décembre 4, 2021

Dexter Fait son Cinéma – Jeff Lindsay

Dexter_fait_son_cinema_volume

Résumé :

Dexter Morgan, amateur de doughnuts et flic psychopathe, voit d’un mauvais œil l’invasion du commissariat de Miami par une équipe hollywoodienne préparant le tournage d’une série policière. Il apprécie encore moins d’être suivi à la trace par la star Robert Chase, qui s’est mis en tête d’observer ses moindres gestes, à toute heure du jour ou de la nuit, pour « s’imprégner du personnage ». Normal : le passe-temps préféré de Dexter est un secret qui ne supporte pas l’exposition aux spotlights ; s’il veut éviter la chaise électrique, il doit à tout prix rester dans l’ombre. Mais même Dexter n’est pas insensible aux lumières de la gloire… surtout quand elles illuminent une charmante actrice dont la beauté perturbe le Passager noir.

Avis :

Adapter un film à partir d’un roman est monnaie courante. Il suffit de voir des films comme Le Seigneur des Anneaux tiré des romans de Tolkien, True Grit issu du livre de Charles Portis ou encore Le Silence des Agneaux tiré du roman de Thomas Harris. Ce qui est plus rare, c’est de voir des films se faire « noveliser ». Si certains éditeurs comme Fleuve Noir ont essayé de s’y frotter avec des versions littéraires de Resident Evil ou Alien Vs Predator, peu ou prou de personnes ont tenté l’expérience, alors que beaucoup de jeux vidéo se sont vus adaptés en romans (Assassin’s Creed, Gears of War). Mais il y a aussi une chose assez rare, c’est de voir que des séries sont à la base des romans. C’est le cas pour Flashforward, mais c’est aussi le cas pour une série bien plus connue, Dexter. En effet, c’est Jeff Lindsay qui commence l’histoire du tueur en série tueur de tueurs en série (ça c’est de la répétition) avec Ce Cher Dexter et cela va donner une série à succès. Dexter Fait son Cinéma est le sixième roman avec Dexter Morgan à l’intérieur et même si l’histoire ne casse pas trois pattes à un canard, cela reste un moment agréable de lecture.

L’histoire est assez simple. On retrouve Dexter en bon père de famille, faisant son boulot et quelques extras, même s’il tue de moins en moins, faute de proies intéressantes. C’est alors qu’un pilote pour une série policière doit être tourné à Miami. Les deux acteurs principaux vont alors être dans les locaux pour se familiariser avec le milieu policier et imiter ainsi certaines personnes, dont Dexter et sa sœur Deborah. On colle alors Robert Chase à Dexter et la sublime Jackie Forrest à Deborah. C’est alors que des meurtres sanglants vont avoir lieu et ils ont tous un point commun, la victime ressemble à l’actrice. Dexter s’improvise alors garde du corps pour protéger la belle.

Comme on peut le constater, on est face à un roman policier assez classique avec des meurtres, une enquête et une résolution. On est assez loin de l’ambiance de la série et on notera des différences flagrantes avec les personnages. D’ailleurs, dans le livre, on voit très peu les personnages secondaires, tant l’histoire est centrée sur Dexter, sa sœur et l’actrice principale du feuilleton. Cela porte préjudice à l’ensemble, car on a l’impression que l’auteur veut faire le minimum syndical, sans s’arrêter sur des personnages drôles ou attachants. L’autre déception viendra du fait que l’enquête sera vite résolue et que le livre va tirer en longueur pour proposer un deuxième twist finalement très attendu.

Mais tout n’est pas mauvais dans ce livre, bien au contraire. Le rythme reste assez soutenu avec plus de trente chapitres pour moins de 350 pages. Ainsi, cela se lit vite et bien, Jeff Lindsay étant un très bon page turner. Mais au-delà de ça, le livre propose des visions acides sur le système éducatif et hollywoodien. Ainsi, on aura droit à quelques remarques virulentes sur les écoles ou sur le système pour aider les enfants en difficulté en utilisant un vocabulaire trop spécifique et que même les parents ne comprennent pas. L’industrie du cinéma passera aussi à la casserole avec des portraits d’acteurs souvent à l’égo surdimensionné et personne ne sera épargné. Tout cela fait du bien de voir un auteur qui laisse tout de même un message derrière son histoire et balance quelques pics bien sentis.

Concernant le personnage de Dexter, on ressent qu’il y a un vrai travail de background derrière. On apprend donc que le monsieur possède un passager noir en lui, qui lui siffle de se méfier ou quand il faut tuer, mais aussi qu’il ne peut rien ressentir. Seulement, ce roman contredit un peu cela puisque Dexter va tomber amoureux de l’actrice et il va ressentir des choses, ce qui implique presque que l’auteur s’est planté sur son propre personnage. Enfin, cela n’est guère important et n’entache pas le plaisir de lecture. On notera aussi un manque d’action et finalement un Dexter assez sage malgré quelques passages où il fait un humour un poil lourd.

Au final, Dexter Fait son Cinéma n’est pas un mauvais livre, mais on sent une certaine lassitude de la part de l’auteur au bout de la sixième histoire avec son personnage fétiche. Classique dans son approche et sans grande surprise avec une fin qui s’éternise, le livre possède tout de même des atouts comme un rythme effréné, une écriture intéressante et le plaisir de voir un personnage disparu de nos petits écrans sévir encore.

Note : 13/20

Par AqME

AqME

Amateur d'horreur, Métalleux dans l'âme, je succombe facilement à des images de chatons.

Voir tous les articles de AqME →

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.