. Certes elle est canon, mais elle a vraiment une sale gueule. D’ailleurs, elle tire toujours la tronche et son personnage est vraiment énervant. Elle en devient peu charismatique et on n’attend qu’une chose, qu’elle se fasse buter. Katrina Bowden essaye de sauver tant bien que mal le film avec son petit fessier mais elle n’y parvient pas, car elle aussi devient pénible, avec son côté nunuche débile. Corbin Bleu jouant son boyfriend est aussi lisse que le cul d’un mandrill et tout le reste du casting sera du même acabit, c’est-à-dire sans saveur et jouant des personnages, ou détestables, ou impersonnels.

screen_shot_2013-12-05_at_3.48.42_pm_copy

Je crois que t’as trop picolé !

Au final, Nurse 3D est un mauvais film d’horreur doublé d’un mauvais thriller. Possédant d’énormes longueurs, le film se veut sensuel et psychologique alors qu’il n’est que vulgaire et superficiel. Avec des personnages peu charismatiques, une histoire qui ne tient pas la route et une réalisation bancale, le film se fourvoie complètement et trompe honteusement le spectateur sur la marchandise avec une communication incroyable. Ah ben maintenant on sait où est passé le budget du film, dans des posters…

Note : 06/20

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=s6vnlfQ9CBs[/youtube]

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.